Vous êtes ici :
Saint Charbel : vie, miracles, prières

Saint Charbel : vie, miracles, prières

Biographie de saint Charbel Makhlouf

Youssef Makhlouf naît le 8 mai 1828 dans le village maronite de Bekaakafra, le village le plus élevé du Liban, à 1800 mètres d’altitude. Il est le fils d’une modeste famille de paysans, son père meurt alors qu’il a trois ans, Youssef est élevé par sa mère et hérite d’elle une foi profonde. A sept ans il est berger et tandis que son troupeau se repose il se réfugie souvent dans une grotte pour prier. Il va à l’école du village ou il étudie l’arabe et le syriaque. Très jeune, il est attiré par la vie monastique.

A vingt ans, il se rend souvent au monastère de Notre-Dame de Mayfouk de l’ordre libanais maronite, et décide d’y entrer. Sa mère lui dit : « si tu ne devais pas être un bon religieux, je te dirais reviens à la maison, mais je sais maintenant que le Seigneur te veux à son service, qu’il te bénisse et fasse de toi un saint ». Après dix jours, Youssef prend l’habit et choisit le nom de Charbel, illustre martyr de l’Eglise d’Antioche. Dès le début de sa vie religieuse, sa générosité dépasse toute obligation, aucun travail manuel ne le rebute, on le charge de nettoyer les couloirs, collecter les ordures, défricher les terres incultes. A 25 ans frère Charbel prononce ses vœux et part étudier la théologie au couvent saint Cyprien de Kfifan. Il est ordonné prêtre en 1859 à Bkerke, Charbel va alors passer 16 ans dans le monastère Saint Maron d’Annaya.

A l’âge de 47 ans, le Seigneur lui inspire de se retirer dans un ermitage. Les supérieurs n’acceptent pas facilement et demandent un signe au Seigneur. Ce signe sera que la lampe de saint Charbel, remplie d’eau à la place de l’huile, brûlera normalement. Dès le lendemain, 15 février 1875, le père Charbel obtient de son supérieur la permission de se retirer dans l’ermitage saint Pierre et saint Paul voisin du monastère. Pendant 23 ans, jusqu’à sa mort, il va mener une vie de prière et de pénitence. Tous les jours, il se rend à la chapelle et demeure des heures en adoration, presque continuellement à genoux, il s’absorbe dans une profonde méditation. Aux questions qu’on lui pose il répond aimablement juste le nécessaire. Le 16 décembre 1898 pendant la messe, Charbel est atteint de paralysie. Son agonie dure huit jours, pendant ce temps, il répète continuellement les paroles de la messe. Charbel meurt le 24 décembre, pendant la vigile de Noël.

En 1950, sa tombe est ouverte et son corps exposé aux visiteurs. Cette année est marquée par le grand nombre de miracles qui ont lieu autour du tombeau de saint Charbel. Il est béatifié le 5 décembre 1965. Le pape Paul VI célèbre sa canonisation le 9 décembre 1977 dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Saint Charbel est le saint patron du Liban, il y est fêté le 24 décembre.

 

Miracles dans la vie de saint Charbel

L’existence de saint Charbel montre des similitudes avec celle de saint Padre Pio. Beaucoup de prodiges entourèrent la vie de saint Charbel. L’un de ses frères à Annaya témoigne : « Tout ce qu’on lit dans les biographies des saints est inférieur à ce que, de mes yeux, j’ai vu accomplir par le père Charbel ». On lui demandait de bénir les champs, les troupeaux, les malades, et les grâces pleuvaient. Plusieurs fois les champs bénis ont été les seuls préservés des invasions de criquets et les élevages de vers à soie protégés. Le saint avait le don de lire dans les âmes et de connaître les choses à distance. Un jour où les réserves de nourritures étaient insuffisantes, on lui demanda de bénir le garde-manger et les jarres se remplirent miraculeusement de blé et d’huile.  

D’où lui venait donc cette grâce de réaliser tant de miracles ? C’est la vie de saint Charbel qui nous le dit. Le moine offrait continuellement des sacrifices et menait une vie d’ascèse et de prière. Il veillait longuement la nuit pour prier, il jeûnait constamment, travaillait même malade et refusait les médicaments. Il ne parlait que lorsqu’on le lui ordonnait et toujours à voix basse, les yeux baissés et son capuchon couvrant son regard. Il ne sortait que sur ordre de son supérieur. La messe était au cœur de sa vie, il s’y préparait longuement et faisait de longues actions de grâce.

La mort de saint Charbel fut entourée de phénomènes extraordinaires. Les premiers jours, on vit tous les soirs une vive lumière sortir de sa tombe. Lorsque l’on ouvrit son tombeau, son corps était comme celui de quelqu’un qui dort et exsudait un liquide par lequel nombre de guérisons se sont produites. Ce liquide s’écoula du corps de saint Charbel durant 79 ans, c’est-à-dire jusqu’à l'année de la canonisation.

Guérisons miraculeuses par saint Charbel après sa mort

Les miracles de saint Charbel ont dépassé les frontières du Liban. Les guérisons reçues par son intercession se comptent par dizaines de milliers et concernent des croyants de toutes les religions et confessions. Dans de nombreux cas, des apparitions de saint Charbel au cours de rêves ont précédé le miracle.

L'Eglise a reconnu deux miracles pour la béatification de saint Charbel et un troisième pour la canonisation. Énormément d’autres miracles ont été rapportés et de nouveaux témoignages de guérisons miraculeuses et grâces obtenues continuent à parvenir au couvent d’Annaya.

L’un des miracles les plus stupéfiants est celui Nohad Al-Chami en 1993. Après une attaque cérébrale suivie d’une double occlusion de la carotide, cette mère de famille devint hémiplégique. Ses enfants se mirent à lui appliquer au cou un mélange de terre et d’huile de la tombe de saint Charbel. Dans un rêve Nohad vit deux moines, saint Maron et saint Charbel qui lui dit « Je suis ici pour t’opérer », de fait à cet instant elle sentit une vive douleur à la gorge. Lorsqu’elle se réveilla, Nohad remarqua deux grandes cicatrices des deux côtés du cou, les fils chirurgicaux étaient visibles. Après plusieurs jours saint Charbel revint la voir en rêve et lui demanda d’aller tous les 22 du mois en action de grâce au couvent d’Annaya pour participer à la messe, le saint a précisé que ces cicatrices étaient la volonté de Dieu comme signe pour les incroyants. Par la suite une échographie montra qu’elle avait eu une véritable intervention chirurgicale bilatérale de la carotide.

Miracle reconnu pour la béatification

En 1937, Iskandar Obeid perdit la vue d’un œil suite à un accident. Pour éviter une infection à l’œil sain, les médecins lui conseillèrent l’ablation de l’œil malade. Il attendit encore, ne pouvant se résigner à l’opération, en 1950 il se mit à prier saint Charbel et se rendit au monastère d’Annaya. Dès son retour, il eut des douleurs de plus en plus fortes à l’ œil et vit saint Charbel en rêve. A son réveil, il regarda l’image de saint Charbel avec son œil malade et la voyait parfaitement. Les médecins constatèrent le phénomène inexplicable, l’iris était redevenue normale.

Miracle reconnu pour la canonisation

Mariam Assaf Awad, une femme d’origine syrienne vivant au Liban, subi entre 1963 et 1965 trois opérations pour soigner des tumeurs cancéreuses, à l'estomac, aux intestins, et au cou. Devant la gravité de son état, elle se mit à prier le bienheureux Charbel refusant en même temps tous les traitements. Dans sa prière Mariam demandait soit la guérison, soit la force de résister à la maladie. Un soir elle prononça cette invocation : « De grâce, Ô Saint Charbel, vous qui avait guéri les aveugles et les estropiés, guérissez-moi de cette maladie, et une fois guérie je vous remercierai dans votre sanctuaire ». A son réveil la tumeur avait diminué, durant quatre jours elle répéta l’invocation jusqu’à ce que la tumeur ait totalement disparu.

Prières à saint Charbel

Saint Charbel est un intercesseur puissant et proche des fidèles, on constate la profondeur de l'amitié qui s'instaure entre saint Charbel et ceux qui l'implorent et lui confient leurs intentions de prière. Au Liban les litanies de saint Charbel sont récitées dans les églises durant la neuvaine de préparation à sa fête. Voici plusieurs neuvaines pour se confier à saint Charbel :

Prière pour demander l’intercession de saint Charbel

Dieu, infiniment Saint et glorifié dans vos saints,

Vous qui avez inspiré au saint moine et ermite Charbel de vivre et de mourir dans une parfaite ressemblance avec Jésus, lui accordant la force de se détacher du monde afin de faire triompher, dans son ermitage, l’héroïsme des vertus monastiques : la pauvreté, l’obéissance et la chasteté, nous vous supplions de nous accorder la grâce de vous aimer et de vous servir à son exemple.

Seigneur Tout-Puissant, qui avez manifesté le pouvoir de l’intercession de saint Charbel par de nombreux miracles et faveurs, accordez-nous la grâce (…) que nous implorons par son intercession.

Ainsi soit-il.

Prière de guérison à saint Charbel

Ô grand thaumaturge saint Charbel, toi qui as passé ta vie dans la solitude, dans un ermitage humble et caché, renonçant au monde et à ses plaisirs vains, et qui maintenant règnes dans la gloire des saints, dans la splendeur de la Très Sainte Trinité, intercède pour nous.

Éclaire notre esprit et notre cœur, augmente notre foi et fortifie notre volonté.

Augmente notre amour envers Dieu et envers le prochain. Aide-nous à faire le bien et à éviter le mal. 

Défends-nous de nos ennemis visibles et invisibles et secours-nous tout au long de notre vie.

Toi qui accomplis des prodiges pour celui qui t'invoque et obtiens la guérison de maux innombrables et la solution à des problèmes sans espoir humain, regarde-nous avec pitié et, si c'est conforme à la volonté divine et à notre plus grand bien, obtiens-nous de Dieu la grâce que nous implorons (…), mais aide-nous surtout à imiter ta vie sainte et vertueuse.

Amen.