Facebook PixelBeaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie - Hozana

Beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie

Beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie

           Le titre reprend une partie de la dernière phrase de Notre Dame lors de son apparition inattendue le 19 août 1917, au lieu-dit ‘'Les Valinhos'' tout près d'Aljustrel, le village des enfants. Voici la phrase complète que Notre Dame a dite, en prenant un air plus triste, a tenu à préciser sœur Lucie 'Priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie pour elles''. (C'est également avec un air triste, que les 3 enfants ont remarqué, que Notre Dame prononcera les dernières paroles à la Cova da Iria : ‘'Que l'on n'offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car Il est déjà trop offensé.'' Les apparitions de Fatima sont vraiment un rappel solennel des conséquences sur Dieu de l'offense qui Lui est faite par les péchés de tous ordres. Depuis la première prière de l'ange ‘'….Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, ……. ‘' Jusqu'à cette ultime recommandation de Notre Dame lors de sa dernière apparition. Ces deux rappels encadrant le message général contenu dans ce secret en 3 parties.

      Nous nous unissons au double pèlerinage en calèche ‘'M de Marie'' (. (https://hozana.org/communaute/8819-m-de-marie-le-grand-pelerinage-en-caleche). Il est ce 31 au soir : Pour la route EST, à Brannay entre Pont sur Yonne et Chéroy, le lendemain, pour la veillée du premier samedi du mois du Cœur Immaculé de Marie, il est à Chéroy. Pour la route OUEST, à La Chapelle-Hullin, entre Château-Gontier-sur-Mayenne et Châteaubriant. Le lendemain, il est à Congrier. Il est à Paris du 12 au 17 août dans les sanctuaires ci-dessous aux dates à retrouver avec le lien https://mdemarie.fr/programme-du-m-de-marie-a-paris/   Ci dessous le pèlerinage de la route EST devant la basilique Ste Madeleine de Vézelay .  

126053-beaucoup-d-ames-vont-en-enfer-parce-qu-elles-n-ont-personne-qui-se-sacrifie-pour

.

          Ce 31 juillet l'Eglise fête st Ignace de Loyola.

            Ce saint est l'auteur des exercices spirituels que le pape Pie XI a définis comme ‘'le code le plus parfait dont tout soldat du Christ doit faire usage. …..Saint Ignace le reçut comme des mains de la Mère de Dieu ‘' Ainsi pour s'opposer à l'hérésie protestante, Notre Dame suscita St Ignace pour rappeler, entre autres éléments du catholicisme, le but de la présence de l'homme sur terre ‘' Principe et Fondement : ‘'L'homme est créé pour louer, honorer, et servir Dieu, Notre Seigneur, et, par ce moyen, sauver son âme. Et les autres choses qui sont sur la terre sont créées à cause de l'homme et pour l'aider dans la poursuite de la fin que Dieu lui a marquée en le créant. D'où il suit qu'il doit en faire usage autant qu'elles le conduisent vers sa fin et qu'il doit s'en dégager autant qu'elles l'en détournent.'' C'est le père François de Paule Vallet qui ‘'concentra ‘'en 5 jours au lieu de 4 semaine, ces exercices spirituels permettant à un grand nombre de choisir en toute connaissance de cause l'état de vie auquel Dieu les appelait.    Un peu moins de 4 siècles après St Ignace, en face du matérialisme athée et de la dialectique que le communisme allait répandre sur la terre, Dieu demandera à Notre Dame de rappeler Elle – même la nécessité de sauver son âme et proposera la dévotion réparatrice à son Cœur Immaculé comme dernier moyen de salut. Elle précisera que Dieu attend de son vicaire qu'il approuve et recommande cette dévotion réparatrice.

.

            II  Samedi Ier Août, C'est demain le Premier samedi de ce mois consacré au Cœur Immaculé de Marie. (600 mots)

            Pensons à l'avance à notre communion réparatrice de ce jour. Merveille que cette présence de Jésus Hostie dans notre cœur. Elle a le pouvoir, et nous ne devons pas oublier de le formuler pendant ces quelques précieuses minutes, de réparer les offenses envers le Cœur Immaculé de Celle qui a accepté d'être le premier tabernacle au monde. La petite Jacinthe, après la communion, confiait à sa cousine : ‘'Je ne sais comment cela se fait, Je sens Notre Seigneur au-dedans de moi, je comprends ce qu'il me dit, sans Le voir, ni L'entendre. Mais il fait si bon d'être avec Lui''. L'Eglise nous fait un précepte de sanctifier le dimanche, et Notre Dame le rappellera en apparaissant à la Salette. Mais c'est le premier samedi de chaque mois que Notre Seigneur a choisi pour réparer les offenses envers sa Mère. Et cette inspiration est venue de ce Cœur Immaculé. Jésus le dira le 29 mai 1930 a sœur Lucie : ‘'Le Cœur Immaculé de Marie m'a inspiré de demander cette petite réparation''. Merveilleux pouvoir de Notre Seigneur en nous : La possibilité pour nous, qui ne sommes pas encore des corps glorieux, d'agir depuis la terre pour une action dans le Ciel. Et cette communion est le samedi, jour pour lequel, en l'absence de fête particulière, l'Eglise a un rite propre : ‘'Messes de la sainte vierge du samedi'' et ce samedi le premier du mois, et ce mois est celui du Cœur Immaculé de Marie. (Certaine paroisses honorent particulièrement ce samedi spécial en prenant le propre de la fête du Cœur Immaculé de Marie, qui en rite extraordinaire est le 22 août). Choisissons déjà le thème de notre méditation pour tenir compagnie pendant 15 minutes à Notre Dame ; Ce pourrait être son Assomption glorieuse au Ciel que le pape Pie XII a défini comme un dogme il y aura 70 ans le premier novembre prochain.

