Vous êtes ici :
Solennités, fêtes, mémoires : les différentes célébrations liturgiques dans l'Église catholique

Solennités, fêtes, mémoires : les différentes célébrations liturgiques dans l'Église catholique

Le calendrier liturgique catholique est si riche en célébrations qu'il est parfois difficile de les différencier. Solennités, fêtes, mémoires : quelles sont les particularités liturgiques de ces célébrations ? A quoi correspondent-elles ? 

Découvrez dans cet article comment différencier ces trois grandes célébrations et apprenez leurs particularités liturgiques ! Priez avec Hozana tout au long des grandes fêtes qui ponctuent l’année liturgique.

  

Solennité, fête, mémoire : à quoi correspondent ces différentes appellations ? 

Depuis le concile Vatican II, l'Église catholique honore trois types de célébrations liturgiques, classées selon leur degré d’importance. 

La Solennité est le degré supérieur de célébration des fêtes. Les solennités font partie des célébrations les plus incontournables de la vie liturgique. Parmi elles, on compte, par exemple, Noël, l’Epiphanie, l’Annonciation, ou Pâques, qui est d’ailleurs considérée comme la “solennité des solennités”.

Après la Solennité, le deuxième degré des célébrations liturgiques est la fête. A ce titre, la messe et les lectures, ainsi que l’office de la liturgie des heures sont propres au jour. Comme fêtes, on peut penser notamment à la Présentation de Jésus au Temple, la Transfiguration du Seigneur, la Visitation de la Vierge Marie, toutes les fêtes des apôtres et des évangélistes (sauf saints Pierre et Paul, faisant office de Solennité).

Enfin, la « Mémoire » constitue le degré de célébration liturgique qui se situe après la Solennité et la Fête. Elle vise à honorer les saints ayant une portée universelle. Quand il s’agit d’une mémoire obligatoire, on fait honneur du saint lors de la messe et de l’office (par exemple Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ou Saint François de Sales), contrairement à la mémoire facultative qui est sans obligation, et donc laissé à la discrétion du célébrant.

L’Eglise précise quand s’il s’agit d’une mémoire obligatoire ou facultative : pour cela, vous pouvez par exemple consulter le site AELF).

Au sujet des féries, ils correspondent aux autres jours de la semaine, ne possédant aucune particularité liturgique. En d’autres termes, ces jours ne sont pas attachés à une Solennité, une Fête ou une Mémoire obligatoire.

Quelles sont les différences liturgiques ? 

Il existe des différences liturgiques dans la façon de célébrer les solennités, les fêtes ou encore les mémoires, chacune devant être honorée selon sa particularité. 

La solennité, qui marque un événement fondamental du mystère chrétien, est célébrée de la façon la plus manifeste et solennelle afin d’inviter les fidèles à l’allégresse ! Elle débute la veille avec les premières Vêpres, avec parfois une messe propre de Vigile. Le jour même, la messe du jour est célébrée avec des ornements liturgiques blancs. Le blanc est la couleur associée à la pureté, la Gloire divine, et la résurrection. On chante ou l’on récite le Gloria et la profession de foi.

Les deux plus importantes solennités - Pâques et Noël - sont accompagnées d’une octave, c’est-à-dire que la fête se poursuit durant huit jours, voilà pourquoi nous pouvons entendre parler d’Octave de Noël, ou Octave de Pâques.

Tout comme les solennités, les fêtes sont des événements festifs, considérés comme des exceptions dans le calendrier liturgique. Cependant, à la différence de la solennité, la fête n’est célébrée que le jour même, sauf s’il s’agit d’une fête du Seigneur. Tout comme pour les solennités, on y chante le Gloria.

Les solennités et les fêtes, selon leur degré importance, sont célébrées avec plus ou moins d’éclat et de ferveur : des chants, des lectures, des processions et des temps de prière peuvent accompagner les offices.

Enfin, la mémoire, commémorant un saint ou d’une sainte au jour anniversaire de sa mort, est célébrée, au cours de la messe et de l’office de la liturgie des heures, d’une manière « moins solennelle » que les solennités et fêtes. Lorsque l’on célèbre un saint martyr, la couleur liturgique est le rouge. 

Priez au rythme des célébrations liturgiques avec Hozana !

Avec Hozana, priez lors des solennités, des fêtes ou des mémoires grâce aux belles propositions de neuvaines ou de retraites en ligne. Voici quelques propositions pour les grandes solennités et fêtes à venir : 

Enfin, ne manquez pas les différentes célébrations de l’année liturgique en suivant la liturgie du jour !