Facebook PixelÔ mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l'enfer;… - Hozana

Ô mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l'enfer;…

Ô mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l'enfer;…

Cathédrale du Très Précieux Sang à Westminster


                       Le titre reprend le début de la prière que Notre Dame à Fatima a recommandée  d'adresser à son Fils après chacune des dizaines de notre chapelet,le 13 juillet 1917. Elle nous a communiqué cette prière immédiatement après avoir transmis aux enfants le secret en 3 parties que Rome a authentifié il y a 20 ans. Rappelons cette courte prière : ‘'Ô mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l'enfer; emmenez au Paradis toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoinSuivant les régions, il y a de légères variantes, mais le sens est le même. Nous développerons un peu plus loin ce que nous inspire cette prière que nous relierons au Sang Précieux que l'Eglise vénère tout le mois de Juillet et particulièrement le premier jour de ce mois. Marie demande qu'après l'avoir priée, on se tourne vers son Fils pour obtenir le pardon de nos péchés, nous préserver du feu de l'enfer qu'elle vient de montrer aux enfants, venir en aide aux âmes les plus nécessiteuses pour les sauver. Cette prière illustre  le prix du Sang Précieux que le Christ a répandu une fois physiquement pendant sa passion et sacramentellement lors de chaque messe catholique. En effet, l'Eglise consacre le mois de Juillet à vénérer le Précieux Sang du Christ, et depuis 1849 consacre le premier jour de ce mois à cette vénération.

            Comme introduction à cette fête, citons la lettre de sœur Lucie au père Pasquale du 26 novembre 1970 à propos du chapelet et des privilèges de Notre Dame. ……Marie fut le premier Tabernacle vivant où le Père enferma son Fils, le Verbe fait chair ; son Cœur Immaculé fut le premier Ostensoir pour l'accueillir ; dans son Cœur Immaculé et dans ses veines a circulé le premier Sang du Dieu fait homme ; le sein et les bras de cette Vierge furent le premier Autel sur lequel Dieu présenta son Fils à nos adorations : c'est là que les Anges, les pasteurs et les mages l'adorèrent.

            Nous avons signalé le 5 juin dernier le pèlerinage ‘'M de Marie'' en 2 calèches parties de Lourdes et de la Salette le 2 juin. . (https://hozana.org/communaute/8819-m-de-marie-le-grand-pelerinage-en-caleche) Il est ce soir à saint Simon de Bordes à environ 30 Km au Sud Est de Royan et à Pont de Vaux, à 15 Km au sud de Tournus. Essayez de vous joindre à cet hommage public rendu à Notre Dame dans son pays pour retirer les épines que les ‘'hommes ingrats lui enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes''. 

Une des 2 vierges pèlerines

.

            I  Fête du Précieux sang, ce premier jour du mois de Juillet  (1000 mots)

            L'Eglise fête ce jour le ‘'Précieux Sang du Christ''. Cette fête n'est plus célébrée que dans la forme extraordinaire du rite romain dont la première prière de la messe rappel à Dieu l'immense bienfait de cette effusion. ‘'Vous nous avez rachetés, Seigneur, par votre Sang, de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation : et vous avez fait de nous un royaume pour notre Dieu.'' Par la ‘'Fête du Précieux Sang'', l'Eglise nous fait entrer ,aujourd'hui , dans le mois de juillet qu'elle consacre à honorer le Sang du Christ, après avoir honoré son Cœur Sacré le mois dernier. Elle honorera le Cœur Immaculé de Marie le mois prochain. De même que le sang de l'agneau pascal présent sur la porte de la maison des hébreux en Egypte avait détourné le bras de l'ange exterminateur, le Sang du Christ, l'Agneau de Dieu, nous est devenu moyen de propriation, moyen nous rendant Dieu propice, c'est-à-dire nous rendant Dieu favorable pour le rachat des fautes commises. Pendant la période du confinement, lors de notre communion spirituelle, nous disions à Dieu : ‘'O mon Dieu, souvenez-vous de votre humble créature rachetée par votre Sang ! ‘'Le pape Benoît XVI l'a rappelé en juillet 2006 : « ‘'Il est important que l'humanité contemporaine fasse l'expérience de la force du Sang du Christ, versé sur la Croix pour notre salut…….Sa vertu purificatrice sur le monde crie non vengeance, mais miséricorde, …étouffe la voix des crimes des pécheurs et change les foudres vengeresses en pluie de grâces'' ».

            L'Eglise prolonge le mois du Sacré-Cœur en nous faisant vénérer pendant le mois de juillet, le Sang du Christ, prix de notre salut. Notre Dame à Fatima a choisi le mois du Sacré-Cœur pour annoncer la dévotion à son Cœur Immaculé et le mois du Précieux Sang pour communiquer son secret en 3 parties. C'est pour en souligner l'importance que Notre Dame l'a mis en forme d'un secret. Elle n'en autorisa la diffusion que progressivement. Elle viendra Elle-même confirmer à sœur Lucie, le 13 juin 1929 à Tuy que le moment était venu de consacrer la Russie à son Cœur Immaculé. Cette consécration devant avoir des effets surnaturels (sa conversion) puis matériels (éviter la punition du monde par la seconde guerre mondiale et ses millions de morts). Pour la troisième partie, il fallut l'intervention de Notre Dame dans l'infirmerie de Tuy le 2 janvier 1944, pour qu'elle puisse exécuter l'ordre donné 10 semaines auparavant par Mgr da Silva de le mettre par écrit. Sœur Lucie ne nous a pas précisé à quelle occasion Notre Dame lui avait dit qu'en le publiant en 1960 il ‘'apparaîtra plus clair''.

            Comme Mère prévenante, Elle rappelle à ses enfants de façon solennelle, le risque encouru en perdant spirituellement sa vie, puis les sanctions physiques que Dieu enverra aux hommes s'ils continuent à offenser Dieu. Elle annonce la preuve de la puissance d'intercession de son Cœur Immaculé en montrant son rôle surnaturel dans le retour de la Russie à l'Eglise fondée par son Fils. Le refus de satisfaire cette demande, aura 2 conséquences pour l'humanité : la seconde guerre mondiale et les erreurs de la Russie répandues dans le monde. Notre Dame a parlé d'erreurs, en mettant le mot au pluriel, pour montrer l'étendue des domaines dans lesquels ces erreurs interviendront. Rendant inutiles pour un grand nombre l'effusion du Précieux sang de son Fils.  Pour réparer les profanations envers le Saint Sacrement, l'Eglise nous fait prier avec les litanies du Précieux Sang. La prière finale est très proche de la COLLECTE de la messe de ce jour ou le prêtre s'adresse à Dieu en ces termes : ‘'Dieu tout-puissant et éternel, vous avez établi votre Fils unique rédempteur du monde, et vous avez voulu que votre JUSTICE soit apaisée par son Sang : faites-nous la grâce, nous vous en prions, de vénérer d'un culte solennel ce prix de notre salut, et d'être ici-bas préservés par sa vertu des maux de la vie présente ; de manière à jouir éternellement de ses fruits dans les cieux.''

            L'Epître de St Paul rappelle ce culte juif de la fête de l'Expiation : Le grand-prêtre pénètre une fois par an dans le Saint des Saints, et asperge l'arche d'alliance avec le sang des taureaux et des boucs en signe d'expiation pour les péchés du peuple. L'Église, par l'apôtre Paul,  nous présente cette image en lui donnant une signification plus élevée : le grand-prêtre divin, le Christ, entre une fois pour toutes, le Vendredi Saint, dans le Saint des Saints du ciel, qui n'est pas fait de main d'homme ni aspergé avec le sang des taureaux et des boucs ; il procure au peuple avec son propre sang une éternelle rédemption.

            L'Eglise rappelle encore avec ‘'l'Hymne'' des vêpres de cette fête, le rôle rédempteur de ce Sang versé.

            Que les places résonnent de chants de fête, que la joie brille au front des habitants, que les enfants comme les vieillards, à la lueur des torches, s'avancent en procession. 

            Le Christ, mourant sur un arbre cruel répand ce Sang par tant de plaies, nous en célébrons la mémoire, versons au moins des larmes.

            L'Adam ancien par son crime avait gravement perdu le genre humain : L'Adam nouveau, saint et pieux, redonne la vie à tous les hommes.

            Si le Père souverain a entendu des cieux le cri puissant du Fils expirant, c'est par son Sang qu'il fut apaisé, et qu'il nous accorda le pardon.

            Quiconque lave sa robe dans ce Sang efface les taches ; et prend l'éclat empourpré qui le rend soudain semblable aux Anges et agréable au Roi.

            Que personne ensuite n'ait l'audace de quitter la voie droite : qu'il gagne le but suprême ; Dieu qui nous aide dans la course lui donnera la noble récompense.

            Soyez-nous propice, Père puissant, élevez aux sommets des cieux les rachetés par le Sang du Fils unique créés à nouveau par l'Esprit de paix. Amen.

            Vous nous avez rachetés, Seigneur, par votre sang, et vous avez fait de nous un royaume pour notre Dieu. 

            Dans le cadre de notre confession mensuelle en esprit de réparation, pensons à cette remarque du curé d'Ars : ‘' Quand le prêtre donne l'absolution, il ne faut penser qu'à une chose ; c'est que le Sang du bon Dieu coule sur notre âme pour la laver, la purifier et la rendre aussi belle qu'elle était après le baptême. ‘'

.

            II Le 2 juillet, fête de la visitation de la Vierge à sa cousine Elisabeth (C'était le 31 mai dans la forme ordinaire) (650 mots)

            Dans la forme ordinaire du rite romain, cette année cette fête est passée presque inaperçue car elle coïncidait avec la fête de la Pentecôte, elle même bien masquée par l'enfermement mondial. Elle fut instituée en 1389 par le pape Urbain VI et placée à l'ancienne octave de St Jean Baptiste, le 2 juillet. Nous développerons 2 aspects de cette visitation de Notre Dame, tabernacle vivant portant Jésus à son Précurseur St jean Baptiste qui a tressaillit de joie à la parole de Marie saluant sa cousine.

            L'aspect surnaturel : St Jean l'évangéliste, dans son prologue rappelé à la fin de toutes les messes en rite extraordinaire, précise ‘'Il y eut un envoyé de Dieu, un homme qui s'appelait Jean. Il vint comme témoin pour rendre témoignage à la Lumière, afin que par lui, il fut possible à tous de croire. Il n'était pas lui-même la Lumière, mais il avait mission de rendre témoignage à la Lumière.'' Lorsque nous communions, c'est une Visitation que Jésus nous fait dans nos âmes avec son Corps ressuscité, glorieux, dans l'Hostie consacrée. Dans notre action de grâce du premier samedi du mois, disons Lui notre reconnaissance de se faire si proche de nous pour pouvoir réparer les offenses qui sont faites envers le Cœur Immaculé de sa Mère. 

            L'aspect naturel. Jésus lors de visite de sa Mère à sa cousine n'a été conçu du Saint Esprit que depuis quelques jours. La réaction de St Jean Baptiste démontre sa divinité. Sous l'aspect biologique certains ne veulent voir à ce stade qu'un amas de cellules. L'Eglise a toujours considéré que dès sa conception, l'ovocyte fécondé est déjà un être humain et que s'appliquait le commandement de ne pas le mettre à mort volontairement, de quelque façon que ce soit. (En l'empêchant mécaniquement ou chimiquement de s'implanter dans la cavité utérine, ou le détruisant à n'importe quel stade de son développement ultérieur). On doit au professeur Jérôme Lejeune dont le procès en béatification a été clôturé le 11 avril 2012 d'avoir contribué à la reconnaissance juridique de cet état. A ma connaissance, la justice confirma cette position pour la première lors d'un verdict rendu par le juge Dale Young, juge de première instance, lors d'un procès célèbre tenu en août 1989 à Maryville (Le nom ne s'invente pas !) aux USA. Des époux avaient eu recours à une PMA, 9 ovocytes avaient été prélevés, puis fécondés, 2 réimplantés 48 heures plus tard, les 7 autres congelés en vue de réimplantations ultérieurs. Peu après l'échec de cette première tentative, les époux se séparaient. Dans le procès en divorce, le statut juridique des embryons congelés devait être défini pour décider de leur sort. Averti par un ami, le professeur Jérôme Lejeune réussit à se rendre à temps sur place, (le juge recula d'un jour la plaidoirie pour permettre à notre grand savant de s'exprimer). Malgré l'opposition d'autres généticiens, il a réussi à convaincre le juge avec les récentes découvertes sur l'ADN, que le génotype de chaque individu est en place dès la fécondation. ‘'Le petit de l'homme est un homme petit'' disait le professeur Lejeune. Merci à Notre Dame d'avoir voulu aider sa cousine ; par ce geste de charité fraternelle, St Jean Baptiste nous a révélé ce grand mystère. Oui, la science le prouve, un avortement est un meurtre, il offense Dieu. C'est un péché grave qui, s'il est commis volontairement et en pleine connaissance de cause est qualifié de ‘'mortel''. St Alphonse de Liguori affirmait ‘'qu'étant donné l'amour que Dieu se porte à Lui-même Bonté et Beauté suprêmes, ainsi qu'à la création œuvre de ses mains et à l'ordre parfait établi par Lui, le péché mortel est un mal tel, que «s'il était possible, il détruirait Dieu, par la TRISTESSE infinie qu'il Lui causerait » Comme cela nous rappelle la volonté persistante du petit François de consoler Dieu qu'il a vu si triste lorsque Notre Dame L'a montré aux enfants dès la première apparition ! Notre Dame a voulu que dès son premier contact avec les enfants, Elle ‘'les fit se voir en Dieu'' et cela a provoqué en eux un anéantissement plein d'amour devant la Majesté divine.

.

            III   Vendredi 3 juillet : Premier vendredi du mois. 

            Pensons, si nous le pouvons, à honorer le Sacré-Cœur de Jésus. Essayons d'assister à la messe, à y communier pour réparer les offenses envers ce Cœur qui a tant aimé les hommes et n'y reçoit qu'ingratitudes, particulièrement par l'assassinat de tant de vie dans le sein de leur mère.

.

            IV   Ier Samedi 4 Juillet, premier samedi du mois. (300 mots) 

            Souvenons-nous que l'ange à Fatima à chacune de ses 3 apparitions, a associé les saints Cœurs de Jésus et de Marie. Que Notre Dame a annoncé la volonté divine de répandre la dévotion à son Cœur Immaculé, le mois consacré au Cœur Sacré de son fils et que c'est pendant le mois du Précieux Sang, qu'Elle annonça, en seconde partie du secret, la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Il est important de bien voir que cette dévotion est voulue par Dieu lui-même. Nous développerons ce point le mois prochain à l'occasion la fête du Cœur Immaculé de Marie que Pie XII avait créée en 1944 et placée dans l'octave de la fête de l'Assomption. Dès à présent, prenons nos dispositions pour fixer le jour de notre confession, période d'environ 15 jours centrée sur ce premier samedi. Assurons-nous également de pouvoir trouver une messe, ce samedi, pour y communier, en esprit de réparation. Si la seule messe disponible à une distance raisonnable est celle de la messe anticipée du dimanche, y retourner le dimanche, pour bien rester dans l'esprit voulu par Notre Seigneur, c'est-à-dire, une communion en esprit de réparation, ce premier samedi. Il est bien évident que l'assistance à la messe du dimanche ne fait que respecter le précepte de l'Eglise qui demande que nous sanctifions ce jour particulier en assistant à la messe. Dans des cas exceptionnels, seul un prêtre, ‘'pour de justes motifs'' pourra donner l'autorisation de faire en sorte que cette dévotion (Communion, méditation, chapelet) soit reportée au dimanche qui suit. (Autorisation donnée par Notre Seigneur à sœur Lucie dans la nuit du 29 au 30 mai 1930)

            Nous offrirons la communion de ce premier samedi du mois du Précieux Sang pour réparer les blasphèmes contre la maternité divine de Notre Dame, et le refus de La reconnaître comme Mère des hommes.

.

            V   Le 11 juillet : Premier anniversaire de la mort de Vincent Lambert. 

            Les lois de notre pays ont permis la mise à mort d'un innocent. Réparons l'offense à Dieu que constitue cet assassinat, en priant pour la conversion des gouvernants qui votent ces lois et de ceux qui les appliquent. La petite Jacinthe à Fatima avait dit à sa ‘'marraine'' ‘'Priez beaucoup pour les Gouvernements ! Si le Gouvernement laissait l'Eglise en paix et donnait la liberté à la Religion sainte, il serait béni de Dieu ‘' (Voir la communauté https://hozana.org/communaute/233-pour-vincent-lambert )

.

            VI   Le 13 juillet, anniversaire de la troisième apparition de Notre Dame à Fatima. (500 mots)

            C'est l'apparition la plus importante. Notre Dame annonce le miracle d'octobre, nous enseigne 2 prières, nous communique un secret en 3 parties. Merci au petit François d'avoir prié toute une nuit pour que sa cousine, désignée le mois précédent par Jésus pour être la messagère de Notre Dame, vienne écouter, voir et mémoriser ce message si important pour le salut des âmes qui sont toutes appelées à peupler le Ciel. Après le préambule ci-dessous, nous donnerons la totalité du secret copié dans le dossier de presse communiqué le 26 juin 2000.

            Revenons un instant sur la dernière prière de Notre Dame, qui clôturait ce message de Juillet. Après avoir rassuré les enfants sur le maintien de la foi dans leur patrie, Elle nous faisait demander, après chaque dizaine du chapelet : 'O mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l'enfer; emmenez au Paradis toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin. ‘' Elle reprenait ainsi le thème de la demande de pardon annoncé par l'ange lors de sa première apparition, et celui que le prêtre, à la messe en rite extraordinaire, adresse à Dieu juste avant la consécration. Dans cette prière du ‘'canon'', le prêtre prie à voix basse et à un moment n'élève qu'un peu la voix pour dire : ‘'Hanc igitur oblationnem'' (Voici l'offrande que nous vous présentons) puis formule 3 demandes dont deux reprises par Notre Dame qui veut que nous les fassions nôtre après chaque dizaine du chapelet, en nous adressant directement au Fils de Dieu, qu'Elle veut que nous désignons aussi familièrement qu'Elle, c'est-à-dire en utilisant l'expression : ‘'O mon Jésus'' !  Ces deux demandes sont : ‘'pour nous arracher à l'éternelle damnation'' et ‘' pour nous compter au nombre des élus'' le prêtre parle en son nom et nous, nous nous unissons à la prière du prêtre en assistant pieusement à la messe. Dans la prière enseignée par Notre Dame, pour le début, c'est une demande pour nous en particulier qui récitons le chapelet, et ensuite pour toutes les âmes, surtout les plus nécessiteuses (celles par exemple qui n'assistent pas ou n'assistent plus à la messe). J'apprécie beaucoup que Notre Dame ait puisé dans le trésor du rite ancien pour nous faire prier, après chaque dizaine de chapelet, pour notre salut et celui de toutes les âmes.'' Surtout celles qui en ont le plus besoin''

.

            VII   Texte du secret en 3 parties, communiqué aux enfants de Fatima le 13 juillet 1917. (1000 mots)

            Voici la partie de la publication consacrée à l'exposé de la totalité de ce secret, en utilisant le texte de la traduction française contenue dans le dossier communiqué à la presse le 26 juin 2000. (Ci-dessous une image extraite du dossier du Vatican sur internet. Remarquons d'abord qu'à ma connaissance, c'est la première fois que l'Eglise cautionne un secret marial en le publiant. Le renvoi (7) fait suite aux 6 autres annotations précédentes.

 CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

LE MESSAGE DE FATIMA


123413-o-mon-jesus-pardonnez-nous-preservez-nous-du-feu-de-l-enfer



            « Je devrai, pour cela, parler un peu du secret et répondre à la première question. 

            En quoi consiste le secret? 

            Il me semble que je peux le dire puisque le Ciel m'en a déjà donné la permission. Les représentants de Dieu sur la terre m'ont eux aussi autorisée à le faire, à plusieurs reprises, par lettres. Je crois que Votre Excellence a conservé l'une d'elles, celle du Père José Bernardo Gonçalves, dans laquelle il m'ordonne d'écrire au Saint-Père. Un des points qu'il m'indique est la révélation du secret. J'en ai déjà dit quelque chose, mais pour ne pas trop allonger cet écrit, qui devait être bref, je me suis limitée à l'indispensable, laissant à Dieu l'occasion d'un moment plus favorable. 

            J'ai déjà exposé, dans le deuxième écrit, le doute qui m'avait tourmentée du 13 juin au 13 juillet, et qui disparut lors de cette dernière apparition. 

            Bien. Le secret comporte trois choses distinctes, et je vais en dévoiler deux. La première fut la vision de l'Enfer. Notre-Dame nous montra une grande mer de feu, qui paraissait se trouver sous la terre et, plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme s'ils étaient des braises transparentes, noires ou bronzées, avec une forme humaine. Ils flottaient dans cet incendie, soulevés par les flammes, qui sortaient d'eux-mêmes, avec des nuages de fumée. Ils retombaient de tous côtés, comme les étincelles retombent dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient trembler de frayeur. Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d'animaux épouvantables et inconnus, mais transparents et noirs. Cette vision dura un moment, grâce à notre bonne Mère du Ciel qui auparavant nous avait prévenus, nous promettant de nous emmener au Ciel (à la première apparition). Autrement, je crois que nous serions morts d'épouvante et de peur. 

            Ensuite nous levâmes les yeux vers Notre-Dame, qui nous dit avec bonté et tristesse: 

            Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions contre l'Église et le Saint-Père. Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde un certain temps de paix »(7)

« J.M.J. » 

            La troisième partie du secret révélé le 13 juillet 1917 dans la Cova de Iria-Fatima. 

            J'écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l'intermédiaire de son Exce Rév.me Monseigneur l'Évêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère, qui est aussi la mienne. 

            Après les deux parties que j'ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte: Pénitence! Pénitence! Pénitence! Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu: “Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant” un Évêque vêtu de Blanc, “nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père”. Divers autres Évêques, Prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches; et de la même manière moururent les uns après les autres les Évêques les Prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu. 

Tuy - 3-1-1944 »

(7) Dans le « quatrième mémoire » cité précédemment, Sœur Lucie ajoute: « Au Portugal, se conservera toujours le dogme de la foi, etc. 

            Nous publierons en août prochain des extraits du commentaire introductif de Mgr Bertone à cet important dossier de presse publié le 26 juin 2000. Déjà nous constatons que l'Eglise ce 26 juin donne une grande autorité aux écrits de sœur Lucie que le père Dhanis considérait comme des affabulations. Pour lui, la  la vision de l'enfer était « une représentation exagérément médiévale des peines de l'enfer ». Nous renvoyons à notre publication du 18 novembre 2017 ( https://hozana.org/publication/16967-l-opposition-au-message-de-fatima-dans-l-eglise-le-pere-dhanis.)  pour plus de précisions sur sa position à propos de Fatima, position qu'il maintiendra jusqu'à sa mort en décembre 1978. 

            Avec le lien suivant, vous aurez notre publication du 9 mars 2017 qui donne le récit de l'apparition du 13 juillet 1917, et un commentaire sur les deux premières parties du secret. .https://hozana.org/publication/10287-troisieme-apparition-de-notre-dame-a-la-cova-da-iria-vendredi-13-juillet-1917

.

            VII : 16 juillet Fête de Notre Dame du mont Carmel et anniversaire de la dernière apparition de Notre Dame à Lourdes  (500 mots) 

            L'Eglise nous rappelle chaque année ce merveilleux privilège donné par Notre Dame à ceux qui la prieront tous les jours d'une façon particulière, en y associant le port d'un habit spécial, le scapulaire du Mont Carmel. Pour en savoir plus, nous vous renvoyons à notre publication de l'an dernier https://hozana.org/publication/57154-le-rosaire-et-le-scapulaire-sont-inseparables .  Rappelons combien Notre Dame attache d'importance à ce privilège que son Fils nous a acquis par son Sang:  A Fatima, lors de sa dernière apparition du 13 octobre, Notre Dame tient à la main un scapulaire, et, à Lourdes ou Elle s'est présentée comme étant ‘'L'Immaculée'', Elle a choisi le jour ou l'Eglise La fête sous ce titre, pour apparaître une dernière fois à Bernadette, qui, ce jour particulier, l'a vue de très loin, mais lui est apparue toute proche, ne l'a jamais vue aussi belle.

            A ceux qui portent cet habit, le R.P. Joseph de Sainte-Marie, précise que ce privilège ‘'sabattin‘' « constitue une sorte d'indulgence plénière », prenant effet au plus tard le samedi qui suit la mort. Il poursuit : « L'Église a le pouvoir de concéder une telle indulgence en acceptant et en faisant siennes les conditions requises par la tradition pour cela. Et la Vierge, de son côté, a répondu de multiples fois à cette confiance... »

            A ceux qui ne portent pas cet habit, mais qui pratiquent la dévotion réparatrice des 5 premiers samedis (ou à ceux pour qui elle est offerte), Notre Dame a promis le 13 juin 1917 : ‘'A qui embrassera cette dévotion, je promets le salut''. Et le 10 décembre 1925 Elle renouvellera cette promesse en disant : ‘' Je promets de les assister à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme''. Oui ces âmes seront sauvées, (mais elles ont besoin de notre secours que nous trouverons dans notre publication du 30 juin 2018 avec le lien )  https://hozana.org/publication/35109-mysteres-de-la-vie-future-le-purgatoire-3-3

            Comment donc peut s'opérer un tel ‘'sauvetage ‘' à l'heure de la mort ? Nous nous appuierons sur l'explication qu'en donne le père Stanislao di Maria qui écrivit en 1954 que le Cœur Immaculé de Marie fait naître à cet instant précis, dans cette âme chérie, la contrition parfaite. Notre dernière publication a évoqué le sauvetage rapide d'une âme ‘'Entre le pont et l'eau…..'', sauvetage décrit par le curé d'Ars. Notre Dame nous en a donné un aperçu lors du miracle du 13 octobre 1917 ou Elle fit naître chez les spectateurs de la Cova da Iria ‘' des cris de repentir plein d'amour, des appels au pardon, des larmes brûlantes coulants sur les visages depuis longtemps peut-être durcie par la haine ou la passion''. N'était-ce pas la preuve évidente du but qu'Elle poursuit : purifier les âmes par la contrition ? (Nous développerons ce point dans la publication du mois d'août)

.

           Suivons les conseils de l'apôtre Paul (Ephésiens VI 11 -17) pour nous protéger des attaques mortelles pour nos âmes : ‘'Revêtez-vous de l'armure de Dieu afin que vous puissiez tenir ferme contre les embûches du diable. Car ce n'est pas contre la chair et le sang que nous avons à lutter, mais contre les principautés et les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits mauvais répandus dans les airs. C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l'Évangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.''

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

24 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader