Agneau de Dieu

“Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ;” (Jean 1, 29) Telles sont les paroles de Jean lorsque Jésus vient vers lui au Jourdain pour se faire baptiser. Pourquoi Jean appelle-t-il Jésusl’Agneau de Dieu ? Découvrons comment la parole de Dieu fait le lien entre le sacrifice de Jésusl’Agneau immolé, et le pardon des péchés !

Voici l’Agneau de Dieu

Le sang de l’Agneau

Jésus est l’Agneau de Dieu venu pour ôter le péché du monde. Autrefois, comme nous le montre le livre du Lévitique dans l’Ancien Testament, le peuple de Dieu devait offrir des sacrifices d’animaux (boucs, taureaux, agneaux, ...) et grâce au sang que l’on retirait de ces animaux, les péchés du peuple étaient couverts. Cependant, le sang de Jésus n’a pas juste couvert le péché des hommes mais il l’a complètement effacé. 

Le sacrifice de Jésus

Dans le chapitre 10 du livre d’Hébreux, nous voyons le parallèle entre l’Ancienne alliance et les sacrifices qui étaient demandés par la Loi et la Nouvelle Alliance où le pardon de Dieu est d’ores et déjà accordé grâce au sang de Jésus qui a coulé à la croix de Golgotha. Il est écrit : “Il est impossible, en effet, que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés. Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps.” (Hébreux 10, 4-5) 

Passages bibliques présentant Jésus comme l’Agneau de Dieu

Jésus annonce son sacrifice 

“Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit et, le donnant aux disciples, il dit : « Prenez, mangez : ceci est mon corps. » Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, en disant : « Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés.” (Matthieu 26, 26-28)

Ecce Agnus Dei

“Le lendemain, voyant Jésus venir vers lui, Jean déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était.” (Jean 1, 29-30)

Christ, l’Agneau pascal

“Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ.” (1 Corinthiens 5, 7)

Le Christ s’est offert

“le sang du Christ fait bien davantage, car le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans défaut ; son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant.” (Hébreux 9, 14)

La Rédemption : Jésus-Christ nous rachète par son sang

“Vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles, l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères ; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ.” (1 Pierre 1, 18-19)

Il a porté nos péchés à la croix

“C’est bien à cela que vous avez été appelés, car c’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces. (...) Lui-même a porté nos péchés, dans son corps, sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice. Par ses blessures, nous sommes guéris.” (1 Pierre 2, 21 ; 24)

Le pardon de Dieu

Désormais, “Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice.” (1 Jean 1, 9). Jésus-Christ est mort à la croix afin que tous les hommes soient sauvés et délivrés du péché. La seule condition est de reconnaître nos péchés et de croire en Jésus ; Dieu nous enveloppe alors de sa miséricorde. N’ayons donc pas peur de nous approcher de Dieu, Jésus nous a réconcilié avec Dieu grâce à son sacrifice à la croix