L'amour précède le sacrifice - Hozana

L'amour précède le sacrifice

L'amour précède le sacrifice

Avant dernier chapitre de cette prédication avant la Neuvaine au Sacré Cœur (20-28 juin).

Prédication Générale (PG 148) du Père Eymard, dont voici les chapitres précédents :

Le sacrifice de la croix et celui de l'autel

Présentation & Plan
Sainteté du sacrifice

1- Le Père éternel le reçoit sans indignation

L'institution du sacrifice honore Dieu

L'institution du sacrifice honore Dieu (suite)

2- Jésus-Christ honore son Père sans souffrance

Son impatience du sacrifice

Mort eucharistique

----------------------------------------------------------------

L'amour précède le sacrifice

Qui a donc réduit, mes frères, Jésus-Christ en cet étrange état ? Et si la douleur n'y a point de part, qui a pu opérer sur l'autel l'œuvre qu'elle a consommée sur la croix ? Ah ! mes frères, c'est l'amour – et c'est ici que l'on peut dire en toute vérité que l'amour est aussi puissant que la mort, puisque si la mort ôte le mouvement du corps, le prive de ses fonctions et interdit l'usage de tous les sens, l'amour met Jésus-Christ dans un même état sur l'autel : L'amour est fort comme la mort [Ct 8,6]. Il est donc vrai, mes frères, que l'amour précéda la douleur dans le sacrifice de Jésus-Christ, qu'il voulut s'immoler par ses propres mains avant que de s'immoler par celles des Juifs, qu'il alla au-devant de la perfidie de Judas, de l'injustice de Pilate, et que, servant lui-même de prêtre et de victime, il voulut prévenir par un sacrifice où l'amour seul eût part, toute la rage de ses bourreaux, la cruauté de ses tourments. – Saint Grégoire de Nysse a dit : “Jésus-Christ, unissant en lui les qualités de prêtre et de victime, prévint la rigueur de ses tourments, la fureur de ses bourreaux en s'immolant par un genre de sacrifice tout nouveau.” Prævento carnificis officio, seipsum arcano sacrificii genere hostiam offert et victimam simul sacerdos et agnus (hom. de resurrectione Domini).

Ce n'est donc pas toi, ô perfide Synagogue, qui a donné le premier coup de mort à Jésus-Christ, mais c'est la main de l'amour qui a fait le premier sacrifice, a donné son sang, sa chair, son âme, sa divinité sur l'autel eucharistique.

Quelle reconnaissance ne devons-nous pas à Dieu, mes frères, pour un sacrifice si excellent, quel honneur ne devons-nous pas rendre à Jésus-Christ qui nous a tant aimés ! Car ce sacrifice est notre bien propre ; si le sacrifice de la croix fut offert pour tous les hommes, celui de l'autel n'a été offert que pour les chrétiens. Mais quels fruits doit produire notre reconnaissance ?

“Voulez-vous, dit saint Jean Chrysostome, honorer dignement ce divin sacrifice, immolez votre âme à Jésus-Christ qui s'est immolé tout entier pour vous” : Vis sacrificium istud honorare, animam tuam offeras propter quam Christus immolatus est. C'est un devoir – “afin de correspondre, dit saint Augustin, aux desseins de Jésus-Christ qui ne sacrifie tous les jours dans ce sacrifice son corps naturel, qu'afin que son corps mystique, l'Église, s'offre avec lui” : Ecclesiæ demonstratur quod in ea oblatione quam offert ipsa offeratur (lib. 10 De Civitate Dei).

L'amour immole Jésus-Christ sur l'autel, l'amour doit nous immoler nous mêmes, mes frères ; l'amour le met dans un état de mort, nous devons mourir au péché, nos yeux doivent se fermer aux vanités du monde, notre bouche aux paroles injustes, mauvaises, nos mains à l'injustice, notre corps à la sensualité, afin que la vie de Jésus soit manifestée dans notre chair mortelle [2Co 4,11].

Saint Pierre-Julien Eymard (PG 148,9)

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Copier le lien
0 partage

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Mariella du Sacré Coeur
Mariella du Sacré Coeur  il y a 3 jours
Union de prières ♥️
Marie therese
Marie therese place Carcès, il y a 5 jours
Amen !!! 💓 💓 💓
Ce site utilise des cookies. Plus d'informations sur les cookies