Facebook PixelÉvangile du dimanche 5 juillet - Hozana

Évangile du dimanche 5 juillet

Évangile du dimanche 5 juillet

Évangile (Mt 11, 25-30)

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m'a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »


Prière d'introduction

Seigneur Jésus, toi qui, par la douceur de ton humanité sainte nous révèle la nature du Père, du Fils et du Saint-Esprit, fais moi vivre de cette douceur. Dispose mon âme à la recevoir, la méditer, la contempler . Donne moi de disposer mes gestes, mon corps, ma pensée et mon âme pour être réceptacle de cette douceur, ô mon Dieu.


Méditation


je veux considérer, ô Jésus, comment tu as vécu cette douceur tout au long de ta vie : dans le sein de Marie, à ta naissance dans la pauvreté de la crèche, quand tu étais soumis à tes parents durant ton enfance et ta jeunesse, dans tes silences tout au long de ta vie publique que tu ne rompais que pour prendre la parole, dans ta patience devant ceux qui accusaient la femme adultère, leur apprenant à ne pas juger, dans ta montée à Jérusalem sur un simple ânon, mais surtout au moment de ta sainte passion où tu reçois coups, blessures, moqueries, reniements jusque dans l'abandon même de ton Père. Dans tous ces moments et tant d'autres, ta seule consolation fût la douce présence de ta maman et des saintes femmes.

Je veux considérer cette invention, extravagante pour la dureté de mon âme, que tu aies voulu laver les pieds de tes apôtres, si extravagante pour Pierre que, même après trois années de vie commune et d'enseignement de ta part, il ne pût l'accepter. Il te faudra alors une douce menace pour qu'il puisse « prendre part avec Toi ».

Je veux aussi considérer comment certains saints ont suivi tes pas sur ce chemin de la douceur,

Saint François d'Assise et tant d'autres saints qui ont eu un rapport aux animaux si doux que ceux ci en perdaient leur nature violente.

Saint François de Sales qui avait complètement guéri son tempérament coléreux rien que par l'ascèse de la douceur.

Le vénérable François Libermann guéri de son épilepsie en pratiquant l'amollissement de ses gestes.


Prière : 


Je veux te contempler me disant, après chacune de mes fautes, ô mon Jésus, avec ta voix pleine de douceur « … je ne te condamne pas, va et ne pêche plus » et puis te dire et te redire : « Ô Jésus doux et humble de cœur, rends mon cœur semblable au tien »


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader