Vous êtes ici :
Saint François d’Assise : vie, miracles, œuvres, prières

Saint François d’Assise : vie, miracles, œuvres, prières

129814-saint-francois-d-assise

L’homme au choix radical

Il rêvait d'être chevalier, il se fait maçon pour le Christ et répare les églises en ruine. Il portait riche parure, il quitte tout, prend robe de bure, embrasse les lépreux et s’installe dans les bois avec ‘dame pauvreté’ : son choix radical pour le Dieu d’amour attire à lui la jeunesse de son temps. Faiseur de paix, il prêche la fraternité. Amoureux de la création, il parle avec frère loup, frère soleil et notre sœur la lune... Jean Paul II le nommera patron de l’écologie. Sa plus grande œuvre : l’ordre franciscain né de sa pauvreté absolue a renouvelé toute l’Eglise de son temps !

(Retrouvez d’autres saintes et saints dans le guide des saints sur Hozana)

Biographie de François d’Assise

Giovanni Bernardone naît à Assise en Italie en 1181, sa mère le fait baptiser du nom de Giovanni. Son père, Pietro di Bernardone, riche marchand de drap revenant de voyage en France pour le commerce, appelle son fils Francesco, « le petit français ». Il grandit au gré des événements politiques de son pays, part au combat en 1202 puis est fait prisonnier, tombe malade et se rétablit difficilement. En 1205 il nourrit l’espoir de réaliser des hauts-faits militaires, mais une fois parti, il fait un songe qui l’invite à renoncer à ces projets guerriers pour suivre le Christ. De retour à Assise, il commence son réveil spirituel. Un jour, alors qu’il prie devant un crucifix, il entend une voix lui demandant de « réparer son église en ruine ». Prenant l’ordre au pied de la lettre, François va s’atteler à remettre en état des chapelles et églises en ruine. Il se consacre aussi aux lépreux et après quelque temps deux bourgeois d’Assise se joignent à lui.

A partir de 1208, François décide de vivre en suivant l’Evangile et il commence la prédication itinérante avec le petit groupe des Pénitents d’Assise qui comptent alors douze membres. François se rend à Rome pour recevoir l’approbation du pape Innocent III. Celui-ci se montre d’abord suspicieux mais approuve la « forme de vie » et autorise le petit groupe à prêcher la pénitence. Cette « fraternité évangélique » rencontre un succès rapide. En 1212, François accueille Claire Offreduccio qui deviendra sainte Claire d’Assise et fonde avec elle l’Ordre des Pauvres dames, appelé par la suite les Clarisses.

En 1217 certains frères sont envoyés en dehors de l’Italie. François part pour la France, mais s’arrête à Florence. Deux ans plus tard, il part pour l’Orient, désirant visiter les lieux saints, retrouver les croisés et mourir martyr. En 1219 François rencontre le sultan Malik-al-Kamil à Damiette en Egypte. L’année suivante, cinq frères meurent martyrs au Maroc, saint Antoine de Padoue rejoint la famille franciscaine. L’ordre de François devient plus institutionnalisé, François rédige une première règle des frères mineurs qui sera jugée irrecevable. 

En 1222, François crée, à la demande de laïcs, un autre ordre appelé aujourd’hui Fraternité franciscaine Séculière. Un an plus tard, il se retire dans un ermitage et se remet à la rédaction d’une règle. Cette fois, elle est approuvée par la bulle « Solet annuere » du pape Honorius III. En cette année 1223, François célèbre Noël à Greccio, c’est la première fois que l’on voit une crèche. Peu après François, malade, se retire de nouveau dans la solitude et rédige la règle pour les ermitages. Au monastère de l’Alverne, il reçoit les stigmates. Souvent malade, il se réfugie dans une hutte près de la chapelle San Damiano. Devenu aveugle, il rédige en 1225 le Cantique de Frère Soleil ou Cantique des Créatures

François meurt à Assise le 4 octobre 1226, il est canonisé deux ans plus tard en 1228 par Grégoire IX. Son tombeau se trouve aujourd’hui dans la Basilique Saint-François. Saint François est fêté le jour de sa naissance au Ciel, le 4 octobre, il est le saint patron de l’Italie, des animaux, de l’écologie, et des louveteaux.

Miracles de saint François

L’Eglise a reconnu plus de quarante miracles de saint François relatés par saint Bonaventure. Les murs de la basilique d’Assise sont couverts des fresques de la vie de saint François. Elles ont été réalisées par Giotto di Bondone au XIIIe siècle. Il y raconte en particulier douze miracles de saint François, en voici certains :

  • Le sermon aux oiseaux : Un jour François voit dans un champ de nombreux oiseaux. Il court vers eux et ceux-ci au lieu de s’envoler l’attendent. Il leur dit : « Que le Seigneur vous donne la paix ! Mes frères les oiseaux, vous avez bien sujet de louer votre Créateur et de l’aimer. Il vous a donné des ailes. À vous, l’espace, le ciel et la liberté ». Les oiseaux l'écoutent en manifestant leur joie par des piaillements et battements d’ailes.
  • Saint François chasse les démons de la ville d’Arezzo : Un jour la ville d’Arezzo était en émeute. François passant par là voit des démons au-dessus de la ville, dansant comme fous et entraînant les habitants à se battre. Il dit à frère Sylvestre : « Va devant les portes de la ville et ordonne aux démons, de la part de Dieu puissant, de s’enfuir au plus tôt ». Aussitôt, les démons prennent la fuite et la ville retrouve la paix.
  • L’extase de saint François : Des frères surprennent un jour frère François en prière, les bras en croix, en lévitation et rayonnant d'une lumière saisissante.
  • Le miracle de la source : Trop faible pour faire la route à pied, François monte à l’Alverne à dos d’âne tiré par un paysan. À mi-chemin, le paysan épuisé s’écrie : « Je n’en peux plus, je meurs de soif ». Pris de compassion, François descend de l’âne, s’agenouille, prie puis dit au paysan : « Cours vers cette roche. Le Seigneur vient d’en faire jaillir une source d’eau vive ». En effet, le paysan se précipite pour en boire avidement.
  • La guérison du blessé de Lérida : Jean, un homme de Lérida en Catalogne est mourant après avoir été frappé à coups d’épée par un inconnu. Ayant une grande confiance en saint François, Jean répète son nom en gémissant au milieu de ses souffrances. Voici alors qu’un homme, vêtu en frère mineur, se présente à lui en lui disant : « Dieu te sauve parce que tu as eu confiance en moi ». Il s’approche du malade, lui ôte les bandages et touche ses blessures. Les plaies se cicatrisent. Lorsque le miraculé lui demande son nom il répond « Je suis François ».

Œuvres de François d’Assise

Les écrits de saint François sont la plus sûre source pour le connaître, ils présentent les étapes de sa pensée et de son développement spirituel. Ils permettent aussi de connaître les débuts de l'œuvre qu’il a fondée puisque ce sont les premiers documents franciscains dont on dispose. Ces écrits sont rédigés par François, seul ou en collaboration, ils rassemblent :

  • Les prières : nombreuses sont les prières et louanges écrites par François d’Assise.
  • Les exhortations : les admonitions de saint François sont les paroles qu’il adressait aux frères. Ce sont des conseils spirituels, des avis, des ordres, des remontrances. On peut dire que c’est le « sermon sur la montagne » de saint François.
  • Les lettres : La lettre à « tous les fidèles », véritable « encyclique » rappelle à tous les fidèles les exigences et les merveilles de l’Évangile.
  • La règle : la règle définitive, « deuxième règle », rédigée en 1223 est celle qui régit actuellement encore l’Ordre des Frères Mineurs (ofm), c’est elle que les franciscains font profession d’observer.
  • Le testament : dicté à la fin de sa vie à la Portioncule, durant sa dernière maladie. Dans ces paragraphes, François retrace son chemin spirituel et réaffirme l’idéal auquel il a consacré sa vie : la pauvreté. Il évoque les risques de déviation de son idéal.

Prier saint François d’Assise

Prières de saint François d’Assise

  • Prière du matin

“Seigneur, dans le silence de ce jour naissant, je viens vous demander la paix, la sagesse et la force. Je veux regarder aujourd’hui le monde avec des yeux remplis d’amour ; être patient, compréhensif, doux et sage ; voir vos enfants au-delà des apparences, comme vous les voyez vous-même, et ainsi, ne voir que le bien en chacun. Fermez mes oreilles à toute calomnie, gardez ma langue de toute malveillance et que seules les pensées qui bénissent demeurent en mon esprit. Que je sois si bienveillant et si joyeux que tous ceux qui m’approchent sentent votre puissance et votre présence. Revêtez-moi de votre beauté, Seigneur, et qu’au long du jour je vous révèle.

Ainsi soit-il.”

  • Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix

“Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.

Là où est la haine, que je mette l’amour.

Là où est l’offense, que je mette le pardon.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant

à être consolé qu’à consoler,

à être compris qu’à comprendre,

à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en donnant qu’on reçoit,

c’est en pardonnant qu’on est pardonné,

et c’est en mourant qu’on ressuscite à la vie

éternelle.

Amen”

Neuvaines et prières à saint François d’Assise