« Le Fils de l'homme est maître du sabbat. »

« Le Fils de l'homme est maître du sabbat. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


Un jour de sabbat, Jésus traversait des champs ; ses disciples arrachaient des épis et les mangeaient, après les avoir froissés dans leurs mains. Quelques pharisiens dirent alors : « Pourquoi faites-vous ce qui n’est pas permis le jour du sabbat ? » Jésus leur répondit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de l’offrande, en mangea et en donna à ceux qui l’accompagnaient, alors que les prêtres seulement ont le droit d’en manger. » Il leur disait encore : « Le Fils de l’homme est maître du sabbat. » (Lc 6, 1-5)

 

Qu’est-ce que la foi ?


Comme la lumière de gloire met les bienheureux en possession de ce que Dieu est, la foi est une lumière qui nous met en possession de ce qu’ils voient. C’est le même Dieu, mais ils le voient clairement et nous le voyons obscurément. Ils savent ce qu’il est, et nous ratifions ce qu’ils savent. Ils voient qu’il n’est aucune des créatures, et nous croyons aussi qu’il n’est rien de créé. Mais cette foi n’est pas un simple acquiescement de la raison humaine à la vérité, comme quand nous croyons ce qu’on nous dit tous les jours dans le monde : c’est une lumière surnaturelle qui fait consentir l’homme fermement et invariablement à la créance [la croyance] d’un Dieu.

Cette lumière n’est pas un raisonnement, car elle serait claire et son objet le serait aussi : c’est une lumière obscure et son objet est obscur. En qualité de lumière, elle confirme, et en qualité d’obscure, elle dégage souverainement l’âme de tout ce qu’elle connaît de clair et de convenable par la raison.

Dieu, dit la foi, n’est ni nature, ni ressemblance créée, ni possibilité, il est celui qui est, et il est tout. Par conséquent, la foi comprend tout ce que la science peut concevoir de Dieu et tout ce qu’elle n’en peut concevoir.

François Malaval


Laïc aveugle, François Malaval († 1719) fut le grand maître spirituel de Marseille, dans la lignée de saint François de Sales. / La belle ténèbre, Grenoble, Millon, 1993, p. 279.

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT