Vous êtes ici :
Les clarisses : histoire, règle de vie

Les clarisses : histoire, règle de vie

Histoire des clarisses

Les clarisses sont un ordre religieux féminin fondé par sainte Claire en 1212 à Assise en Italie, elles font partie de la famille franciscaine. Sainte Claire d’Assise (1193-1253) a fondé cette nouvelle forme de vie religieuse selon l’idéal proposé par saint François d’Assise avec les frères franciscains. Animée d’une vive volonté de suivre saint François dans la voie de pauvreté et du don de soi total au Christ, Claire le rejoint, en 1211, pour donner sa vie à Dieu. Il l’envoie à l’église saint Damien ou peu de temps après des sœurs et amies de Claire la rejoignent. La petite communauté d’origine est ainsi formée, François leur donne une petite « forme de vie ».

A l’époque les ordres féminins devaient avoir des privilèges et des biens pour être reconnus par l’Eglise, Claire se voit contrainte de suivre une règle existante : la règle de saint Benoît. Mais la grande amie de saint François est fermement attachée à la pauvreté évangélique et rédige des 1248 sa propre règle, elle sollicite du pape Innocent II le Privilège de pauvreté pour son ordre. Ce n’est que peu de temps avant sa mort, en 1253, que Claire verra sa Forme de vie approuvée par le pape Innocent IV avec la pauvreté tant désirée. Claire est la première femme à avoir rédigé une règle de vie religieuse pour des femmes. Sainte Claire ne s’est jamais prévalue d’être elle-même la fondatrice de son ordre, elle en attribuait tout le mérite à saint François. En réalité, elle est bel et bien la fondatrice de l’ordre des clarisses, appelé initialement ordre des Pauvres Dames.

Dix ans après la mort de sainte Claire, le pape Urbain IV promulgue la Règle de l’Ordre de sainte Claire où les propriétés sont de nouveau permises. C’est sainte Colette (1381-1447) qui, deux siècles plus tard, va réformer cette nouvelle forme de vie religieuse en France et ainsi revenir à la pauvreté des origines et à la Règle de Claire. A l’époque il y a 150 monastères de clarisses répandus en Europe et jusqu'à Jérusalem en Terre Sainte. Cette forme de vie religieuse suivant « la voie de la sainte simplicité, de l’humilité et de la pauvreté sur les traces du Christ pauvre » (Testament de Claire) est aujourd’hui suivie par 15 000 sœurs pauvres dans 76 pays et environ un millier en France.

La Règle de vie des clarisses

Les sœurs clarisses sont aussi appelées Sœurs Pauvres, ce sont ces deux mots qui les définissent le mieux. Elles sont des sœurs contemplatives cloîtrées et mènent une vie de prière, joyeuse et fraternelle. La règle de vie édictée par sainte Claire est très simple : elle prône la pauvreté, la mendicité, bannit toute propriété individuelle et propose une vie retirée du monde dans la contemplation. De fait, jusqu’au concile Vatican II, les sœurs vivent très pauvrement, exclusivement de la charité, des dons et de la mendicité. Suite au concile, qui interdit la mendicité, les sœurs se mettent à réaliser différents travaux leur rapportant un peu d'argent

La spiritualité des clarisses

L’idéal évangélique proposé par sainte Claire

Cette parole de sainte Claire montre la voie à suivre aux clarisses : « J’avertis et j’exhorte dans le Seigneur Jésus-Christ toutes mes sœurs… à toujours s’appliquer à imiter la voie de la sainte simplicité, de l’humilité et de la pauvreté ».

La vie fraternelle et communautaire

C’est au sein de la vie communautaire que les clarisses cherchent à imiter le Christ, dans une vie de service, fraternelle, simple et pauvre. Sainte Claire invitait ses filles à vivre en « vous aimant les unes les autres de la charité du Christ, l'amour que vous avez au-dedans, manifestez-le au dehors par des actes ».

La prière

Les clarisses sont invitées à rejoindre le Christ dans la méditation personnelle et communautaire de l’évangile, dans l’adoration et dans la participation aux sacrements, ainsi elles veulent être au cœur de l'Église et du monde une prière ininterrompue.

Le travail

Le travail est une expression importante de la vie des sœurs. Par la, elles participent à l’œuvre créatrice de Dieu, équilibrent leur vie personnelle et communautaire et assurent en partie leur subsistance. Leurs tâches sont principalement : les services communautaires, la confection de vêtements liturgiques, les travaux informatiques, l’accueil des hôtes et l'entretien d'un jardin potager.

La famille franciscaine

Claire s’est voulue dès l’origine servante du Christ et de ses sœurs, disciples de saint François. Les clarisses gardent avec leurs frères franciscains et toute la famille franciscaine un lien de fraternité profond et durable.

Prier avec les clarisses d’Arras sur Hozana : la neuvaine à sainte Claire.