Mon âme s'élance

Image de la publication
  • Sens de lecture :

• 1° _ Théologie spirituelle des saints ;
• 2° _ Témoignage d'expériences de l'animatrice de la communauté ;
• 3° _ L'extrait des Élévations de Sophie Prouvier.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le cœur de Jésus : – J'aimerai l'homme jusqu'à lui obéir, et à lui être soumis en tout et toujours.

À la voix du prêtre, je descendrai aussitôt des cieux, du trône de ma gloire, et je viendrai me mettre à sa disposition. À la voix de chaque fidèle, je sortirai de mon tabernacle, et j'irai satisfaire son désir, le visiter en son lit de douleur, au fond d'un cachot, au milieu d'un désert, j'irai avec bonheur me donner à lui. L'honneur de l'amour est dans son amour même, dans son don, dans son sacrifice. L'homme, à la vue de mon obéissance sacramentelle, comprendra mon amour.

S. Pierre-Julien Eymard in Neuvaine du Sacré Cœur à Saint-Sulpice (intégrale) - Le cœur de Jésus instituant l'Eucharistie III (PO 7,11) – 5-14 juillet 1861, Paris.


Mon âme s'élance

Comme relaté dans l'avant-dernier "épisode" (Adoration de tout l'être – une eucharistie de soi), le musulman berrichon rencontré en 2013 & 2014 avait été pensionnaire à Issoudun, lors de ses années lycéennes. C'est dans ce cadre qu'il s'est lui-même converti à sa foi d'origine. Notre rencontre nous mena ensemble à Issoudun, une première fois, le 1er mars 2014. Le chœur de la Basilique Notre-Dame du Sacré-Cœur d'Issoudun m'avait tant bouleversée que, quatre jours plus tard, le 5 mars, mercredi des Cendres et entrée en carême, je me réveillai avec une prière. Nous y revînmes donc, le 3 avril 2014 : lui pour rendre visite à son lycée où il y rencontra la directrice qu'il avait connue vingt ans plus tôt.
Et, pendant ses retrouvailles avec la directrice, je filmais le chœur de la basilique élevée par le Père Jules Chevalier à partir de 1857 ; fondateur, le 8 décembre 1854, de la Congrégation des Missionnaires du Sacré-Cœur, à Issoudun même ; où il fut curé durant trente cinq ans, jusqu'à sa mort en 1907.
En juillet 2015, je fis le montage des images filmées avec la prière, amenée à la 13ème minute de la vidéo :



ÉLÉVATIONS de Sophie Prouvier – L'extrait

Chacune des 20 Élévations se développe en 3 prises de paroles :
– I Réflexion ­– II Jésus – III L'âme


Quatorzième Élévation
Cœur désirant qu'on le prie :
La louange divine

I

Réflexion. – Le désir d'accéder à une demande révèle un grand amour et un cœur doublement généreux, qui, non content de donner, prévient celui qui doit le prévenir, afin de donner plus vite ; c'est en outre une grande humilité. Jésus s'incline vers nous, et c'est en quoi consiste l'humilité de Dieu. Mais c'est moins la prière de supplication que celle de louange qui est ici l'objet du désir de Jésus.

II

Jésus – Vous qui bénissez le Seigneur, relevez sa grandeur autant que vous le pourrez, car il est au-dessus de toutes louanges, et fortifiez-vous de plus en plus, afin de ne pas vous lasser, car vous ne comprendrez jamais ce qu'il est et ce qu'il mérite. Que votre prière soit continuelle. Venez, adorons-le, car mon Père est aussi votre Père dans les cieux. Priez avec moi, par moi et en moi, afin que votre hommage lui soit agréable.
           Que son nom soit sanctifié, comme il doit l'être ; que tous les hommes le connaissent et proclament son nom trois fois saint. Il ne règne pas dans tous les cœurs, hélas ! Ah ! demandez que ce règne arrive et qu'il étende ses bienfaits sur toute la terre ; que les nations se convertissent à la foi et mon Église, mon épouse, règne aussi triomphante à côté de moi ; que tous les hommes soient frères et ne forment entre eux qu'un cœur et qu'une âme pour aimer et louer le Seigneur tout-puissant. Avec toutes les créatures, publiez ses grandeurs, et vous qui avez une âme créée à son image, manifestez sa gloire par la sagesse de votre conduite. Que sa volonté suradorable et infiniment sage soit accomplie avec allégresse de l'orient à l'occident, comme dans l'étendue des cieux, car il est le souverain monarque de l'univers. Et maintenant ce qu'il faut louer de toutes vos voix et de tout vos cœurs, ce qu'il faut exalter nuit et jour avec transport, avec incessante action de grâce et perpétuelle adoration, c'est la donation suprême de ce pain vivant descendu du ciel, de ce pain quotidien de vos âmes, pétri de mon sang divin et qui est ma chair, lequel vous a été donné par mon Père, lui dont le nom est grand parmi les nations et pour qui est offerte en tous lieux, depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher, une oblation pure. 

III

L'âme – Seigneur, vous m'avez appris la louange et la supplication ; ah ! que j'aime redire après vous cet hymne à la charité envers votre Père et envers vos créatures ! Est-il de plus beaux modèles, de plus abondants sujets d'oraison que cette oraison même du Seigneur ? Vous voulez, ô Jésus, que notre prière soit constante, non seulement à cause de l'impérieux besoin où nous sommes de votre continuelle assistance, mais aussi parce que votre auguste présence au milieu de nous l'ordonne. Ah ! Jésus-Hostie, quand vous êtes là, mêlé en quelque sorte à la fange de notre bas séjour, nous pouvons oublier le prosternement perpétuel dans lequel doivent nous plonger comme invinciblement l'admiration et la reconnaissance, comme aussi la réparation pour l'oubli d'un aussi grand devoir ! Mais vous êtes bon, ô Jésus, vous savez que les misérables assujettissements de cette vie mortelle imposent aussi des devoirs qui nous retiennent longtemps loin de vos temples, et nous ne pouvons pas prier toujours au saint lieu où votre Corps Eucharistique a pris sa résidence ; mais votre Cœur s'est-il imposé des bornes ? De même que mon corps loin de votre sanctuaire ne retient pas mon cœur fixé en vous par la volonté, de même, ô Jésus, votre Cœur me suit et il entend la prière secrète que mes lèvres ne murmurent pas. Les substances douées d'une grande force d'expansion brisent leur contenant ; mais vous qui renfermez toutes les propriétés, vous, ô Jésus, vous ne brisez rien, vous dilatez, et vos œuvres s'accomplissent avec douceur ; les parois du tabernacle vous contiennent sans vous restreindre ; votre substance glorifiée pénètre et emplit tous les milieux. Quand vous dites : Viens, et que rien ne l'arrête, je dois m'élancer ; mais quand le devoir s'impose, c'est vous-même qui venez… vous traversez l'espace, et comme le parfum qui remplit l'air que je respire, vous êtes là, et par votre grâce mon sacrifice devient un sacrifice d'agréable odeur. Votre Cœur Eucharistique reçoit ainsi un hommage perpétuel, c'est pour cela que chacun de nous peut l'accomplir toujours en tous lieux et sous toutes les formes. Mais, ô Jésus, votre Père ne vous a-t-il pas glorifié le premier dans votre Eucharistie ? – Cette gloire n'est-elle pas la première parole qui soit sortie de vos lèvres encore teintes de votre propre sang, aussitôt après la Cène : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié : Nunc clarificatus est Filius homini*. »
            Quel sacrifice d'immolation avant votre mort au Calvaire était plus digne de son amour glorificateur que votre Eucharistie, puisqu'elle était votre immolation sans fin devançant et continuant le sacrifice de la Croix ! Oh ! qui saura jamais quels ineffables rayons de paternelle tendresse enveloppent cet incomparable Fils dans son linceul sacramentel ! et quels accents d'amour filial s'en élèvent !… Fermons les yeux et abîmons-nous dans cet infini, ô Père, ô Fils, ô Saint-Esprit ! ô Trinité et unité ! Ô Jésus, ô Hostie sacrée !

* Cf. Jn 23, 31


(Quatorzième ÉlévationCœur désirant qu'on le prieLa louange divine – pp.96-100)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Image : Vidéogramme de Mon âme s'élance© Sandrine Treuillard, juillet 2015

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Prochaine publication dans 3 semaines : le jeudi 9 juin 2022.

Prière de la communauté

ÉLÉVATIONS d'après Sophie Prouvier

Élévations sur la prière au Cœur Eucharistique de Jésus Cœur Eucharistique de Jésus, doux compagnons de notre exil, je vous adore. Cœur Eucharistique de Jésus, Cœur solitaire, Cœur humilié, Cœur délaissé, Cœur oublié, Cœur méprisé, Cœur outragé, Cœur méconnu des hommes, Cœur aimant nos cœurs, Cœur suppliant qu'on l'aime, Cœur patient à nous attendre, Cœur pressé de nous exaucer, Cœur désirant qu'on le prie, Cœur foyer de nouvelles grâces, Cœur silencieux voulant parler aux âmes, Cœur doux refuge de la vie cachée, Cœur maître des secrets de l'union divine, Cœur de Celui qui dort, mais qui veille toujours. Cœur Eucharistique de Jésus, ayez pitié de nous. Jésus-hostie, je veux vous consoler, Je m'unis à vous, je m'immole avec vous, Je m'anéantis devant vous, Je vais m'oublier pour penser à vous, Être oublié et méprisé par amour pour vous, N'être compris, n'être aimé que de vous. Je me tairai pour vous entendre et me quitterai pour me perdre en vous. Faites que je soulage ainsi votre soif de mon salut, votre soif ardente de ma sainteté, et que, purifié, je vous donne un pur et véritable amour. Je ne veux plus lasser votre attente : prenez-moi, je me donne à vous. Je vous remets tout mon agir, mon esprit pour l'éclairer, mon cœur pour le diriger, ma volonté pour la fixer, ma misère pour la secourir, mon âme et mon corps pour les nourrir. Cœur Eucharistique de mon doux Jésus dont le sang est la vie de mon âme, que je ne vive plus, mais que vous viviez seul en moi. Ainsi soit-il.

3 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Cœur Eucharistique de Jésus - De Besançon à Paray-le-Monial

Je m'inscris