Faites-vous bien votre prière mes enfants ?

Faites-vous bien votre prière mes enfants ?

Statue de l'apparition de la Salette dans la ville de Corps ou est enterré Maximin Giraud, voyant de La Salette.

.

         « Faites-vous bien votre prière, mes enfants ? » Lors de son apparition à La Salette, Notre Dame posa cette question à Maximin et à Mélanie. Et les enfants répondirent : « Pas guère, Madame. » – « Ah ! Mes enfants, il faut bien la faire soir et matin ; quand vous ne pourrez pas mieux faire, dites seulement un Pater et un Ave Maria ; et quand vous aurez le temps, il faut en dire davantage. » A Fatima, Elle sera plus exigeante ; Non seulement Elle considérera comme acquise et pratiquée la prière du matin et du soir mais Elle demandera à 6 reprises de réciter le chapelet, tous les jours. Et si en ce mois dédié aux saints anges, nous prenions l'habitude ,3 fois par jour, de rappeler à Notre Dame que c'est l'Ange du Seigneur qui est venu lui demander son accord pour devenir la Mère du Sauveur ?

            Ce mois de septembre est effectivement dédié aux saints anges et ce mois verra aussi l'arrivée à Pellevoisin des 2 statues de Notre Dame du pèlerinage intitulé ‘' M de Marie ‘' qui depuis le début du mois de Juin parcourent la France, premier pays placé sous sa protection. Ces ‘'images'' de Notre Dame nous montrant son Fils, ont été la manifestation publique de sa possession de son royaume. Elles ont entraîné derrières elles beaucoup de pèlerins et à différentes étape, ont été organisées des veillées de prières, ranimant la foi des fidèles par la seule présence de ces statues. Il y eut, chez plusieurs, la réanimation de cette mèche de la foi, mèche qui fumait encore et qui s'est transformée en flamme intérieure. Souvenons-nous que dans les 5 espèces d'offenses envers le Cœur Immaculé de Marie, Notre Seigneur compte ‘'ceux qui l'outragent directement dans ses saintes images'' et ces hommages à ces 2 statues de Notre Dame avec l'Enfant Jésus, ont contribué à leur façon à réparer les nombreuses dégradations ou destructions d'images de Notre Dame à travers notre pays.

.

            I  Ce jour, vendredi 4 septembre, premier vendredi du mois.

            Efforçons nous d'honorer ce premier vendredi, du mois des saints anges en nous souvenant que pour encourager Notre Seigneur à souffrir sa Passion, devant l'abandon des disciples auxquels Jésus avait montré sa gloire lors de sa transfiguration, Dieu le Père avait réconforté son Fils en envoyant un ange. Cet ange avait rappelé à Jésus toutes les âmes que cette douloureuse passion allaient sauver, Lui faisant en quelque sorte, oublier l'inutilité de son sacrifice pour tant et tant d'âmes. Ces âmes perdues que Notre Dame montra aux enfants de Fatima. Alors, prenons l'habitude de communier ce jour particulier, pour réparer nos fautes passées, celles d'un grand nombre de pécheurs et obtenir aussi la grâce de la persévérance finale après ces 9 communions successives.

.

            II  Samedi 5 septembre : premier samedi du mois. 

            Dieu a préparé les enfants de Fatima par un ange qui à 6 reprises s'est fait voir à Lucie, et à 3 reprises a insisté sur le devoir de réparation des offenses que les hommes font envers Dieu. Pour réparer les offenses envers le Cœur Immaculé de Marie, c'est Jésus-Enfant, Lui-Même qui demanda à sœur Lucie d'avoir compassion du Cœur Immaculé de sa Mère en répandant cette dévotion. Sœur Lucie le précisa au père Aparicio (lettre du 19 mars 1939) : ‘'De la pratique de cette dévotion, unie à la consécration au Cœur Immaculé de Marie, dépendent pour le monde la paix ou la guerre. C'est pourquoi j'ai tant désiré sa propagation ; et puis, surtout parce que telle est la volonté de notre bon Dieu et de notre si chère Mère du Ciel.'' Dans le cœur à Cœur avec Notre Seigneur présent en nous lors de cette communion réparatrice des premiers samedis du mois, nous penserons à réparer les blasphèmes contre la conception immaculée de Marie par ceux qui ne croient pas que Dieu ait préservé son âme du péché originel pour en faire un tabernacle digne de la seconde personne de la sainte Trinité.

.

            III  Mardi 8 septembre : Fête de la Nativité de Notre Dame 

            L'Eglise fête la nativité de Notre Dame, et exprime la joie de cette naissance par un passage du psaume 44 que le prêtre récite lors de la toute première prière du propre de cette messe dans la forme extraordinaire du rite romain. ‘' Nous vous saluons, ô Mère Sainte, qui avez mis au monde celui qui règne sur la terre comme au ciel dans les siècles sans fin'' Cette prière est utilisée pour toutes les messes dites du ‘'commun des messes de la Sainte Vierge''.

                Lors de la seconde prière du propre, l'Eglise demande à Dieu les bienfaits de la paix, avec l'invocation suivante : ‘' A vos serviteurs, accordez Seigneur, le don de la grâce céleste, pour que ceux à qui la bienheureuse Vierge, en mettant son Fils au monde, apporta les prémices du salut, trouvent dans la célébration solennelle de sa Nativité, un accroissement de paix.''  Souvenons-nous que le 13 juillet 1917, avant de communiquer les visions et les propos du secret en 3 parties, Notre Dame précisera aux enfants : ‘'Je veux que vous veniez ici le 13 du mois qui vient, que vous continuiez à réciter !e chapelet tous les jours en l'honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la PAIX du monde et la fin de la guerre, parce qu'ELLE SEULE pourra vous secourir.''

            Essayons d'honorer Notre Dame en assistant ce jour à la messe. Remercions Dieu de nous avoir donné une nouvelle Ève, qui mettra au monde le Sauveur pour nous racheter, en participant à sa douloureuse Passion rédemptrice.

.

            IV  Samedi 12 septembre : fête du saint Nom de Marie 

            Quelques jours après la fête de la Nativité de la Sainte Vierge, l'Eglise célèbre le saint Nom de Marie, le nom qui lui fut donné par ses parents, Anne et Joachim.

         Miryâm en hébreu, Mariam en araméen. De nombreuses étymologies sont attachées à la signification de ce nom : « maîtresse de la mer », « illumination », « goutte » ou « étoile de la mer ».

         Un sens probable est : «belle», et correspond à la beauté tant intérieure qu'extérieure de Notre-Dame. A Lourdes, sainte Bernadette décrivit l'Immaculée Mère de Dieu en disant « qu'elle était jeune et belle, belle surtout, comme je n'en ai jamais vu… Elle est belle comme on l'est, je pense, au Ciel ». Sainte Catherine Labouré la décrit mêmement : « Elle était de toute beauté… Elle était si belle qu'il me serait impossible d'en exprimer la beauté ravissante ». La liturgie, tirée du Cantique des cantiques, s'exclame : Tota pulchra es, o Maria – « Vous êtes toute belle, ô Marie ».

         Si Miryâm se rattache à la langue égyptienne – la sœur de Moïse et d'Aaron, née comme eux en Egypte, s'appelle Marie –, il signifie «chérie de Dieu». O combien cette étymologie convient à la Très Sainte Vierge Marie, elle est qui est, par excellence, la Bien-Aimée du Père, et de leur Fils, et du Saint-Esprit.

         Dans les leçons du Bréviaire romain, l'Eglise cite saint Bernard qui chante les louanges de l'Etoile de la Mer, mais aussi saint Pierre Chrysologue, qui salue dans le saint Nom de Marie la «Dame», la princesse, la souveraine. Elle est vraiment notre Dame.

         Rome approuva, en 1513, la fête du saint Nom de Marie que fêtait un diocèse d'Espagne. Mais ce fut le bienheureux pape Innocent XI qui étendit cette fête à toute la chrétienté après la victoire du roi de Pologne Jean Sobieski sur les Turcs, le 12 septembre 1683, sous les murs de Vienne.

         Dédiée au doux nom de Marie, cette victoire souligne le triomphe de la beauté de la Mère de Dieu et de la religion sur la laideur de l'infidélité et du paganisme, mais aussi le succès des armées chrétiennes lorsqu'elles se confient à la Reine des cieux qui préside aux combats de l'Eglise, « forte comme une armée rangée en bataille ».

.

        V  Samedi 12 Septembre arrivée à Pelevoisin des 2 calèches du pèlerinage ‘'M de Marie''

            Ci-dessous l'image de la calèche de la route Est lors de son pèlerinage dans les rues de Paris et avec le lien suivant une vidéo de 4 minutes du passage parisien du ‘'M de Marie ! ( https://youtu.be/sG_I3N4O5bM )

Rappel du lien pour obtenir des précisions sur ce pèlerinage : https://hozana.org/communaute/8819-m-de-marie-le-grand-pelerinage-en-caleche  Autre lien pour avoir quelques vues du départ de la route Est à travers ces montagnes au-dessus du village de La Salette ou Notre Dame est venue nous apporter ‘'Une grande nouvelle''  https://www.facebook.com/MdeMariePelerinage/videos/d%C3%A9part-du-m-de-marie-depuis-la-salette-route-est/547807255896565/

.

12 Septembre :  Horaires annoncé du dernier jour du pèlerinage en la Fête du saint Nom de Marie 


Route Ouest

09:00 - Ecueillé : départ de ND de l'Alliance vers Heugnes

12:30 - Arrivée à Heugnes : messe à l'église St Martin

13:15 - Pique nique tiré du sac devant l'église

15:00 - Départ d'Heugnes vers Pellevoisin

16:45 - 17h - Retrouvailles des 2 calèches sur la place de la mairie avec Mr le Maire

17:45 - Procession de ND de France vers l'esplanade du sanctuaire de Pellevoisin


Route EST  Langé:   Bénédiction et départ : heure ?

11:45 - Repas et pause à Frédille

15:00 - Marche vers Pellevoisin

17:00 - Retrouvailles des 2 calèches sur la place de la mairie


19:00 - Pique Nique tiré du sac (boulangerie et aire de camping)

20:30 - Veillée à l'esplanade du sanctuaire

21:45 - Procession dans le parc

22:45 - Bénédiction et fin


         Autres renseignements : https://mdemarie.fr/comment-venir-a-pellevoisin-le-12-13-septembre/

       Votre serviteur a prévu d'être sur place ce jour pour honorer le saint Nom de Marie en se joignant aux pèlerins de ce jour. 

.

  VI  Dimanche 13 septembre, Apparition de Notre Dame de Fatima à la Cova da Iria. 

            Il a 103 ans ce jour, Notre Dame apparaissait à la Cova da Iria comme Elle l'avait annoncé dès sa première apparition en mai. Comme pour sa venue, sans les enfants, le mois précédent, Elle voulut récompenser ceux qui s'étaient déplacés par des manifestions sensibles. Pour les enfants, Elle continuera à préciser ce qui allait se passer le 13 octobre prochain. En effet, le 19 août, Notre-Dame leur avait dit : « Saint Joseph viendra avec l'Enfant Jésus, pour donner la paix au monde. Notre-Seigneur viendra bénir le peuple. Viendra aussi Notre-Dame du Rosaire et Notre-Dame des Douleurs. » Et le 13 septembre, elle précisera : « En octobre, viendront aussi Notre-Seigneur, Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame du Carmel et saint Joseph avec l'Enfant Jésus pour bénir le monde. » Vous aurez le texte complet de cette apparition avec le lien  https://hozana.org/publication/60697-en-octobre-je-ferai-le-miracle-pour-que-tous-croient vous y trouverez également des détails sur l'origine de la fête du saint Nom de Marie.


            VII   Mardi 15 septembre l'Eglise fête Notre Dame des 7 douleurs 

            Rappelons les 7 douleurs que l'Eglise honore ce jour et qui sont successivement :

            - La présentation de l'Enfant Jésus au temple,

            - La fuite en Egypte,

            - Le recouvrement de l'Enfant Jésus au temple,

            - La rencontre avec Jésus sur la voie du calvaire,

            - La crucifixion,

            - Le coup de lance et la descente de la croix,

            - La mise au tombeau.

            La publication  https://hozana.org/publication/61084-elle-etait-debout-la-mere-malgre-sa-douleur-en-larmes-pres-de-la-croix  développe ces douleurs de Notre Dame à qui on pourrait attribuer le titre de Corédemprice.

.

      VIII  Samedi 19 septembre Apparition de Notre Dame sur la montagne de La Salette

            C'était la veille du jour, ou, à l'époque, l'Eglise fêtait Notre Dame des 7 douleurs. Maximin Giraud et Mélanie Calvat, petits bergers gardaient leurs petits troupeaux et n'étaient ensemble que depuis l'avant-veille. C'est Mélanie qui vit la première un globe de lumière qui rayonnait et dont l'éclat remplissait tout le vallon. Elle fut surprise au point d'en perdre son bâton et Maximin lui dit bien vite : « Garde ton bâton      , S'il nous fait quelque mal, je lui jetterai un bon coup ! » C'est à ce moment, que la clarté mystérieuse s'entrouvrit, et une « belle Dame » apparut, assise sur les pierres superposées que les enfants avaient assemblées et décorées depuis peu. Cette belle Dame était dans l'attitude d'une grande tristesse   , dans l'attitude d'une inconsolable affliction, la tête dans ses mains et les coudes sur ses genoux.... Maximin pensait que c'était à ‘'une maman que ses enfants auraient battue et qui se serait ensauvée dans la montagne pour pleurer à son aise !'' Bientôt, elle se lève de son siège, puis, interpellant les petits pâtres et faisant quelques pas vers eux, elle leur dit : « Avancez, mes enfants, n'ayez pas peur : je suis ici pour vous conter une grande nouvelle» et cette grande nouvelle commence par  « Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si lourd et si pesant que je ne puis plus le retenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! …Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargé de le prier sans cesse pour vous, qui n'en faites point cas ! ……''

            La grande nouvelle, c'est cette mission que Notre Dame annonce aux enfants : « Je suis chargée de le prier sans cesse pour vous. » La Vierge Marie est missionnée par Dieu pour prier son Fils qui a déjà son bras levé sur nous. Le message est rude et la responsabilité des hommes est entière ; ‘'vous n'avez pas obéi aux commandements et vous avez été punis dit en quelques sorte Notre Dame'' : “ Si la récolte se gâte, ce n'est rien qu'à cause de vous. ” Mais, vous n'avez pas compris : “ Je vous l'ai fait voir, l'année dernière, par les pommes de terre : vous n'en avez pas fait cas ”. Vous vous êtes même endurcis : “ C'est au contraire, quand vous en trouviez de gâtées ; vous juriez, vous mettiez le Nom de mon Fils ”. On voit cela comme si on y était. À chaque pomme de terre pourrie, un juron, un blasphème ! Eh bien ! Moi, dit la Sainte Vierge, je viens vous prévenir. Si vous ne vous convertissez pas, les châtiments vont tomber sur vous, terribles : “ Elles vont continuer à pourrir et à Noël, il n'y en aura plus. ” » Malheureux, ceux qui ne l'entendent pas ! Dieu se radoucira et proposera quelques années plus tard à Fatima, la dévotion au Cœur Immaculé de sa Mère comme dernier moyen de salut. Mais Notre Dame confiera aux enfants de Fatima cette seconde partie du secret concernant non plus la petite région de La Salette, mais le monde entier ‘' Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le règne de Pie Xl, en commencera une autre pire.'' : Et cette nouvelle guerre est arrivée il y a 80 ans et le monde continue à offenser Dieu. Après les souffrances et les morts de cette guerre, alors que l'on continue encore plus à offenser Dieu par des lois autorisant l'assassinat d'innocents et des comportements contre nature, que peut-il arriver de pire à l'homme que de perdre son âme ? Notre Dame insistera après la troisième partie du secret pour que l'on demande à Jésus, en récitant notre chapelet, de nous préserver de ce malheur suprême : O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l'enfer, attirez au Ciel toutes tes âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. Notre Dame à la Salette, tout en continuant à verser des larmes, a confié à Mélanie, en secret, ces grands malheurs matériels et spirituels à venir. Lorsque Mélanie a publié ce secret en 1879 avec l'imprimatur de Mgr Zola évêque de la vielle de Lecce en Italie, ce document a suscité de nombreuses oppositions qui ont été décrites minutieusement dans la lettre de liaison N° 90 de la dernière association citée dans la présentation de notre communauté. Ce document se termine par cette conclusion ‘' Ainsi, par cinq fois, les opposants à La Salette tentèrent de faire croire que le secret de Mélanie tel qu'elle le rapporta dans la brochure de 1879 portant l'imprimatur de l'évêque de Lecce, était condamné. Mais l'analyse des documents sur lesquels ils s'appuient pour faire une telle affirmation, montre qu'il n'en est rien. Seuls les commentaires sur le secret, faits sans ordre du Saint-Siège ou sans avoir reçu son approbation, sont condamnés, comme le furent les publications de l'abbé Combe et du docteur Mariavé. Le secret de Mélanie, quant à lui, reçut l'approbation d'au moins trois papes (Pie IX, Léon XIII et Benoît XV) ainsi que d'un grand nombre de cardinaux ou évêques dont certains ont été béatifiés depuis.  

            Dans son discours public Notre Dame rappellera à La Salette un certain nombre d'enseignements que nous avons extraits de la lettre de liaison N° 88 :

Il ne faut plus offenser Notre-Seigneur : « Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller la main de mon Fils. Elle est si lourde et si pesante que je ne puis plus la retenir. »

Il ne faut pas travailler le dimanche : « Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l'accorder. C'est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils. »

Le blasphème est une faute grave : « Ceux qui conduisent les charrettes ne savent pas parler sans y mettre le nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils. »

Il faut assister à la messe tous les dimanches : « Il ne va que quelques femmes un peu âgées à la messe ; et les autres travaillent tout l'été le dimanche ; et l'hiver, quand ils ne savent que faire, ils ne vont à la messe que pour se moquer de la religion. »

Il faut s'abstenir de viande certains jours : « Le carême, ils vont à la boucherie comme les chiens. »

Il faut prier tous les jours, soir et matin : « Il faut bien la faire [la prière], soir et matin. »

Il faut au moins réciter un Pater et un Ave : « Quand vous ne pourrez pas mieux faire, dites un Pater et un Ave ; et quand vous aurez le temps et que vous pourrez mieux faire, vous en direz davantage. »

En résumé, le Ciel nous demande de prier ; A Fatima, Notre Dame précisera à 6 reprises qu'il faudra réciter notre chapelet tous les jours et de ne plus offenser Notre-Seigneur en respectant la loi divine.

            Le texte public de cette apparition a fait l'objet de notre publication d'il y a 2 ans que vous retrouverez avec le lien https://hozana.org/publication/38687-je-suis-chargee-de-le-prier-sans-cesse-et-vous-nen-faites-pas-cas

.

            IX  jeudi 24 septembre Notre-Dame de La Merci

            L'Eglise fête la naissance de l'Ordre de Notre-Dame de la Merci fondé pour le rachat ou la rédemption des captifs pris lors de razzias dans la méditerranée. Cet ordre suit la règle de saint Augustin. Le fondateur, saint Pierre Nolasque a été canonisé par le pape Urbain VIII au XVIIe siècle. La fête a été étendue à l'Eglise universelle à la même époque. Vous aurez plus de détails sur cette fête en suivant le lien conduisant à la publication de l'an dernier : https://hozana.org/publication/61358-notre-dame-de-la-merci Vous y trouverez aussi le récit de la dernière apparition de l'Ange de Fatima et l'exemple qu'il a laissé aux enfants pour recevoir dignement la sainte communion. C'était 3 ans avant l'épidémie de grippe espagnole à l'occasion de la quelle Notre Dame emporta avec Elle d'abord François, puis Jacinthe, puis leurs 2 sœurs qui voulaient être religieuses. 

.

            X  Mardi 29 septembre Dédicace de St Michel 

            Le 13 octobre 1884, le pape Léon XIII finissait de célébrer la messe dans la chapelle vaticane ; il est alors resté immobile pendant 10 minutes, puis s'est précipité vers ses bureaux sans donner la moindre explication à ses proches, qui l'ont vu devenir livide. Il a composé aussitôt une prière à saint Michel Archange, avec instruction qu'elle soit récitée partout après chaque messe basse.

            Que s'était-il passé ? Le Pape plus tard raconta qu'il entendit un entretien entre Satan et Jésus puis qu'il eut une vision terrifiante de l'enfer : "J'ai vu la terre comme enveloppée de ténèbres et, d'un abîme, j'ai vu sortir légion de démons qui se répandaient sur le monde pour détruire les œuvres de l'Eglise et s'attaquer à l'Eglise elle-même que je vis réduite à l'extrémité. Alors, saint Michel apparut et refoula les mauvais esprits dans l'abîme. Puis, j'ai vu saint Michel Archange intervenir non à ce moment, mais bien plus tard, quand les personnes multiplieraient leurs prières ferventes envers l'Archange."

            Le pape Jean Paul II le 24 mai 1987, lors d'une visite au sanctuaire de l'Archange Saint Michel, au Mont Gargan, avait déclaré : « Cette lutte contre le Démon, qui marque la figure de l'archange Michel, est aujourd'hui encore d'actualité, parce que le Démon est toujours vivant et agissant dans le monde. Dans cette lutte, l'archange Michel est aux côtés de l'Église pour la défendre contre toutes les iniquités du siècle, pour aider les chrétiens à résister au Démon qui rôde comme un lion rugissant cherchant qui dévorer ».

            Maintenant que dans la forme ordinaire du rite romain, saint Michel n'est plus prié à la fin de chaque messe basse, joignons nous aux priants de Hozana qui l'invoquent dans la neuvaine annuelle avec le lien pour celle de l'an dernier https://hozana.org/communaute/8475-neuvaine-a-saint-michel-archange-pour-la-france-2019

            Pour connaître plus en détail l'intervention de St Michel, vous pouvez consulter notre publication de l'an dernier : https://hozana.org/publication/62093-saint-michel-archange-soyez-notre-secours-contre-la-mechancete-du-demon

.

            XI   Quelques points particuliers sur les anges en ce mois des saints anges.

            ‘'L'ange du Seigneur fit l'annonce à Marie'' ; ainsi 3 fois par jour l'Eglise nous rappelle, par la prière de l'Angélus, cette étape capitale de l'histoire de l'humanité : Notre salut est passé par l'accord de Marie à la demande de Dieu portée par l'ange Gabriel.

            Pour préparer les enfants de Fatima, et particulièrement Lucie, à sa mission de faire connaître et aimer Notre Dame par la dévotion à son Cœur Immaculé, Dieu a chargé l'Ange gardien du Portugal de leur rappeler la nécessité de la prière et du sacrifice.

            Avant la grand-messe du dimanche, il y a souvent une bénédiction des fidèles, ‘'l'asperges-me'' qui se termine par la prière du prêtre comportant cette demande à Dieu ‘'d'envoyer du ciel son saint ange pour qu'il garde et soutienne, protège, visite et défende tous ceux qui sont rassemblés dans ce lieu ‘'.

            Aux messes solennelles, avec encensement, c'est aussi un ange qui est sollicité par le prêtre pour faire monter à Dieu sa prière symbolisée par cette fumée qui s'élève de l'encensoir : ‘'Par l'intercession de l'archange saint Michel qui se tient à la droite de l'autel de l'encens, et par l'intercession de tous les élus, que le Seigneur daigne bénir cet encens et le recevoir comme un parfum agréable. ‘'.

            La prière de la préface rend grâce à Dieu en rappelant le rôle des différentes classes d'anges qui :'' Louent votre majesté, les Dominations qui l'adorent, les Puissances qui la révèrent, les Cieux et les Forces des cieux, avec les bienheureux Séraphins qui la célèbrent, unis dans une même allégresse.''

            Après la consécration, le prêtre demande à l'ange de Dieu de porter cette offrande du Christ à son Père pour recevoir en retour les grâces et les bénédictions divines. ‘' ‘'Nous vous en supplions, Dieu tout-puissant, faites porter ces offrandes par les mains de votre saint ange, la haut sur votre autel, en présence de votre divine majesté. Et quand nous recevrons, en communiant ici à l'autel, le corps et le sang infiniment saint de votre Fils, puissions-nous tous être comblés des grâces et des bénédictions du ciel.

            Nous avons vu qu'après chaque messe basse, en rite extraordinaire, St Michel est invoqué ainsi : ‘'Saint Michel archange, défendez-nous dans le combat : soyez notre secours contre la méchanceté et les embûches du démon. Que Dieu lui commande, nous le demandons en suppliant : et vous, prince de la milice céleste, repoussez en enfer, par la puissance divine, Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde pour perdre nos âmes'' 

.

            Terminons cette publication par  La prière de l'abbé Cestac

            Accoutumé aux faveurs de la Très Sainte Vierge Marie, L'abbé Cestac qui fut déclaré vénérable en 1976 et béatifié le 31 mai 2015, fut subitement frappé, le 13 janvier 1864, comme par un rayon de clarté divine et vit des démons répandus sur la terre, y causant des ravages inexprimables. En même temps, il eut une vision de la Sainte Vierge qui lui confia qu'en effet les démons étaient déchaînés dans le monde et que l'heure était venue de la prier comme "Reine des Anges". L'abbé Cestac lui demanda alors :

— Ma Mère, vous qui êtes si bonne, ne pourriez-vous pas les envoyer sans que l'on vous le demande ?
— Non, lui répondit-elle, la prière est une condition posée par Dieu même pour l'obtention des grâces.
— Eh bien ma Mère, reprit le prêtre, voudriez-vous m'enseigner vous-même comme il faut VOUS prier ?

Et il reçut de la Très Sainte Vierge la prière suivante :

.

            Auguste Reine des Cieux, souveraine Maîtresse des Anges, vous qui, dès le commencement, avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan, nous vous le demandons humblement, envoyez vos légions célestes pour que, sous vos ordres et par votre puissance, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme.

Cette prière fut ensuite complétée avec les invocations suivantes :

            Qui est comme Dieu ?

            Ô bonne et tendre Mère, vous serez toujours notre amour et notre espérance. Ô divine Mère, envoyez les saints Anges pour me défendre et repousser loin de moi le cruel ennemi. Saints Anges et Archanges, défendez nous, gardez nous. Ainsi soit-il.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

10 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader