Cœur Eucharistique de Jésus - Élévations de Sophie Prouvier

Révélation du CŒUR EUCHARISTIQUE DE JÉSUS au Tabernacle, à Sophie Prouvier, en 1854, à Besançon. Nouvelle ère depuis le 16 septembre 2022 - De l'emblème du CŒUR EUCHARISTIQUE DE JÉSUS -

42 partages

Il existe deux cultes du Cœur de Jésus, reconnus, encouragés par l'Église,
deux cultes qui mettent en lumière l'Amour de Jésus,
deux cultes qui ne font pas double emploi et qu'il ne s'agit ni d'opposer
ni de confondre : le culte du Sacré-Cœur et le culte du Cœur Eucharistique.

Le Cœur Eucharistique de Jésus

                  Cette dévotion, qui a disparu après la Seconde Guerre Mondiale (1939-45), était florissante dans les années 1930.
On en retrouve la trace dans des écrits des années 1930, par exemple chez Gabrielle Bossis, grande amante du Cœur de Jésus, en 1938 (LUI et moi, Œuvre complète de Gabrielle Bossis, Éditions Rassemblement à son Image, p. 70).

Mais les papes Pie IX, Léon XIII puis Benoît XV l'avaient 'validée'.

« En expliquant ce que doit être la dévotion au Sacré Cœur,
la théologie enseigne que l'objet de notre adoration doit être à la fois
le cœur de chair, symbole de l'amour,
• et l'amour symbolisé par le cœur,
tous deux inséparablement unis.
• Le motif de ce culte est l'excellence de la charité du Christ,
et aussi l'excellence de son cœur sensible,
véritablement adorable en tant qu'il est
le cœur de la Personne divine du Verbe fait chair,
• et le symbole de son amour.
• Le terme de cette adoration est la Personne divine elle-même,
qui se manifeste dans l'amour et dans son symbole.
• La dévotion au Sacré Cœur contemple ainsi et adore en lui
l'amour du Sauveur, principe de tous ses bienfaits,
depuis la Nativité jusqu'à la consommation de l'œuvre rédemptrice dans le ciel.
• De ce culte est né une dévotion plus spéciale,
qui en est un magnifique développement,
celle au Cœur Eucharistique de Jésus. »

                  In « Le fondement de la dévotion au Cœur Eucharistique » – Préface du Père dominicain Régis Garrigou-Lagrange aux Élévations sur la prière au Cœur Eucharistique de Jésus de Sophie Prouvier (première publication Éditions de la Vie Spirituelle, Saint-Maximin, 1926. Seconde impression sur laquelle nous nous appuyons : Atelier du Monastère Sainte-Catherine de Langeac, 2018.)

                  C'est Sophie Prouvier qui a été l'instigatrice, la pionnière de cette dévotion grâce aux deux révélations au Tabernacle, à Besançon, dans la chapelle de l'Hôpital Saint-Jacques où elle était en formation pour apprendre à devenir supérieure de l'Institut qu'elle fonda ensuite.
Jésus lui dit simplement depuis le Tabernacle de la Chapelle Notre-Dame du Refuge :

  • le 22 janvier 1854 :

« Cœur Eucharistique de Jésus. »

  • Puis, le 1er septembre 1854 :

« C'est mon Cœur Eucharistique, fais-le connaître, fais-le aimer. »

Emblème ou blason spirituel du Cœur Eucharistique de Jésus
dessiné par ©Sandrine Treuillard – le 19 mars 2022 – Saint Joseph.

Le Cœur Eucharistique de Jésus est fêté le jeudi
après le vendredi du Sacré Cœur.
Cette année, le jeudi 30 juin.

Introduction aux circonstances de la révélation

                  Le 22 janvier 1854, Mlle Sophie Prouvier, originaire du diocèse de Saint-Claude, en adoration devant le Saint Sacrement exposé à la chapelle Notre-Dame du Refuge de l'Hôpital Saint-Jacques à Besançon, entend en son sens intime, mais sans bruit de paroles, ce seul mot : Cœur Eucharistique de Jésus. Ses notes spirituelles relatent ensuite le développement de cette intuition révélatrice, qui aboutit à la fondation définitive de la Société des Vierges de Jésus et de Marie, religieuses vivant dans le monde.


Chapelle Notre-Dame du Refuge – dessinée dans le style baroque - plan tracé en ellipse & coupole - par l'architecte Nicolas Nicole - érigée entre 1739-45 –
de l'Hôpital Saint-Jacques (XVIIe), Besançon.

Essor de la dévotion

Désormais la dévotion au Cœur Eucharistique ne tardera pas à être connue.
Un article lui sera consacré dans ”Les annales du Saint-Sacrement” (Lyon 1860) ; tandis qu'à Rouen, les 3-9 juin 1860, le Père Eymard en fera le sujet des exercices de la retraite préparatoire à l'Octave du Saint Sacrement pour l'adoration perpétuelle (PD25) ; Octave du Saint Sacrement qu'il prêchera à Tours, paroisse Saint-Julien, les 11-17 juin 1860. 

 Saint Pierre-Julien Eymard – PD 25,14 : 5ème Méditation : Sur le Sacré Cœur – : 

« Alors qu'ai-je à faire d'un cœur représentatif, d'or, de marbre, quand j'ai le cœur vivant ? Ne pétrifiez donc pas le cœur de Jésus ! Ayez :
• un culte de reconnaissance pour l'amour passé, présent, futur (rentes assurées).
• un culte d'amour pour l'amour. Il faut vous inspirer des pensées actuelles, des sentiments, des désirs du cœur eucharistique de Jésus. Fils, donne-moi ton cœur (Pr 23,26) ;
le sien est donné. (…) » 

Des notes intimes à la publication

                  C'est au cours de cette année 1854 que Sophie bénéficia à deux reprises de révélations qu'elle fut invitée à consigner dans ses notes intimes, à la demande expresse de ses supérieurs et particulièrement de Mgr Mabile, évêque de Saint-Claude (futur évêque de Versailles). C'est ce qu'elle fit par obéissance, comme ce fut le cas pour Marguerite-Marie Alacoque, en 1673.

                 La publication en fut faite de façon intégrale, au Congrès Eucharistique de Lourdes en 1889, par le Père Albert Tesnières, de la Congrégation du Très Saint-Sacrement, décédé en 1909. Ce même Père Tesnières qui avait organisé le premier Congrès eucharistique de Faverney (sur le site du Bhx Carlo Acutis : Miracles eucharistiques), le 4 septembre 1878, auquel participèrent 7 évêques, 1000 prêtres et 30 000 fidèles.

Reproduction de l'ostensoir du miracle eucharistique de Faverney (1608)
Basilique Notre-Dame de Faverney


                 L'ouvrage Élévations sur la prière au Cœur Eucharistique de Jésus de Sophie Prouvier a été publié une première fois aux Éditions de la Vie Spirituelle, en 1926, à Saint-Maximin, préfacé par le père dominicain Régis Garrigou-Lagrange. La seconde impression – sur laquelle nous nous appuyons – a été réalisée par les dominicaines de l'Atelier du Monastère Sainte-Catherine de Langeac, en 2018.

                 Venons-en donc à l'exposé des manifestations du Seigneur en la chapelle Notre-Dame du Refuge de l'Hôpital Saint-Jacques, à Besançon, qui eurent pour témoin et confidente : Sophie Prouvier. Née à Paris le 6 novembre 1817, baptisée à Montmorot (Jura), en formationpour la gouvernance de la Société des Vierges de Jésus et Marieauprès des Sœurs hospitalières de cet hôpital, en 1851 et 1854.

Source : D'après une conférence de l'aumônier de l'hôpital Saint-Jacques
& restaurateur de la chapelle Notre-Dame du Refuge (1993),
le Père Charles Boillon (mort en 1997).

L'ÉVÉNEMENT : révélation à Sophie Prouvier

Tel qu'il a été rapporté par Sophie Prouvier
et publié au Congrès Eucharistique
à Lourdes, en 1889.

                 « Pendant mon séjour à Besançon le 22 janvier 1854, un dimanche, le Très Saint-Sacrement étant exposé, je me sentis très vivement pressée d'aller l'adorer. Cette impulsion était si forte que je ne pus finir ce que je tenais et qu'il me fallut aller. Je me plaçais d'abord dans le chœur, à côté de l'autel, mais je ne fus en repos qu'agenouillée en face du Tabernacle.

                 Là un profond silence me saisit. Je reste embarrassée pour dire ce qui se passa alors, car je ne comprends pas.

                 Ce n'est pas que je perdis la connaissance, non, j'entendais ce qui se passait autour de moi, et malgré cela j'étais plongée dans la contemplation de Notre-Seigneur que je voyais navré de douleur devant le peu d'amour que lui portent les âmes favorisées de ses dons et admises à la communion fréquente :

« Elles m'entourent et ne me consolent pas ! » 

                 Ce Cœur divin se répandait en plaintes, avec une expression de bonté et de profonde douleur, c'est-à-dire quelque chose d'ineffablement doux dans son infinie désolation :

« Mon Cœur demande l'amour comme un pauvre demande du pain ».
« Ton cœur est-il droit avec mon Cœur comme le mien l'est avec le tien ? »

                 Il faudrait me recueillir longtemps pour retrouver ces plaintes et il faudrait des pages pour les écrire. Et cependant je restai un quart d'heure à peine à les écouter.

                 Je dis que j'ai entendu, mais non pas avec mes oreilles, les paroles ne s'articulaient pas. C'était la substance de ces choses qui prenait une forme capable d'entrer dans mon intelligence ; mais ce n'était absolument pas la forme dont je me sers. D'autres expressions pourraient rendre également ces paroles entendues si elles en rendaient le sens.

                 Il en est de même pour ce que je dis avoir vu, et c'est ce qui m'embarrasse. Et cependant, c'était Notre Seigneur me montrant son Cœur. Mon âme garde l'impression de son air triste et doux. Il était dans le Tabernacle et le Tabernacle est petit, mais Notre-Seigneur n'était pas réduit à ces proportions. Il était éclairé et je ne pourrais pas le peindre. Souvent j'ai voulu faire une image du Cœur Eucharistique et je n'ai rien pu trouver qui rendit la vérité. Tout peut l'exprimer, rien ne peut le montrer. La seule parole qui s'est formulée nettement c'est : « Mon Cœur Eucharistique ». Tout disparu et je restai longtemps à recueillir ces plaintes, à laisser mon âme s'en pénétrer, à demander à Jésus ce que je pourrais faire pour le comprendre et le consoler, pour amener les âmes à ce qu'Il désire.

                 Une seule chose me contrariait, c'était le nom de Cœur Eucharistique. J'aurais voulu que ce soit Sacré-Cœur. Il me semblait voir une singularité et je n'osais pas en parler à cause de cela. »


Coupole intérieureChapelle Notre-Dame du Refuge, Besançon

Quelques mois plus tard, le 1er septembre 1854, nouvelle manifestation,
avec cette précision :

« C'est mon Cœur Eucharistique, fais-le connaître, fais-le aimer ».

                 « Seigneur, dis-je enfin, donnez-moi un signe que je ne me suis pas trompée et aussi un moyen pour vous faire connaître et pour vous aimer. Permettez que j'écrive ! Alors tout ce que j'avais compris le 22 janvier se retraça de nouveau et se résuma dans une formule qui se dicta clairement et que j'écrivis sur l'heure.

                 Mais cela ressemblait à une trace si fugitive, si spirituelle, et en même temps si abondante, que je ne pouvais le rendre ; et je traçai rapidement ce que je pus formuler de cet intraduisible langage, avec les sentiments qu'il semblait commander. C'était dans cette seconde communication, de même que dans la première, comme si Notre-Seigneur, voulant se servir de moi pour manifester sa volonté, se bornait au strict nécessaire. »


La prière : ÉLÉVATIONS d'après Sophie Prouvier

Élévations sur la prière au Coeur Eucharistique de Jésus

                 Coeur Eucharistique de Jésus, doux compagnons de notre exil, je vous adore.

                 Coeur Eucharistique de Jésus,

                 Cœur solitaire, Cœur humilié, cœur délaissé,

                 Cœur oublié, Cœur méprisé, Cœur outragé,

                 Cœur méconnu des hommes,

                 Cœur aimant nos cœurs,

                 Cœur suppliant qu'on l'aime,

                 Cœur patient à nous attendre,

                 Cœur pressé de nous exaucer,

                 Cœur désirant qu'on le prie,

                 Cœur foyer de nouvelles grâces,

                 Cœur silencieux voulant parler aux âmes, Cœur doux refuge de la vie cachée,

                 Cœur maître des secrets de l'union divine,

                 Cœur de Celui qui dort, mais qui veille toujours.

                 Coeur Eucharistique de Jésus, ayez pitié de nous.

                 Jésus-hostie, je veux vous consoler,

                 Je m'unis à vous, je m'immole avec vous,

                 Je m'anéantis devant vous,

                 Je vais m'oublier pour penser à vous,

                 Être oublié et méprisé par amour pour vous,

                 N'être compris, n'être aimé que de vous.

                 Je me tairai pour vous entendre et me quitterai pour me perdre en vous.

                 Faites que je soulage ainsi votre soif de mon salut, votre soif ardente de ma sainteté, et que, purifié, je vous donne un pur et véritable amour.

                 Je ne veux plus lasser votre attente : prenez-moi, je me donne à vous.

                 Je vous remets tout mon agir, mon esprit pour l'éclairer, mon cœur pour le diriger, ma volonté pour la fixer, ma misère pour la secourir, mon âme et mon corps pour les nourrir.

                 Coeur Eucharistique de mon doux Jésus dont le sang est la vie de mon âme, que je ne vive plus, mais que vous viviez seul en moi.

                 Ainsi soit-il.

« Cette prière renferme toute la doctrine, toute la substance de la dévotion au Cœur Eucharistique de Jésus. »

            in préface du Père Régis Garrigou-Lagrange, O.P. des Élévations sur la prière au Cœur Eucharistique de Jésus de Sophie ProuvierPremière publication Éditions de la Vie Spirituelle, 1926, Saint-Maximin. Seconde impression sur laquelle nous nous appuyons : Atelier du Monastère Sainte-Catherine de Langeac, 2018).

Ce que nous vous proposons

  • De temps en temps – le jeudi (jour de l'institution de l'Eucharistie) : toutes les 3 semaines.
  • Nous commencerons avec : 
    • Un point sur le culte du Sacré Cœur, de l'Eucharistie amenant à celui du Cœur Eucharistique par la théologie spirituelle des saints comme S. Pierre-Julien Eymard.
    • Puis, le témoignage vivant de l'animatrice de la communauté de prière, Jehanne Sandrine, sur sa découverte providentielle de cette dévotion : comment le Seigneur la lui a indiquée, concrètement, en passant par l'Eucharistie & le Sacré Cœur à travers des rencontres, dans le temps et des lieux ;
    • En lien avec la couleur de ce paragraphe-témoignage, nous terminerons la publication par un extrait de l'ouvrage Élévations sur la prière au Cœur Eucharistique de Jésus de Sophie Prouvier ;
  • Tout cela pour vous conduire à chercher le Cœur Eucharistique de Jésus aujourd'hui ; 
  • À le rencontrer et à en être l'hôte ;
  • Et pour vous mener devant le Tabernacle ; 
  • Ou à vous laisser envisager par Jésus dans la contemplation de l'Eucharistie exposée
    (adoration), où qu'Il soit, en un cœur à Cœur avec Lui…  


Bienvenue dans cette toute jeune communauté de prière Hozana !

Jehanne Sandrine
animatrice de la communauté Saint Pierre-Julien Eymard – Prophète de l'Eucharistie.


• Récapitulation des 8 premières publications en 2022

– 1 • À l'ombre de l'église du Cœur Eucharistique de Jésus – Paris 20 (Dans les années 1930)
– 2 • La vision de Jean de l'Alverne (Moyen-âge franciscain)
– 3 • Adoration corps et âme – une eucharistie de soi (Les Exercices de Saint Ignace)
– 4 • L'âme est un arbre fait pour l'amour (Sainte Catherine de Sienne)
– 5 • Mon âme s'élance (Missionnaires du Sacré Cœur)
– 6 • « Tu seras le corps de mon cœur » (Saint P-J. Eymard)
– 7 • 1ère Fête du Cœur Eucharistique de Jésus après quasi un siècle ! Jeudi 30 juin 2022 (Gabrielle Bossis)
– 8 • Je suis venu jeter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà… (Incendies & rencontre de la Fraternité du Cœur Eucharistique de Jésus de Besançon, dans le Jura au mois d'août 2022)

Prière de la communauté

ÉLÉVATIONS d'après Sophie Prouvier

Élévations sur la prière au Cœur Eucharistique de Jésus Coeur Eucharistique de Jésus, doux compagnons de notre exil, je vous adore. Coeur Eucharistique de Jésus, Cœur solitaire, Cœur humilié, Cœur délaissé, Cœur oublié, Cœur méprisé, Cœur outragé, Cœur méconnu des hommes, Cœur aimant nos cœurs, Cœur suppliant qu'on l'aime, Cœur patient à nous attendre, Cœur pressé de nous exaucer, Cœur désirant qu'on le prie, Cœur foyer de nouvelles grâces, Cœur silencieux voulant parler aux âmes, Cœur doux refuge de la vie cachée, Cœur maître des secrets de l'union divine, Cœur de Celui qui dort, mais qui veille toujours. Cœur Eucharistique de Jésus, ayez pitié de nous. Jésus-hostie, je veux vous consoler, Je m'unis à vous, je m'immole avec vous, Je m'anéantis devant vous, Je vais m'oublier pour penser à vous, Être oublié et méprisé par amour pour vous, N'être compris, n'être aimé que de vous. Je me tairai pour vous entendre et me quitterai pour me perdre en vous. Faites que je soulage ainsi votre soif de mon salut, votre soif ardente de ma sainteté, et que, purifié, je vous donne un pur et véritable amour. Je ne veux plus lasser votre attente : prenez-moi, je me donne à vous. Je vous remets tout mon agir, mon esprit pour l'éclairer, mon cœur pour le diriger, ma volonté pour la fixer, ma misère pour la secourir, mon âme et mon corps pour les nourrir. Cœur Eucharistique de mon doux Jésus dont le sang est la vie de mon âme, que je ne vive plus, mais que vous viviez seul en moi. Ainsi soit-il.

Priez dès maintenant pour cette communauté en cliquant sur "je prie"