Facebook PixelPadre Pio et la Vierge Marie - Hozana
Vous êtes ici :
Padre Pio et la Vierge Marie

Padre Pio et la Vierge Marie

Padre Pio, un fils de Marie

Le saint capucin eu recours à la Vierge Marie tout au long de sa vie. On sait qu’il eut des apparitions de Jésus et de son ange-gardien dès sa petite enfance. Il est tout à fait vraisemblable qu’il ait côtoyé la Vierge Marie de la même manière, bien qu’il ne l’ai jamais dit de manière explicite.

Au-dessus de la porte de la cellule de Padre Pio à San Giovanni Rotondo figurait cette inscription : « Marie est la raison de toute mon espérance ».

Le Padre Pio a confié avoir constamment la présence de la Sainte Vierge auprès de lui. Elle était son soutien dans les combats récurrents et acharnés contre les démons. Lorsque épuisé il arrivait à bout de ces violentes attaques, le Padre Pio disait toujours, reconnaissant, “je vous salue Marie”

Durant la sainte messe, la Sainte Vierge ne manquait pas de soutenir son fils dévoué, celui-ci revivait en effet la passion de Jésus au cours de chaque eucharistie et la Vierge demeurait à ses côtés.

Le Padre Pio fut particulièrement attaché à sa Mère la Sainte Vierge lors des persécutions subies de la part du clergé et qui lui ont donné tant de souffrances. Sa plus grande peine fut de ne plus pouvoir dispenser les sacrements aux fidèles

Padre Pio le « Rosaire vivant »

Padre Pio restait sans cesse attaché à sa Mère par le chapelet. Ce « fil invisible » disait-il relie notre cœur à celui de Marie.

La prière du rosaire était au cœur de sa relation avec Ciel. Lors de l’une de ses expériences mystiques, la Sainte Vierge révéla au Padre Pio : « avec cette arme tu gagneras ». De fait il ne cessait de réciter le chapelet et encourageait tous ses fils spirituels à faire de même en leur disant : « Récitez le Rosaire et récitez-le tout le temps et autant que vous le pouvez » et encore, « aimez votre Mère et faites-la aimer. Récitez toujours le Rosaire ».

Padre Pio a lui-même été guéri par la Vierge de Fatima dont la statue avait parcouru les villes italiennes, il témoignait que « toutes les grâces passent à travers ses mains ».

Le saint de San Giovanni Rotondo répétait souvent « Je souhaiterais avoir une voix assez forte pour dire à tous les pécheurs du monde d’aimer Marie. Elle est l’océan que l’on doit traverser pour atteindre Jésus ».

Le saint capucin mourut le chapelet à la main comme ultime témoignage laissé pour tous du pouvoir infini du chapelet et de la prière du rosaire. Jusqu’à son dernier souffle il répéta les doux noms de Jésus et de Marie, ses deux seuls amours.