            Rappelons-nous cette recommandation de Jacinthe à sa cousine, Lucie, comme son testament, ‘'Rappelle bien à tout le monde que c'est PAR le Cœur Immaculé de Marie que le Bon Dieu VEUT nous accorder ses grâces. C'est à ce Cœur Immaculé qu'il faut les demander'' La première des grâce à obtenir est celle de notre salut. Notre Dame nous l'assure avec cette dévotion particulière. Pour certains il est facile de la pratiquer, pour d'autre, c'est devenu très difficile. Pendant que nous le pouvons encore, pratiquons cette dévotion. Que nous réservent les années qui viennent ? Trouverons-nous encore à proximité un prêtre pour offrir le sacrifice de la messe, pour nous donner la communion, ou nous pardonner nos péchés ? Considérons cette interdiction universelle de célébrer la messe en public, grande première dans le monde depuis des siècles, comme un avertissement surnaturel. Interprétons-le comme un signe analogue à celui donné aux enfants de Fatima ‘' Quand vous verrez une nuit Illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne qu'il va punir le monde de ses crimes……..'' (Ce signe a été développé dans notre publication du 19 janvier 2018 avec le lien ( https://hozana.org/publication/18997-entretien-de-soeur-lucie-avec-le-pere-fuentes-du-26-decembre-1957-4-sur-6 ) (Dans cette publication, nous avons rappelé pour la première fois les grandes difficultés que sœur Lucie avait rencontrées pour mettre par écrit la troisième partie du secret.)

            Nous offrirons la communion de ce premier samedi du mois pour réparer ‘'les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l'indifférence ou le mépris, ou même la haine à l'égard de cette Mère Immaculée''.

.

        III      Jeudi 6 août : Fête de la Transfiguration de Notre Seigneur. (400 mots)

            Voici ce que nous dit Dom Pius Parsh dans son ''guide de l'année liturgique'' :

            Nous célébrons aujourd'hui la Transfiguration du Sauveur, événement que les Pères de l'Église comptent parmi les plus grands miracles opérés par Dieu pour rendre témoignage à son Fils.

            C'était pendant la seconde partie de la vie publique ; déjà le regard du Sauveur se portait vers la Croix du Calvaire. Un soir, il se rendit sur le Thabor avec ses trois Apôtres préférés. La nuit survint, et, tandis que le Maître priait, les disciples s'endormirent. Jésus était toujours en oraison lorsque, soudain, l'éclat de sa divinité perça à travers l'enveloppe de sa nature humaine : il est transfiguré. Les disciples s'éveillent, éblouis, et sont témoins du prodige.

            Quel est le sens de cette fête ?

            - Nous devons contempler avec respect et adoration notre Dieu éternel ; aujourd'hui encore, nous célébrons sa Royauté.

            - Nous devons voir en sa Transfiguration l'image de la nôtre, un jour : Nous attendrons le Sauveur... qui transformera notre corps misérable et le rendra semblable à son corps glorieux.

            - Ici commence la portée morale de la fête ; sans cesse, il nous faut travailler en vue de cette transfiguration par la pratique de la vie intérieure et spirituelle, par le détachement des choses terrestres.

           - Nous avons un sacrement de la Transfiguration : celui de l'Eucharistie. A la messe, le Seigneur Transfiguré est parmi nous ; dans la sainte communion, nous recevons le « germe de la gloire » et le gage de la résurrection future.    Fin de citation.

            Voici l'Hymne des vêpres de ce jour.

            Vous tous qui cherchez le Christ, portez en haut vos regards : là, vous pourrez contempler l'image de la gloire éternelle.

            Nous voyons quelque chose de radieux, qui ne saurait souffrir de fin, sublime, incomparable, infini, antérieur au ciel et au chaos.

            C'est Lui, le Roi des Nations, le Roi du peuple juif, promis au père Abraham et à sa postérité, pour toujours.

            Les Prophètes l'ont annoncé et en même temps dépeint, son Père lui rend aussi témoignage, et nous ordonne d'écouter et de croire.

            O Jésus, à vous soit la gloire, qui vous révélez aux petits, avec le Père et l'Esprit vivifiant, dans les siècles éternels. Amen

.

          IV     Vendredi 7 : Premier vendredi du mois 

            Si nous le pouvons, honorons en ce mois du Cœur Immaculé de Marie, ce jour consacré au Sacré-Cœur de Jésus, en assistant à la messe et en y communiant. Comme l'a dit Notre Seigneur à sainte Marguerite Marie, cette communion réparera nos fautes passées et si nous communions 9 premiers vendredis du mois de suite, Notre Seigneur sera notre asile à l'heure de notre mort. Rappelons aussi que Cœur Immaculé de Marie a été promis comme refuge et chemin vers Dieu à la petite Lucie le 13 juin 1917.

.

            V    Jeudi 13 août. Anniversaire de la venue de Notre Dame à la Cova da Iria  (300 mots)

            Notre Dame a tenu sa promesse de venir tous les 13 du mois à la Cova da Iria. Les enfants en avaient parlé, et déjà le 13 juillet près de 5000 personnes étaient sur place. Le 13 août, comme pour confirmer la parole des enfants, Notre-Dame était venue, mais les enfants étaient retenus à Ourem. Il y avait là dix-huit mille personnes. Un tonnerre se fit entendre, puis le reflet d'une lumière apparut, et aussitôt la foule vit un petit nuage qui plana quelques instants au-dessus du chêne vert, puis il s'éleva vers le ciel et disparut. Alors apparut un arc en ciel à hauteur d'homme, colorisant toute la nature de belles couleurs. Notre-Dame était donc, visiblement, bien venue ce 13 août 1917 et avait ainsi récompensé, à sa façon, ces gens venus souvent de bien loin. C'était aussi pour eux aussi la preuve que le 13 octobre prochain il y aurait le miracle annoncé  ‘'Pour que tout le monde croit'' (Croit que non seulement la Vierge est apparue, mais qu'Elle leur a dit des choses très importantes dont ce fameux secret que les autorités civiles tenaient tant à connaître). Le comportement des autorités civiles du lieu, en retenant loin de la Cova da Iria les protégés de Notre Dame L'a offensée, et Elle le fera savoir aux enfants au tout début de sa prochaine apparition. Oui, empêcher les enfants d'être fidèles à un rendez-vous fixé par la Mère de Dieu est Lui faire une offense et Elle le dira clairement. La conséquence sera pour tous les témoins du grand miracle du 13 octobre prochain, même s'ils n'en n'ont pas eu conscience. Comme cela est en droite ligne avec ce que Notre Dame avait annoncé le mois précédent à propos des offenses envers Dieu:   ‘'Si on continue à offenser Dieu, commencera une autre guerre''

.

            VI Samedi 15 août : Fête de l'Assomption de Notre Dame au ciel. (Fête d'obligation)  (650 mots)

            Ce jour a été pendant des années la fête nationale de notre pays. C'est le 10 février 1638, dans un acte solennel qui deviendra une loi fondamentale enregistrée par le Parlement, que le roi Louis XIII a consacré « sa personne, son État, sa couronne et ses sujets » à la Sainte Vierge Marie, confirmant ainsi l'antique adage venu des Francs : « Le royaume de France est le royaume de Marie. »

            C'est en 1636, que la Sainte Vierge inspire à Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié, religieuse stigmatisée que le Cardinal de Richelieu tenait en grande estime, l'idée que la France Lui soit consacrée.

      En 1637, le roi Louis XIII fait cet acte de consécration « dans le secret de son cœur » et avec la reine, Anne d'Autriche, il multiplie les prières et les pèlerinages pour obtenir un héritier attendu depuis 22 ans. La Mère de Dieu répond en apparaissant à Frère Fiacre, un religieux du couvent de Notre-Dame des Victoires, tout juste fondé par le roi en reconnaissance de ses premiers succès, dont celui du siège de la Rochelle. Elle demande trois neuvaines à Notre-Dame de Cotignac en Provence, Notre-Dame de Paris et Notre-Dame des Victoires. Le caractère miraculeux de cette apparition est rapidement reconnu et la reine est prévenue. Le Frère Fiacre achève les trois neuvaines le 5 décembre 1637 : Neuf mois jour pour jour avant la naissance de Louis XIV, qui recevra le nom de baptême de « Louis Dieudonné ». Avant cela, dès que la reine est certaine de sa grossesse, et sans attendre la naissance pour savoir si l'enfant serait un garçon ou une fille, Louis XIII publie le 10 février 1638 l'Édit officiel qui consacre solennellement la France à Marie. Le roi veillera à ce que cet Édit soit enregistré par le Parlement comme loi fondamentale du royaume et acte de l'autorité souveraine. Il instaure aussi une procession chaque année le 15 août pour la fête de l'Assomption, dans toutes les églises de tous les diocèses du royaume et requiert une représentation de son acte de consécration dans le chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

            En plus de la messe de ce jour à laquelle l'Eglise en France nous fait l'obligation d'assister, faisons tout notre possible pour participer à une procession ce jour. Cela sera aussi notre façon de remercier Notre Dame d'avoir préservé, dans sa cathédrale de Paris, le monument (ci dessous) qui rappelle la consécration de notre pays et de ses sujets à la Mère de Dieu.     Lors de l'incendie du 15 avril 2019, la flèche n'est pas tombée dans le sens longitudinal vers l'orient, mais transversalement, épargnant le chœur de l'édifice, comme pour nous rappeler qu'Elle protège toujours notre pays . 

126054-beaucoup-d-ames-vont-en-enfer-parce-qu-elles-n-ont-personne-qui-se-sacrifie-pour


            En remerciements du succès des opérations qu'il avait engagées, Louis XIII, fit cette consécration en ces termes : « Tant de grâces si évidentes font que nous avons cru être obligés de nous consacrer à la grandeur de Dieu par son Fils rabaissé jusqu'à nous et à ce Fils par sa Mère élevée jusqu'à lui, en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre État, notre couronne et tous nos sujets. Nos mains n'étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de le porter les rendront hosties agréables et c'est chose bien raisonnable qu'ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces. »

            Moins de 300 ans plus tard, le 2 mars 1922, le pape Pie XI par sa lettre apostolique ‘'Galliam, Ecclesiae filiam primogenitam'' proclama officiellement Notre-Dame de l'Assomption patronne principale de France, avec ces termes : « Nous déclarons et confirmons que la Vierge Marie Mère de Dieu, sous le titre de son Assomption dans le ciel, a été régulièrement choisie comme principale patronne de toute la France auprès de Dieu, avec tous les privilèges et les honneurs que comportent ce noble titre et cette dignité… » Alors, honorons la patronne principale de notre pays et demandons Lui protection pour notre patrie et grâces de conversions pour ses habitants et ses dirigeants.

.

            VII  19 août anniversaire de l'apparition de Notre Dame aux Valhinos à Fatima. (650 mots)

            Les enfants ayant été libérés de la prison d'Ourem, le 15 août, sans avoir cédé sur le secret, Notre Dame a laissé passer quelques jours avant de leur apparaître de nouveau. Elle leur avait dit le 13 mai précédent : ‘'Je suis venue vous demander de venir pendant six mois de suite, le 13, à cette même heure.'' Pour montrer à la foule qu'Elle tenait sa parole, Elle était venue, renforçant chez les spectateurs la crédibilité de la parole des enfants. Mais pourquoi avoir attendu 4 jours pour se montrer de nouveau et poursuivre la communication de son message?  Ce délais avait permis à Maria ‘'de Capelinha'' de trouver une issue à la gestion de l'argent laissé à la Cova da Iria par les pèlerins : Lucie n'avait qu'à le demander à l'apparition, le 13 septembre. Elle n'eut pas à attendre si longtemps, et elle le fit tout de suite après les premières phrases de Notre Dame ce 19 août après midi. Mais pour nous ; qu'elle signification pouvait avoir cette date du 19 août ?  Avec les faits qui sont exposés ci-après, il m'a semblé que c'était pour souligner l'anniversaire de la mort du premier dévot à son Cœur, le prêtre Jean Eudes mort le 19 août 1690.  C'est lui qui fit célébrer en France, en 1648, à Autun, la première fête liturgique du Cœur de Marie. C'était 10 ans après que notre pays eut été consacré à Marie par le roi Louis XIII. plus tard, en 1830, dans la capitale de son royaume, Marie demanda de faire graver la médaille ou Elle se définissait comme exempte du péché originel, avant de confirmer, toujours en France, à Lourdes, la précision du vicaire de son Fils en se définissant comme étant ‘'l'Immaculée conception''. Le 13 juin 1917, Elle annoncera aux enfants cette grande nouvelle : Le nouveau rôle que Jésus voulait donner à Marie par son Cœur Immaculé.

             « Le Père, dit saint Jean Eudes, a déployé sa puissance pour former un cœur de fille plein de respect et de fidélité envers son Créateur. Le Fils en fit un cœur de Mère et l'Esprit-Saint en fit un cœur d'épouse pour y célébrer ses noces ineffables.

            Le 25 mars 1643 le père Eudes fonda la congrégation de Jésus et Marie (Eudistes) qui en 1672 célébrèrent la première fête liturgique du Cœur de Jésus. La première apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie Alacoque eut lieu l'année suivante le 27 décembre en la fête de St Jean l'évangéliste. C'est le 31 mai 1925 que le pape Pie XI canonisa saint Jean Eudes (fête fixée au 19 août, et maintenue à cette date en rite ordinaire) Il canonisa ce jour le saint curé d'Ars, qu'il désigna comme le patron de tous les prêtres. Il désigna saint Jean Eudes comme ‘'Père, docteur et apôtre des cultes liturgiques des Cœurs de Jésus et de Marie'' ». Souvenons- nous du but de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de marie : (But donné par Notre Seigneur à sœur Lucie qu'elle rapporta dans une lettre datée du 18 mai 1936)      ‘'Parce que je veux que toute mon Église reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie, pour ensuite étendre son culte et placer, à côté de la dévotion à mon Divin Cœur, la dévotion à ce Cœur Immaculé''. A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera a dit Notre Dame dans le secret en 3 parties. Rappelons enfin que ce 19 août 1917, pour la première fois, Notre Dame demanda la construction d'une chapelle (Pour y célébrer la messe, par des prêtres dont le saint patron sera le curé d'Ars canonisé en même temps que St Jean Eudes). Dieu se plait à nous faire réfléchir par certaine coïncidences ; Il m'a semblé que le 19 août était une date qui correspondait à ce désir : La dévotion au Cœur Immaculé de Marie comprend la communion réparatrice donnée par un prêtre dans une église. Pour en savoir plus sur cette apparition inattendue, suivre : https://hozana.org/publication/58506-beaucoup-d-ame-vont-en-enfer-parce-qu-elles-n-ont-personne-qui-se-sacrifie

.

       VIII  22 août Fête du Cœur Immaculé de Marie.  (400 mots)

            Le pape Pie XII consacra le monde au Cœur Immaculé de Marie le 31 Octobre 1942, le jour de la clôture solennelle du Jubilé des Apparitions de Fatima. Il renouvela ce geste le 08 Décembre 1942. (.....) . Puis en 1944, il consacra tout le genre humain au Cœur Immaculé de Marie pour le mettre sous sa toute-puissante protection.

            À l'occasion de cette même cérémonie, il décréta que l'Église entière célébrerait chaque année une fête en l'honneur du Cœur Immaculé de Marie afin d'obtenir, par l'intercession de la Très Sainte Vierge, « la paix des nations, la liberté de l'Église, la conversion des pécheurs, l'amour de la pureté et la pratique des vertus. » Il fixa la date de cette Fête au 22 août, jour octave de la Fête de l'Assomption.

            Dans l'évolution des dates des différentes fêtes de l'année qui s'est produite suite au concile, la fête du Cœur Immaculé de Marie a été déplacée au samedi de la troisième semaine après la Pentecôte, le lendemain de la solennité du Sacré Cœur de Jésus, le 20 juin dernier et le 22 août est devenu la fête de la Vierge Marie Reine.

            Notre communauté honore Notre Dame dans son Cœur Immaculé, suivant la volonté divine exprimée pour la première fois le 13 juin 1917. Le mois suivant Elle dira : ‘'Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes se sauveront et l'on aura la paix.''. Ainsi la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie et l'approbation et la recommandation de la communion réparatrice des premiers samedis du mois sont liés à ce jour particulier voulu par le pape Pie XII. Nous aurons une pensée pour le fait que l'Eglise, en sa forme ordinaire, honore la royauté de Notre Dame. C'est la Vierge Marie Reine, Mère du Christ Roi.

            A propos de la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie faite par le pape Pie XII fin octobre 1942, sœur Lucie écrivit à l'évêque de Gurza le 28 février 1943 : « Le Bon Dieu m'a déjà montré son contentement de l'acte bien qu'incomplet selon son désir, réalisé par le Saint-Père et par plusieurs évêques. Il promet, en retour, de mettre fin bientôt à la guerre. La conversion de la Russie n'est pas pour maintenant ».

.

      IX  Le salut promis par la pratique de la dévotion réparatrice.  (1000 mots)

            Dans le cadre des apparitions de Fatima, Notre Dame a gradué le message relatif au salut apporté par la dévotion à son Cœur immaculé : En juin 1917, Elle précise que Lucie avait été choisie par Jésus pour La faire connaître et aimer à travers son Cœur Immaculé et que cette dévotion procurera le salut aux âmes qui la pratiqueront. Le mois suivant, Elle lie cette dévotion à la communion réparatrice des premiers samedis du mois, et à Pontevedra (10 décembre 1925), Elle renouvelle cette promesse ‘'d'assistance de la personne à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de son âme''

            Nous avons que cette ‘'assistance'' pouvait être très rapide ‘'Entre le pont et l'eau     avait dit le curé d'Ars '' et surtout absolument efficace ; cette assistance apporte ‘'toutes les grâces nécessaires au salut''. Nous nous appuierons sur les propos du père Stanislao di Maria pour comprendre la façon dont Notre Dame agit sur l'âme à la porte de la mort. (Mgr da Sylva a préfacé en 1954, l'ouvrage dans lequel ce grande dévot du Cœur Immaculé de Marie a donné cette explication en précisant : ‘'Je peux affirmer que c'est une des expositions les plus claires et les plus complètes que j'ai jamais lues, sur le Message de Notre Dame de Fatima'' )

                        À Fatima, Notre Dame nous a inculqué la haine du péché.

            Cette haine doit produire son fruit. Puisque, par le péché mortel, le pécheur s'est détourné de Dieu pour s'attacher à l'objet que convoitait sa passion, et qu'il a ainsi donné la mort à son âme, il lui faut maintenant, par un mouvement inverse, s'arracher à la créature, pour retourner à Dieu son Créateur et son Père, et par là, recouvrer la grâce perdue, la vie surnaturelle.

            C'est de ce mouvement de retour dont dépend le salut, et qui a nom ‘'pénitence chrétienne'' et ‘'vie chrétienne.'' Le psaume 51 précise que Dieu ne méprisera pas un cœur contrit et humilié. Notre Dame va nous donner ce repentir dont parlait St Thérèse de l'Enfant Jésus lorsqu'elle disait : ‘'Quand même j'aurais sur la conscience tous les crimes qui se peuvent commettre, j'irais le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de mon Sauveur...Je sais à quoi m'en tenir sur son amour et sa miséricorde... ».

            A de tels sentiments, la divine pitié ne peut résister. L'iniquité nous aurait-elle rendus rouges comme le cramoisi ou la pourpre pour employer les expressions du prophète Isaïe, nous deviendrions blancs comme la neige. En un clin d'œil, le péché s'engloutit et disparaît dans la Miséricorde Infinie, et cela même avant l'absolution du prêtre, pourvu qu'on ait le désir de l'accuser loyalement, et d'en recevoir l'absolution à la prochaine confession (Néanmoins, lorsqu'il s'agit de recevoir la sainte communion, on ne peut se contenter de ces dispositions; l'Eglise exige auparavant la confession).

            Marie l'indique clairement par les sentiments qu'Elle fait naître chez les spectateurs de la Cova da Iria au moment du miracle du soleil (Nous l'avons déjà précisé lors de notre publication de Juin dernier)  C'étaient des cris de repentir pleins d'amour, des appels au pardon, des larmes brûlantes coulant sur des visages depuis longtemps peut-être durcis par la haine ou la passion, n'est-ce pas la preuve évidente du but qu'Elle poursuit: purifier les âmes par la contrition ?

            Les fidèles savent-t-ils assez la puissance de justification de cette contrition parfaite ?

            Quelques précisions sur ce point seront donc bien utiles, précise le père Stanislao di Maria : Ce pardon que les trois enfants demandaient si instamment « pour ceux qui ne le demandent pas », nous comprendrons alors que le temps est venu pour nous de le saisir, parce que le Cœur Miséricordieux d'une Mère nous le montre, là, tout proche, à notre portée.

            II ne faudrait pas, en effet, que ce mot de contrition parfaite éveille dans nos esprits l'idée de quelque chose de surhumain, réservé au tout petit nombre.

            La contrition est dite parfaite, à cause du MOTIF qui l'inspire. Tandis que la contrition imparfaite est un regret, une douleur que l'on éprouve d'avoir offensé Dieu, à cause du châtiment que l'on a mérité, la contrition parfaite au contraire, est un regret, une douleur d'avoir offensé Dieu, parce qu'Il est infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché Lui déplaît (L'efficacité de la contrition parfaite vient donc de ce qu'elle a pour base la charité parfaite ; et comme Dieu est amour, l'amour de l'homme pour Dieu appelle, attire invinciblement l'amour de Dieu pour l'homme.). .:

            Regret d'avoir offensé Dieu!  Regret extrême, il va sans dire, car le péché étant ce que nous avons vu, le plus grand de tous les maux, nous devons le détester par-dessus tous les autres maux. Non pas nécessairement d'une manière sensible, avec larmes ou sanglots. Notre regret doit monter du fond du cœur, de la volonté. Il doit en outre embrasser tous les péchés commis sans exception - tous les péchés mortels au moins - et entraîner la résolution ferme de ne plus offenser Dieu désormais.

            Or, qu'y a-t-il en tout cela qui dépasse les forces moyennes des pauvres âmes aidées du secours divin, secours que Dieu ne refusera jamais à leur bonne volonté?

            Quant à l'intensité de l'acte, n'allons pas davantage imaginer qu'on exige de nous l'héroïsme. La  contrition parfaite admet des degrés d'intensité. Plût à Dieu qu'elle brisa notre cœur ! Mais pour qu'elle produise ses merveilleux effets, il faut et il suffit que le pécheur conçoive un vrai regret, une vraie contrition, acte d'une volonté ferme et sincère.

            Alors, demandons, pour nous, ou pour un pécheur qui nous tient à cœur, cette grâce de recevoir du Cœur Immaculé de Marie, cette contrition parfaite qui nous évitera l'enfer. (Priez pour nous, maintenant et à l'heure de notre mort)

.

     X   Textes à propos du troisième secret de Fatima. (950 mots)

            Notre publication de juillet dernier comportait, en chapitre VII, les 3 parties du secret confié par Notre Dame le 13 juillet 1917. (https://hozana.org/publication/90091-o-mon-jesus-pardonnez-nous-preservez-nous-du-feu-de-l-enfer/). Rappelons que la publication par Rome des 3 parties du secret était une immense reconnaissance de l'Eglise à la véracité des écrits de sœur Lucie. On savait que depuis 1957, ses principaux écrits étaient à Rome. La reconnaissance des apparitions en 1930 ne donnait pas forcément autorité à ces écrits et permettait au père Dhanis, un des opposants majeurs aux textes publiés par sœur Lucie, d'affirmer : (On doit craindre, sans nier le jugement sain et la sincérité de la voyante, que certaines inventions se soient glissées dans ses récits. Les apparitions de l'Ange et la communion miraculeuse qu'il aurait distribuée aux petits voyants restent incertaines.  » (Revue Streven, 1944, p. 213) : Il prétendait aussi que la dévotion au Cœur Immaculé de Marie (Et donc la communion réparatrice des 5 premiers samedis du mois) était une invention de sœur Lucie, ce qui peut expliquer la faible diffusion dans l'Eglise de cette dévotion voulue par Dieu Lui-même. Pour en savoir plus sur le père Dhanis, se reporter à notre publication  du 18 novembre 2017 https://hozana.org/publication/16967-l-opposition-au-message-de-fatima-dans-l-eglise-le-pere-dhanis . Les 3 parties du secret constituaient le cœur d'un dossier remis à la presse le 26 juin 2000. Ce dossier était introduit par un texte rédigé par Mgr Bertone, (Secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la foi.)  Nous en avons extraits les passages suivant :

            Début de citation des extraits : (Les repères sont de notre fait)

            a) Dans le passage du deuxième au troisième millénaire, le Pape Jean-Paul II a décidé de rendre public le texte de la troisième partie du « secret de Fatima »

            ‘'Après les événements dramatiques et cruels du vingtième siècle, un des siècles les plus cruciaux de l'histoire de l'humanité, qui trouve son point culminant avec l'attentat sanglant envers le « doux Christ sur la terre », s'ouvre donc un voile sur une réalité qui marque l'histoire et qui l'interprète en profondeur, selon une dimension spirituelle à laquelle la mentalité actuelle, souvent empreinte de rationalisme, est réfractaire.

            ‘'…………………''

            b) ‘'Fatima est sans aucun doute la plus prophétique des apparitions modernes. La première et la deuxième partie du « secret » - qui sont publiées dans l'ordre pour l'intégralité de la documentation - concernent avant tout la vision épouvantable de l'enfer, la dévotion au Cœur immaculé de Marie, la deuxième guerre mondiale, ainsi que la prédiction des très graves dommages que la Russie, abandonnant la foi chrétienne et adhérant au totalitarisme communiste, devait apporter à l'humanité.''

            ‘'…………………‘'

            c) Il existe un seul manuscrit, qui est ici reproduit photographiquement. L'enveloppe scellée fut gardée d'abord par l'évêque de Leiria. Pour mieux conserver le « secret », l'enveloppe fut remise le 4 avril 1957 aux Archives secrètes du Saint-Office. Sœur Lucie en fut avertie par l'évêque de Leiria.

            ‘‘…………………..''

            d) Mais le Saint-Père, pour répondre plus complétement aux demandes de « Notre-Dame », voulut expliciter au cours de l'Année sainte de la Rédemption l'acte de consécration du 7 juin 1981, repris à Fatima le 13 mai 1982. Le 25 mars 1984, sur la place Saint-Pierre, en union spirituelle avec tous les évêques du monde, « convoqués » précédemment, évoquant le fiat prononcé par Marie au moment de l'Annonciation, le Pape consacre au Cœur immaculée de Marie les hommes et les peuples, avec des accents qui rappellent des paroles poignantes prononcées en 1981:

            ‘'……………………''

            e) Sœur Lucie confirma personnellement que cet acte solennel et universel de consécration correspondait à ce que voulait Notre-Dame (« Sim, està feita, tal como Nossa Senhora a pediu, desde o dia 25 de Março de 1984 »: « Oui, cela a été fait, comme Notre-Dame l'avait demandé, le 25 mars 1984 »: lettre du 8 novembre 1989). C'est pourquoi toute discussion, toute nouvelle pétition est sans fondement.

            ‘'………………….''

            f) Une indication pour l'interprétation de la troisième partie du « secret » avait déjà été donnée par Sœur Lucie dans une lettre au Saint-Père le 12 mai 1982. Dans cette dernière, elle écrivait:

« La troisième partie du secret se réfère aux paroles de Notre-Dame: “Sinon la Russie répandra ses erreurs à travers le monde, favorisant guerres et persécutions envers l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites” (13-VI-1917). 

La troisième partie du secret est une révélation symbolique, qui se réfère à cette partie du Message, conditionné par le fait que nous acceptions ou non ce que le Message lui-même nous demande: “si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, etc...”. 

Comme nous n'avons pas tenu compte de cet appel du Message, nous constatons qu'il s'est réalisé, la Russie a inondé le monde de ses erreurs. Et si nous ne constatons pas encore la réalisation totale de la fin de cette prophétie, nous voyons que nous nous y acheminons peu à peu à grands pas. Si nous ne renonçons pas au chemin de péché, de haine, de vengeance qui viole les droits de la personne humaine, d'immoralité et de violence, etc. 

Et ne disons pas que c'est Dieu qui ainsi nous punit; au contraire, ce sont les hommes qui préparent eux-mêmes leur châtiment. Dans sa sollicitude, Dieu nous avertit et nous incite à prendre le bon chemin, respectant la liberté qu'il nous a donnée; c'est pourquoi les hommes sont responsables ».(5) 

            g) La décision du Pape Jean-Paul II de rendre publique la troisième partie du « secret » de Fatima conclut une période de l'histoire, marquée par de tragiques volontés humaines de puissance et d'iniquité, mais pénétrée de l'amour miséricordieux de Dieu et de la vigilance prévenante de la Mère de Jésus et de l'Église.

Fin de citation des extraits du texte de Mgr Bertone 

.

        XI  Prière de conclusion   (410 mots)

            Terminons cette publication du mois du Cœur Immaculé de Marie par la prière de St Jean Eudes ‘' Ô Cœur sacré de Marie, toujours Vierge et Immaculée ‘' Cette prière préfigure les grandes lignes des attributs dont Notre Dame s'est parée dans les divers propos qu'Elle a tenus à Fatima.

            « Ô Cœur sacré de Marie, toujours Vierge et Immaculée, Cœur le plus saint, le plus pur, le plus noble et le plus grand que la Main toute-puissante du Créateur ait formé ; Source intarissable de bonté, de douceur, de miséricorde et d'amour ; Modèle de toutes les vertus, Image du Cœur adorable de Jésus-Christ, qui brûlâtes toujours de la charité la plus ardente, qui aimez Dieu Vous seule plus que tous les Séraphins ensemble, qui donnez plus de gloire à Dieu par votre Amour que ne Lui en rendent toutes les créatures ; Cœur de la Mère du Rédempteur, siège de la paix, où la miséricorde et la justice se sont alliées, où la paix entre le ciel et la terre a commencé de se traiter ; qui avez ressenti si vivement nos misères, qui avez tant souffert pour notre salut, qui nous aimez encore avec tant d'ardeur, et qui méritez par tous ces endroits le respect, l'amour et la confiance de tous les hommes : daignez agréer mes faibles devoirs. Prosterné devant Vous, je Vous rends l'hommage le plus profond dont mon âme est capable ; je Vous remercie des sentiments d'amour et de miséricorde dont Vous avez été si souvent touché à la vue de mes misères : je Vous rends grâces des bienfaits que j'ai reçus par votre Bonté, et je m'unis à toutes les âmes pures qui trouvent leurs délices à Vous honorer, à Vous louer, à Vous aimer. Elles ont appris du divin Esprit qui les conduit, que c'est par Vous qu'il faut aller à Jésus-Christ et s'acquitter envers ce Dieu-Homme de ce que nous Lui devons. Vous serez donc, ô Cœur tout aimable, Vous serez désormais l'objet de ma vénération, de mon amour et de ma plus tendre dévotion ; Vous serez la voie par où j'irai à mon Sauveur, et ce sera par Vous que me viendra sa Miséricorde ; Vous serez mon refuge dans mes besoins, ma consolation dans mes afflictions ; j'irai apprendre de Vous la pureté, l'humilité, la douceur, et surtout l'amour de Jésus : je demanderai ces vertus par Vos mérites et je les obtiendrai. J'ose Vous présenter mon cœur souillé de mille péchés : tout indigne qu'il est de Vous, j'espère que Vous ne les mépriserez pas. Faites, par votre puissante médiation, qu'il soit purifié et détaché des créatures ; pénétrez-le de la douleur de ses péchés ; remplissez-le de l'amour du divin Cœur de Jésus votre Fils, afin qu'il puisse Vous être uni dans le ciel, et y aimer Dieu éternellement avec Vous. Ainsi soit-il. »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

22 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader