Justice, miséricorde, fidélité

Justice, miséricorde, fidélité

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, mais vous avez négligé ce qui est le plus important dans la Loi : la justice, la miséricorde et la fidélité. Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste. Guides aveugles ! Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau !
Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance ! Pharisien aveugle, purifie d’abord l’intérieur de la coupe, afin que l’extérieur aussi devienne pur. » 
(Mt 23, 23-26)

 

Un Dieu de miséricorde


Si tu te trouves blessé pour être tombé en quelque défaut lié à ta faiblesse, ou même parce que tu auras commis volontairement quelque chose de mal, ne perds pas courage et ne te trouble pas ; au contraire, tourne-toi aussitôt vers Dieu et parle-lui ainsi : « Et voilà, Seigneur ! Je me suis comporté pour ce que je suis ! Et à part des chutes, que pouvait-on attendre de moi ? » Et là, humilie-toi un instant à tes propres yeux, regrette l’offense faite au Seigneur, et sans t’accabler, manifeste ton dédain pour tes passions vicieuses, principalement pour celle qui t’a été occasion de chute.

Continue ensuite de cette façon : « Et je n’en serais pas resté là, Seigneur, si par ta bonté tu ne m’avais retenu ! » Et rends-lui grâce, l’aimant plus que jamais dans son incroyable clémence, lui qui te tend la main droite pour que tu ne retombes pas, alors même que tu viens de l’offenser.

Cela fait, ne cherche pas davantage si Dieu t’a pardonné ou non, ce ne serait qu’orgueil, inquiétude d’esprit, perte de temps et tromperie du démon sous l’apparence de quelque bon prétexte. T’abandonnant délibérément entre les mains miséricordieuses de Dieu, continue plutôt ce que tu faisais comme si rien n’était arrivé. Et si bien des fois chaque jour tu retombais et restais blessé, il te faudrait répéter avec la même confiance ce que je viens de te dire, une deuxième fois, une troisième, et ainsi de suite, et encore plus la dernière fois que la première.

 

Lorenzo Scupoli, c.r.

(Traduction inédite de Max de Longchamp pour Magnificat.)

 

Représentatif du renouveau sacerdotal au lendemain du concile de Trente, Lorenzo Scupoli († 1610) fut l’un des maîtres de saint François de Sales, qui ne se séparait jamais de son Combat spirituel.

 

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

13 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT