La prière du Je crois en Dieu - Hozana

La prière du Je crois en Dieu

Le Credo – ou Je crois en Dieu - est une prière référente du christianisme. Elle confesse la foi des premiers chrétiens à travers les principaux mystères de la sainte Trinité et, depuis les premiers conciles œcuméniques du IVème siècle, officialise le cœur de la foi chrétienne. Découvrez cette belle profession de foi dans ces deux versions : le symbole des apôtres et le symbole de Nicée-Constantinople. 

Prières du Je crois en Dieu : symbole des apôtres et symbole de Nicée

Il existe deux versions du Credo. Une version courte qui reprend les éléments essentiels de la foi de l’Eglise primitive : le symbole des apôtres. Une autre version la complète et est issue des premiers conciles dont elle porte le nom : le symbole de Nicée-Constantinople. (voir les origines du  « Je crois en Dieu »)

Symbole des apôtres

« Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ, son fils unique, notre Seigneur ;
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers ;
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint,
à la sainte Église catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle. 
Amen »

Symbole de Nicée-Constantinople

« Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible,
Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ, le fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu
Engendré non pas créé, de même nature que le Père ; et par lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ;
Par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour, conformément aux écritures, et il monta au ciel ;
il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père et du Fils.
Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les prophètes.
Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir. 
Amen »

Je crois en Dieu en latin (credo)

« Credo in Deum, Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae.
Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum:
qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine,
passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus,
descendit ad inferos,
tertia die resurrexit a mortuis,
ascendit ad caelos,sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis,
inde venturus est iudicare vivos et mortuos.
Credo in Spiritum Sanctum,
sanctam Ecclesiam catholicam,
sanctorum communionem,remissionem peccatorum,
carnis resurrectionem,
vitam aeternam.
Amen. »

Quand réciter le Je crois en Dieu ou Credo ?

Cette profession de foi peut se réciter lors de nos prières personnelles ; à l’instar du Notre Père et du Je vous salue Marie, il s’agit d’une prière référente pour les catholiques. La proclamation de sa foi est avant tout personnelle - le Credo est d’ailleurs à la première personne du singulier (Je crois) - chacun ne pouvant professer que sa seule foi. On retrouve le Credo au début de nombreuses prières du chapelet, notamment le rosaire, souvent sous la forme du symbole des apôtres.

Toutefois, récitée collégialement, cette prière prend alors toute sa valeur, comme socle de l’Eglise du Christ. C’est pourquoi le Credo est récité durant les messes par l’assemblée sous la forme du symbole de Nicée-Constantinople. Il peut faire aussi l’objet de chant ou d’un dialogue comme dans les baptêmes (le baptisé et / ou ses parents et parrain, marraine sont amenés à proclamer leur foi) ou la vigile pascale durant laquelle est récité le symbole de la foi dans la nuit.

Le Je crois en Dieu (credo) expliqué

Le symbole des apôtres est composé de 12 articles.

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre.
Cette première phrase nous rappelle que Dieu est le créateur, comme nous le voyons dans l’ancien testament mais aussi le Père, comme nous en prenons toute l’importance avec le nouveau testament. Cela fait écho à la prière que Jésus nous a apprise : le Notre Père.

Et en Jésus Christ, son fils unique, notre Seigneur ;
Nous croyons que Jésus (Dieu sauve) est le Christ, l’«Oint » de Dieu, le Messie dont nous parlaient les écritures et nous le reconnaissons comme notre Seigneur, notre Dieu. Jésus n’est pas simplement Fils de Dieu, c’est à dire proche de Dieu, mais il est fils unique de Dieu : « vrai Dieu né du vrai Dieu ».

Dans le symbole de Nicée est ajouté l’idée de consubstantialité avec « né du Père avant tous les siècles ».

qui a été conçu du Saint-Esprit,
La nature divine du Christ est affirmée. Il n’a pas été « créé » comme les hommes ou les éléments de la Terre mais « engendré » par le Père. Il est donc « de même nature » que lui. 

est né de la Vierge Marie,
Juste après avoir affirmé sa nature divine, nous affirmons qu’il est pour autant Fils de l’Homme aussi, qu’il a pris entièrement notre condition humaine. Il est Dieu fait homme.

a souffert sous Ponce Pilate,
Cette phrase inscrit Jésus plus que jamais dans notre humanité :

  • Par la mention de Ponce Pilate qui permet de dater la vie de Jésus et ainsi de l’inscrire dans notre histoire. Ce n’est pas une légende mais un fait.

  • Par la reconnaissance de ses souffrances ; il a endossé toute notre condition humaine, jusqu’à la souffrance du corps et du cœur pour être avec nous jusqu’au bout.

a été crucifié, est mort et a été enseveli,
Le mystère de sa passion est un élément essentiel de la foi. C’est par la croix et par sa mort que Jésus sauve les hommes. C’est ce don de lui jusqu’au bout qui est preuve de son amour infini pour nous.

est descendu aux enfers ;
Il est descendu dans le séjour des morts. Il est venu sauver les hommes de toutes les générations, celles qui l’ont précédé comme celles qui le suivent.

le troisième jour est ressuscité des morts,
Cette phrase fait écho aux textes saints en rappelant les trois jours et affirme le grand mystère et le cœur du christianisme : la résurrection. Jésus a vaincu la mort et par son don d’amour sauve de la mort tous ceux qui croient en lui.

est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivants et les morts.

Ces articles évoquent l’ascension et le retour du Fils au Père, ainsi que le jugement dernier. C’est bien vers Dieu que Jésus nous amène « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14 ; 6). Il prépare la place dans le Royaume de Dieu à ceux qui croient en lui..

Je crois en l’Esprit Saint,
Nous affirmons notre croyance en la troisième personne de la sainte trinité : le saint-esprit qui est Dieu et sa présence sur terre : à travers les prophètes (dans le symbole de Nicée), les saints et chaque chrétien qui le reçoit le jour de son baptême.

à la sainte Église catholique,
Nous professons notre foi dans l’Eglise, corps du Christ et universelle (signification du mot catholique ici ; dans la version protestante du Credo, le terme universel est d’ailleurs utilisé).

à la communion des saints,
Le chrétien ne vit pas sa foi seul ; la plénitude de la relation à Dieu est dans la relation à l’autre (le Dieu trinitaire est un dieu de relation) et dans la communion entre les hommes. De plus, l’Eglise du Christ n’est pas composée que des chrétiens sur terre mais aussi de tout le peuple de Dieu et notamment ceux qui nous ont précédé.

à la rémission des péchés,
Nous croyons que Jésus est mort pour notre salut, pour le pardon de nos péchés. Par lui, signe de la miséricorde infinie de Dieu, nous sommes lavés de nos péchés.

à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle. Amen

Grâce à Jésus, nous sommes le peuple des vivants. La mort n’est qu’un passage et nous sommes appelés à la vie éternelle dans laquelle chacun de nous sera ressuscité dans sa « chair » (le mot chair n’ayant à l’époque pas le même sens ; il s’agit de  l’essence même de chaque être).

Priez le Père, le Fils et le Saint-Esprit avec Hozana !

Après avoir professé votre foi en un Dieu - Père aimant et miséricordieux, Fils sauveur et libérateur, Esprit-Saint lumière et force dans nos vies – approfondissez votre relation aux personnes de la Trinité en communion de prière avec d’autres chrétiens via les communautés Hozana :

Apprenez à mieux (re)connaître l’action de l’Esprit Saint dans votre vie