Les dix plaies d’Egypte

L’Ancien Testament nous relate dans le livre d’Exode, l’esclavage qu’ont subi les juifs en Egypte après la mort de Joseph, fils de Jacob. Heureusement, Dieu a entendu leurs cris et leur a envoyé Moïse comme libérateur et défenseur face à l’obstination et à la cruauté du Pharaon envers eux. Ces 10 plaies sont 10 fléaux que Dieu a envoyés en Egypte en vue de forcer le pharaon à laisser partir son peuple. Découvrez quelles étaient-elles et comment Dieu s’est servi de Moïse et Aaron pour libérer le peuple juif du pouvoir du Pharaon. 

Moïse et Pharaon : le bras de fer pour l’exode

Alors que les israélites sont asservis par les égyptiens, Dieu envoie Moïse et Aaron et leur demande d’ordonner à Pharaon de libérer son peuple. Cependant, Pharaon refuse et provoque la colère de Dieu qui envoie sur son pays 10 sortes de calamités pour le forcer à lâcher prise sur son peuple.

Liste des dix plaies envoyées sur l’Egypte

L’eau transformée en sang

“Moïse et Aaron firent comme le Seigneur l’avait ordonné. Aaron leva son bâton et frappa les eaux du Nil sous les yeux de Pharaon et de ses serviteurs, et toutes les eaux du Nil se changèrent en sang.” (Exode 7, 20)

Les grenouilles

“Aaron étendit la main sur les eaux d’Égypte ; les grenouilles grimpèrent et couvrirent le pays d’Égypte. (...) Moïse et Aaron sortirent de chez Pharaon, et Moïse cria vers le Seigneur à propos des grenouilles dont il avait accablé Pharaon. Le Seigneur agit selon la parole de Moïse : les grenouilles crevèrent dans les maisons, dans les cours, dans les champs.” (Exode 8, 2 ; 8-9)

Les poux

“Ils firent ainsi. Aaron étendit la main, il frappa de son bâton la poussière du sol, et les moustiques s’abattirent sur les gens et sur les bêtes ; toute la poussière du sol se changea en moustiques dans tout le pays d’Égypte.” (Exode 8, 13)

Les mouches venimeuses

“Et le Seigneur fit ainsi. La vermine envahit la maison de Pharaon, celles de ses serviteurs et tout le pays d’Égypte ; le pays en fut infesté.” (Exode 8, 20)

La mort du bétail

“Le lendemain, le Seigneur mit sa parole à exécution : tous les troupeaux des Égyptiens périrent ; mais, dans les troupeaux des fils d’Israël, pas une bête ne périt.” (Exode 9, 6)

L’épidémie d’ulcères

“Ils prirent de la suie de fourneau et vinrent se tenir devant Pharaon ; Moïse la lança en l’air : hommes et bêtes furent couverts d’ulcères bourgeonnant en pustules.” (Exode 9, 10)

La tempête de grêle et de feu

“Moïse étendit son bâton vers le ciel, et le Seigneur déchaîna tonnerre et grêle. La foudre tomba sur terre, et le Seigneur fit pleuvoir la grêle sur le pays d’Égypte. Il y eut grêle et foudre mêlée à la grêle. Ce fut d’une violence extrême : jamais il n’y eut rien de tel dans le pays d’Égypte depuis qu’il est une nation.” (Exode 9, 23-24)

L’invasion des sauterelles

“Moïse étendit son bâton sur le pays d’Égypte, et le Seigneur fit lever sur le pays un vent d’est qui souffla tout ce jour-là et toute la nuit. Au matin, le vent d’est avait amené les sauterelles. Des nuées de sauterelles montèrent sur tout le pays d’Égypte et se posèrent sur l’ensemble du territoire. Jamais auparavant et jamais depuis lors, il n’y eut une telle masse de sauterelles.” (Exode 10, 13-14)

Les ténèbres pendant 3 jours

“Moïse étendit la main vers le ciel et, pendant trois jours, il y eut d’épaisses ténèbres sur tout le pays d’Égypte. Les gens ne se voyaient plus l’un l’autre, et chacun resta sur place pendant trois jours. Mais il y avait de la lumière pour les fils d’Israël, là où ils habitaient.” (Exode 10, 22-23)

La mort des premiers-nés

“Au milieu de la nuit, le Seigneur frappa tous les premiers-nés de l’Égypte, du premier-né de Pharaon qui siège sur le trône, jusqu’au premier-né du captif dans sa prison, et tous les premiers-nés du bétail. Cette nuit-là, Pharaon se leva, ainsi que tous ses serviteurs et tous les Égyptiens ; et une immense clameur s’éleva en Égypte, car il n’y avait pas une seule maison sans un mort.” (Exode 12, 29-30) 

Le sang de l’Agneau : le signe de la libération

Le dernier signe, celui qui a permis la sortie de l’esclavage, c’est le sang de l’agneau pascal. Ce signe était une préfiguration du sacrifice de Jésus, appelé l’Agneau de Dieu, pour la libération de ceux qui étaient esclaves du péché. De même que le sang appliqué sur les linteaux des portes a permis aux israélites d’être épargnés de la mort, de même le sang de Jésus versé à la croix nous donne la victoire sur le péché et sur la mort. En effet, il est écrit : “À plus forte raison, maintenant que le sang du Christ nous a fait devenir des justes, serons-nous sauvés par lui de la colère de Dieu.” (Romains 5, 9)