Tome 11 - 18 mai 1915 - Hozana

Tome 11 - 18 mai 1915

  • Signe de la Croix dans la Divine Volonté

Au nom du Père qui m'a créé(e)

Au nom du Fis qui m'a racheté(e)

Au nom du Saint-Esprit qui me sanctifie.

Amen.


Prière de Luisa du 12 novembre 1906

Je ne désire que Toi et que toutes les âmes soient sauvées; je veux faire Ta volonté et T'aimer Toi seul, mon Jésus.




Extrait du Livre du Ciel

« Ma fille, pourquoi les bienheureux du Ciel restent-ils en sécurité et pleinement heureux, même quand ils voient les créatures souffrir et la terre flamber ? Précisément parce qu'ils vivent complètement dans ma Volonté. Sache que je place les âmes qui vivent complètement de ma Volonté sur la terre dans la même condition que les bienheureux dans le Ciel. Donc, vis dans ma Volonté et ne crains rien. De plus, dans ces temps de carnage sur la terre, non seulement je veux que tu vives dans ma Volonté, mais que tu vives au milieu de tes frères, placée entre moi et eux. Tu me garderas bien serré en toi à l'abri des offenses que les créatures m'envoient. Et comme je te fais le cadeau de mon Humanité et de tout ce que j'ai souffert, pendant que tu me garderas à l'abri, tu donneras à tes frères, pour leur salut, mon Sang, mes plaies, mes épines et mes mérites. » 



Méditation 

Ici, notre Jésus ne nous dit pas que la vie dans la Divine Volonté nous rendra insensibles au malheur. Il faut comprendre que la Divine Volonté comble en tout l'âme qui vit en elle, et lui fait vivre les joies du Ciel déjà sur cette terre. Or, tout n'est pas toujours joyeux dans ce monde et l'on peut rencontrer des situations qui nous affligent. Parce que la Divine Volonté ne peut pas supporter qu'une âme qui vit en elle manque de quelque chose, Elle comble l'âme de ses joies même dans les pires souffrances. Normalement, un événement heureux atténue notre peine ou un événement malheureux diminue notre joie. Dans la Divine Volonté, chaque chose est à sa place. La souffrance ne peut pas impacter la joie de l'âme qui vit dans la Divine Volonté, mais demeure toujours la même souffrance car nous sommes encore dans le lieu d'exil. Pour mieux visualiser la chose, considérons deux fleuves qui sont côte à côte sans jamais déborder l'un dans l'autre.



Prière finale

« Gloire soit à Dieu, le Père Créateur, au Fils Ressuscité des morts et à l'Esprit Consolateur, maintenant et dans tous les siècles. Amen. Fiat. »

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Florence
place Plouray, il y a 1 semaine
amen fiat