Rosaire aux Saintes Plaies de Notre Seigneur Jésus-Christ - Hozana

Rosaire aux Saintes Plaies de Notre Seigneur Jésus-Christ

Séraphine

Rosaire aux Saintes Plaies de Notre Seigneur Jésus-Christ

InactiveLes Saintes Plaies de Jésus-Christ: Source infini de l'Amour !

InactiveLes Saintes Plaies de Jésus-Christ: Source infini de l'Amour !

De temps en temps

J'aime, j'invite mes amis

2 partages
Copier le lien

Un acte pur d'Amour ! 

Chaque jour n'oublions pas le saint sacrifice de notre Seigneur Jésus-Christ, acte pur d'Amour pour ses créatures, nous nous devons, si nous l'aimons de tout notre cœur, l'aimer à notre tour comme il l'a fait pour nous.

Toute la Sainte Passion est une source inépuisable de grandes grâces pour nos âmes, mais sachez que les saintes plaies ont une puissance telle sur le cœur de Dieu qu'Il ne peut rien nous refuser si nous lui demandons dans un esprit pur d'amour et d'humilité.

Par elles nous obtenons la délivrance pour nos âmes et leur sanctification et l'esprit du mal redoute énormément tous ceux qui font appel à elles et se mettent sous la protection de la sainte Passion. 

85175-rosaire-aux-saintes-plaies-de-notre-seigneur-jesus-christ

La plaie de l'épaule causée par le portement de la Croix est une plaie peu connue qui a énormément fait souffrir Jésus-Christ (voir prière ci-dessous)


Origine du Rosaire 

85174-rosaire-aux-saintes-plaies-de-notre-seigneur-jesus-christ

Une enfant modeste et pieuse. Le 6 mars 1841, Françoise Chambon naît à la Croix Rouge, petit hameau en bordure de Chambéry (Savoie), dans une famille très pauvre (on dirait aujourd’hui « en dessous du seuil de pauvreté »). Elle est baptisée le même jour. La maison où elle voit le jour, c’est-à-dire une misérable cahute au toit de chaume et au sol de terre battue, existe toujours. Une plaque commémorative a été posée le 15 septembre 2012 à l’initiative des Sœurs de la Visitation de Marclaz (Thonon-les-Bains, Haute-Savoie). Françoise est l’aînée d’une sœur et de six frères (dont un mort au berceau). Bien que très pauvres des biens de ce monde, ses parents sont riches des valeurs du cœur humain et de la foi chrétienne qu’ils savent transmettre à leurs enfants : droiture, bonté, honnêteté, sens du travail, piété solide.

Première rencontre avec Jésus.
Régulièrement, Françoise participe à la prière du chapelet chez sa tante ou au chemin de Croix de la paroisse (actuelle église Saint-Pierre de Lémenc, à Chambéry). C’est là que Jésus vient la rejoindre et l’appeler déjà à vivre dans son mystère d’abaissement et de pauvreté. C’est au cours d’un chemin de Croix le Vendredi-Saint (elle a 8 ou 9 ans), qu’elle voit pour la première fois Jésus attaché à la Croix, tout couvert de sang, tout déchiré « selon ses propres dires ». Aucune parole dans cette vision, mais elle ressent un ardent désir de le suivre. Jésus grandit dans son cœur. Pour lui prouver son amour, rien ne lui semble trop difficile : elle demande à sa mère comme une faveur de prendre sa soupe sans beurre, elle se lève aussi la nuit pour prier jusqu’à ce qu’on l’oblige à se recoucher. C’est une façon à elle de se préparer à recevoir pour la première fois Jésus dans la communion eucharistique – une préparation que vont parfaire sa tante et le curé de la paroisse. Ces éléments de catéchisme seront les seuls qu’elle possédera jusqu’à son entrée au monastère ; durant son enfance pauvre et laborieuse, elle n’aura jamais le loisir d’apprendre à lire et à écrire.

Une relation intime avec le Christ.
Le 8 septembre 1850, arrive le grand jour de sa première communion. Ici, une nouvelle faveur sera déterminante pour toute sa vie : elle voit l’Enfant Jésus qui lui promet de lui tenir compagnie et de la visiter ainsi à chaque communion. Pour qualifier les bienfaits de la communion eucharistique, elle se contente de dire : « On a le paradis dans le cœur ! » Un paradis qui ne la quitte pas lorsqu’elle travaille aux champs pour aider ses parents : « Nous étions toujours ensemble », dira t-elle, en parlant de l’Enfant Jésus. Déjà, on voit se dessiner les grands attraits de sa vie. Pauvreté de Jésus dans la crèche, dans sa vie cachée à Nazareth. Pauvreté de Jésus dans l’hostie. Pauvreté de Jésus sur la Croix : richesse infinie contenue dans sa Passion, dans ses Saintes Plaies qui sont comme des paroles silencieuses de son Amour rédempteur pour chaque âme. Les entendre et les transmettre, voilà le trésor de la petite Françoise que Jésus va lui dévoiler tout au long de sa vie. Un trésor qu’elle veut nous faire partager encore aujourd’hui. 

 Une mission liée aux Saintes Plaies. Peu après la réunion de la Savoie à la France (1860), Françoise est admise au Tiers-Ordre de Saint-François-d’Assise (1861), puis choisit finalement en février 1862 d’entrer à la Visitation de Chambéry, à proximité immédiate de l’église de son enfance, où la supérieure l’admet comme aspirante au rang des Sœurs converses (c’est-à-dire parmi les Sœurs chargées des travaux domestiques et du pensionnat du monastère). « Je voulais n’être occupée que de Lui, ne penser qu’à Lui », dira-t-elle. Le 29 avril 1863, après neuf mois de postulat, Françoise Chambon reçoit avec le voile blanc le nom de Marie-Marthe, si bien approprié à celle qui devait unir au labeur quotidien incessant, une « rare intensité de vie intérieure », selon l’expression de ses premières biographes. Sa vie laborieuse et cachée est le terreau de cette vie intime particulièrement développée. Unie très profondément à Jésus dans le mystère de sa Sainte Enfance et celui de sa Passion, elle déclare avoir reçu de lui une « mission » : « celle d’invoquer sans cesse personnellement les Saintes Plaies et celle de raviver dans le monde cette dévotion ». Le 2 août 1864, en la fête de Notre-Dame des Anges, Sœur Marie-Marthe se lie irrévocablement à Jésus par la profession religieuse. Elle a 23 ans. 

L’épreuve d’une voie peu commune. À partir de mai 1866, Dieu se manifeste à Sœur Marie-Marthe de façon extraordinaire, accompagné par la Vierge Marie, les Anges et de nombreux Saints. « Monsieur le Curé me permettait souvent de communier. Quelquefois, c'était la Sainte Vierge qui me donnait son petit Jésus. Un jour de la Nativité, le Saint-Sacrement était exposé ; après la grand'messe, je suis restée et j'ai vu la Sainte Vierge. Elle avait son petit Jésus et elle me l'a donné. » Pendant 25 ans environ, ce sont des visions, des paroles intérieures qu’elle transmet fidèlement à ses deux Supérieures successives : Mère Marie-Alexis Blanc et Mère Thérèse Eugénie Revel. Épreuve pour Sœur Marie-Marthe et son humilité, cette voie peu commune est aussi une épreuve pour le discernement de celles qui la dirigent. S’appuyant sur les conseils de sages guides spirituels, Mère Eugénie Revel et Mère Marie-Alexis Blanc acceptent par obéissance de recueillir fidèlement par écrit ce que leur transmet Sœur Marie-Marthe de la part du Seigneur. Les autres Sœurs de la communauté n’en sauront jamais rien… mais elles remarquent la piété profonde de Sœur Marie-Marthe, son activité étonnamment débordante au pensionnat, à l’entretien des pièces du monastère et au jardin. « Elle fait le travail de deux Sœurs », disent-elles en parlant de Marie-Marthe. Ses défauts naturels dont elle ne se défait pas cachent ses dons exceptionnels, ainsi que toutes les grâces qu’elle obtient pour le monastère, les âmes du Purgatoire, les malades, et tous ceux pour qui elle invoque Notre Seigneur. Au début du premier cahier (il y en aura quatre), Mère Eugénie Revel écrit ceci : « Dieu semble avoir choisi cette humble fille pour renouveler la Dévotion aux Saintes Plaies de Notre Seigneur, les faire valoir en les offrant continuellement pour la conversion des pécheurs et le soulagement des âmes du Purgatoire. Les Saintes Plaies lui sont montrées de manière sensible, aux yeux de son âme tous les jours, plusieurs fois. » 

La Passion. Jésus semble vouloir l’associer plus étroitement à sa Passion. En septembre 1866, Sœur Marie-Marthe, à sa demande, obtient de sa supérieure la permission de passer ses nuits en prière, auprès du Tabernacle ou dans sa cellule, allongée sur le plancher avec un cilice (ceinture parfois à clous à porter serrée sur la cuisse) et une couronne d’épines. Cela lui est accordé après beaucoup d’épreuves et de signes qui confirment la volonté expresse de Jésus. Le 18 avril 1867, Jésus demande à Soeur Marie-Marthe la communion journalière. En septembre de la même année, lorsque sévit en Savoie une nouvelle épidémie de choléra, la prière des Saintes Plaies demandée par Jésus est mise sous la forme de « Rosaire des Saintes Plaies » par les supérieures (1868). C’est aussi à cette époque que Jésus demande l’Heure Sainte du vendredi pour honorer ses Cinq Plaies. Les 25, 26 et 27 septembre 1867, Sœur Marie-Marthe reçoit des révélations sur le mystère de la Trinité, la Crèche et la Croix (triduum de grâces). Le 17 octobre, Soeur Marie-Marthe scelle son offrande aux Saintes Plaies pour le monde entier et le bien de sa communauté entre les mains de sa supérieure Thérèse-Eugénie Revel : « Je, Soeur Marie-Marthe Chambon, promets à Notre-Seigneur Jésus-Christ de m’offrir tous les matins à Dieu le Père, en union avec les Divines Plaies de Jésus Crucifié, pour le salut du monde entier et pour le bien et la perfection de ma Communauté. Je l’adorerai dans tous les coeurs qui le reçoivent dans la Sainte Eucharistie… Je le remercierai de ce qu’Il veut bien venir dans tant de cœurs qui sont si peu préparés. Je promets à Notre-Seigneur d’offrir toutes les 10 minutes – avec le secours de sa grâce et en esprit d’obéissance – les Divines Plaies de son Sacré Corps au Père Éternel… d’unir toutes mes actions à ses Saintes Plaies, selon les intentions de son Cœur adorable, pour le triomphe de la Sainte Église, pour les pécheurs et les âmes du Purgatoire, pour tous les besoins de ma communauté, ceux du noviciat, du pensionnat et en expiation de toutes les fautes qui s’y commettent. Tout ceci par amour, sans obligation de péché (en cas d’oubli). "Père Éternel, je vous offre les Plaies de Notre Seigneur Jésus-Christ pour guérir celles de nos âmes." Telle est la formule de cette offrande. » Les 22 et 23 octobre 1867, la confirmation de la dévotion des Saintes Plaies au sein de l’Ordre de la Visitation est donnée à Soeur Marie-Marthe en plusieurs visions. 

 Une fin douloureuse. À partir du 25 janvier 1869 jusqu’au mois de septembre 1873, Sœur Marie-Marthe ne vit que de l’Eucharistie, son seul aliment pendant quatre ans. Le 12 juin 1874, les stigmates extérieurs lui sont donnés. Les dernières années de sa vie (1893-1907), Sœur Marie-Marthe connaît l’épreuve de la nuit, le silence de Dieu ; ce qui ne ralentit pas sa ferveur ni son activité. C’est le temps du silence des semailles, de l’enfouissement… Le 13 février 1907, elle reçoit l’Extrême onction et vit l’offrande de cinq semaines d’une maladie très douloureuse. Le 21 mars 1907, Jésus vient la chercher aux premières vêpres de la Compassion de la Vierge Marie. Après ses funérailles le 23 mars, l’inhumation a lieu au cimetière de la ville puis, quelques années plus tard, dans la chapelle de Notre-Dame des Sept Douleurs à Lémenc. Aujourd’hui, les restes de Sœur Marie-Marthe reposent à la Visitation de Thonon-les-Bains. 

85176-rosaire-aux-saintes-plaies-de-notre-seigneur-jesus-christ

Les promesses de Jésus-Christ

  • « J'accorderai tout ce qu'on me demandera avec l'invocation de Mes Saintes Plaies. Il faut en diffuser la dévotion. »
  • « En vérité, cette prière n’est pas de la terre mais du Ciel... et peut tout obtenir. »
  • « Mes Saintes Plaies soutiennent le mon­de... demandez-moi de les aimer constamment, parce qu’elles sont des sources de grâces. Il faut les invoquer souvent, vous attirer le prochain et en imprimer la dévotion dans les âmes. »
  • « Quand vous avez à souffrir des peines, apportez-les promptement dans Mes Plaies et elles seront adoucies. »
  • « Il faut répéter souvent près des malades cette aspiration : Mon Jésus, pardon et miséricorde... Cette prière soulagera le corps et l'âme. »
  • « Et le pécheur qui dira: Père Éternel, je vous offre les Plaies..., obtiendra la conversion. »
  • « Mes Plaies abriteront les vôtres. »
  • « Il n'y aura pas de mort pour l'âme qui expirera dans mes Plaies;  elles donnent la vraie vie. »
  • « A chaque parole du Chapelet de la Miséricorde que vous prononcerez, je laisserai tomber une goutte de mon sang sur l'âme d'un pécheur. »
  • « L'âme qui aura honoré mes Saintes Plaies et les aura offertes au Père Éternel pour les âmes du Purgatoire sera accompagnée par la Sainte Vierge et par les Anges à l'heure de la mort ; et Moi, rayonnant de gloire, je la recevrai pour la couronner. »
  • « Les Saintes Plaies sont le Trésor des Trésors pour les âmes du Purgatoire. »
  • « La dévotion à Mes Plaies est le remède à ces temps d'iniquité. »
  • « De mes Plaies sortent des fruits de Sainteté. En les méditant, vous trouverez toujours un nouvel aliment d'amour. »
  • « Ma fille, si tu plonges tes actions dans Mes Saintes Plaies, elles acquerront de la valeur ; vos moindres actions, recouvertes de mon Sang, satisferont mon Cœur. »

 Les Saintes Plaies sont le trésor des trésors pour les âmes du Purgatoire

 85179-rosaire-aux-saintes-plaies-de-notre-seigneur-jesus-christ

Prière de la communauté

Rosaire aux Saintes Plaies de Notre Seigneur Jésus-Christ

Pour commencer le Rosaire: O Jésus, Divin Rédempteur, soyez miséricordieux pour nous et pour le monde entier. Amen. Dieu Saint, Dieu fort, Dieu immortel, ayez pitié de nous et De tout le monde. Amen. Grâce et miséricorde mon Jésus, pendant les dangers présents, couvrez-nous de votre Sang Précieux. Amen. Père Éternel, faites-nous miséricorde par le Sang de Jésus Christ, votre Fils unique, faites-nous miséricorde, nous vous en conjurons. Amen. A chaque dizaine, sur le gros grain : Père Éternel, je vous offre les Plaies de notre Seigneur Jésus Christ pour guérir celles de nos âmes. Sur le petit grain : Mon Jésus, pardon et miséricorde par les mérites de Vos Saintes Plaies. Pour terminer le chapelet : Père Éternel, je vous offre les plaies de Notre Seigneur Jésus Christ pour guérir celles de nos âmes X 3. Révélations de Saint Bernard: « J'eus, en portant la Croix, une Plaie profonde de trois doigts et trois os découverts sur l'épaule. Cette Plaie qui n'est pas connue des hommes, m'a occasionné plus de peine et de douleur que toutes les autres mais révèle-la aux fidèles chrétiens et sache que quelque grâce qui me sera demandée en vertu de cette plaie, leur sera accordée. Et, à tous ceux qui, par amour pour elle, m'honoreront chaque jour par trois Pater, Ave et Gloria, je pardonnerai les péchés véniels, je ne me souviendrai plus des mortels, ils ne mourront pas de mort imprévue, à l'heure de la mort, ils seront visités par la Bienheureuse Vierge et ils obtiendront encore la grâce et la miséricorde. » Prière en l'honneur de la Plaie Sacrée de l'Epaule de Notre Seigneur Jésus Christ : « Très aimé Seigneur Jésus Christ, très doux agneau de Dieu, moi, pauvre pécheur, j'adore et vénère la Très Sainte Plaie que vous avez reçue à l'Epaule, en portant au Calvaire la très lourde Croix qui laissa découverte trois os Saints, occasionnant une immense douleur. Je vous supplie, en vertu des mérites de la dite Plaie, d'avoir pitié de moi en me pardonnant tous mes péchés mortels et véniels, de m'assister à l'heure de la mort et de me conduire dans votre heureux royaume. Amen. »

Priez dès maintenant avec cette communauté en cliquant sur "je prie"