Jour 8 - Prier en ouvrant la Bible et notre coeur - Hozana

Jour 8 - Prier en ouvrant la Bible et notre coeur

Jour 8 - Prier en ouvrant la Bible et notre coeur

Chers compagnons de prière,


Aujourd’hui, donnons sa place au miraculeux dans notre vie quotidienne. Mettons de côté nos croyances matérialistes à un monde qui serait intégralement régi par des lois de cause à effet, interrompues seulement par un hasard qui ne serait porteur d’aucun signe. Dépassons cette vision qui nous devient si habituelle dans notre monde moderne, d’un monde inhabité. Réapprenons à voir le monde comme une totalité habitée, parcourue par le souffle de l’Esprit et en pélerinage vers Dieu. 

Aujourd’hui, ouvrons une brèche dans nos existences pour y laisser pénétrer la voix de Dieu. Déposons notre raison raisonnante pleine d’orgueil, aux pieds de Celui qui seul peut nous faire comprendre le monde en nous permettant l’espace d’un instant de le voir dans Son regard.


Ouvrons la brèche du hasard pour demander à Dieu de parler à notre âme

Revenons à cette pratique très usitée au Moyen-âge, de demander à Dieu de nous guider en ouvrant la Bible au hasard. Cette démarche se fait dans une dévotion profonde pour la Parole de Dieu, et comme une quête de direction spirituelle. En reprenant cette démarche laissons-nous habiter par l’idée que Dieu a quelque chose à nous dire, à chacun de nous personnellement, pour nous faire avancer sur le chemin qu’Il veut pour nous. Laissons-nous habiter par le sentiment profond que la seule chose qui compte c’est ce que Dieu a à nous dire, et qu’Il nous a déjà tout donné dans sa Parole sacrée.


Prenons la Bible avec dévotion 

Ne la manipulons comme un livre ordinaire. Soyons bien conscients qu’elle résonne des millénaires de prières qu’elle porte en elle, qu’elle vibre de la voix même de Jésus et du témoignage jusqu'au sacrifice des apôtres. 

Prenons le temps, avant de l’ouvrir, de la toucher, de la sentir vibrer, de la sentir nous appeler. Un jour j’ai trouvé une Bible ancienne : très abîmée par les années ses pages gardaient la trace dans les coins bas extérieurs des doigts qui les avaient tournées et retournées au fil de ses 150 ans d’âge. Des passages avaient été cochés, dans un coin une main enfantine avait gribouillé. Cette Bible fatiguée était merveilleusement en fin de vie. Je l’ai réparée avec beaucoup de tendresse et elle finit paisiblement ses jours dans ma bibliothèque. Un jour j’ai trouvé dans une grande librairie, une petite Bible récente qui avait été abîmée dans je ne sais quel transport peu précautionneux, elle était maculée de traces noirâtres et sa couverture était profondément éraflée. Cette Bible blessée, meurtrie, m’a profondément émue ; je ne saurais dire autrement qu’elle m’a semblé crier de douleur ou que, plus exactement, à travers elle j'ai cru entendre un cri de douleur. Je l’ai achetée pour la sortir de la prison où elle me semblait se trouver et pour éviter qu’elle ne soit jetée. Je l’ai nettoyée et réparée comme pour réparer une atteinte faite à la beauté du monde, puis je l’ai placée précautionneusement dans un coin confortable d’une étagère comme pour rendre sa place dans ce monde à la Parole de Dieu. Non, ne manipulons pas la Bible comme un livre ordinaire.

Après l’avoir parcourue avec nos mains, fermons les yeux et demandons à Dieu la grâce de nous adresser personnellement, sur notre chemin vers Lui, une de ses paroles. Et laissons le hasard se faire vecteur de la pensée divine. Ouvrons la Bible (Bible complète ou Nouveau-Testament, selon notre préférence), pointons notre doigt vers un passage, et voyons ce que Dieu nous y donne. Prenons ce qu'Il nous donne, et savourons-le comme un cadeau.

Tout au long de la journée goûtons ces mots, emportons-les partout avec nous, laissons-les travailler en nous.


Au moment de rédiger cette publication, voici ce que la Bible me donne par la grâce du hasard : Premier épître de Pierre, 2, 15 : “Car c’est la volonté de Dieu qu’en faisant le bien, vous fermiez la bouche à l’ignorance des sots. Agissez en hommes libres, et non en hommes qui font de la liberté un voile pour leur méchanceté, mais en esclaves de Dieu.” (traduction Osty) Agir en hommes libres mais esclaves de Dieu… Agir en hommes vraiment libres, c’est-à-dire esclaves de Dieu… Voilà une parole que je vais savourer.



Au soir de cette journée, prenons le temps d’ouvrir notre Bible pour le plaisir d’y côtoyer l’expression de Dieu. Parcourons quelques lignes, quelques pages, avec gourmandise, comme nous lirions la lettre qu'un être cher nous a adressée.

Si vous n’avez pas de Bible sous la main ou que vous préférez la lecture sur écran, parcourez le site http://bible.catholique.org/ (Bible dans la traduction d’Augustin Crampon).


Emportons dans notre sommeil quelques mots de la Parole de Dieu. Laissons-les vibrer en nous et à travers nous.


87098-prier-en-ouvrant-la-bible-et-notre-coeur




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

3 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Utilisateur effacé
 il y a 1 an
Merci Lucienne ! oh je tiens à la vieille Bible de ma grand mère mais je crains qu elle ne soit pas à jour 🙏
Lucienne
place Lourmarin, il y a 1 an
les vieilles Bible qui ont été aimées et ont servi la prière ont tant à nous dire et à nous transmettre, en dépit de toutes les mises à jour par des exégètes. je trouve ça très beau de transmettre une Bible à ses enfants et petits-enfants... mes prières vous accompagnent
Utilisateur effacé
 il y a 1 an
Merci Lucienne 🙏