Introduction : Se laisser surprendre (introduction) - Hozana

Introduction : Se laisser surprendre (introduction)

Introduction : Se laisser surprendre (introduction)

Pour déjà nous préparer à entrer en retraite spirituelle, essayons de prêter attention à une attitude typique de Joseph, afin de la faire nôtre : sa capacité d’admiration.

Nous verrons pendant cette retraite à quel point Joseph est l'homme qui ne pense ­jamais à lui, parce qu'il n'en a pas le temps, parce qu'il n'en a pas envie, parce qu'il pense toujours aux autres, surtout à deux Autres qui suffisent à remplir toutes ses pensées, toute son imagination, toute son affection. Il passe son temps à admirer ce que Dieu lui donne.

Il admire Jésus, son humilité de Fils, sa gentillesse prévenante, sa lucidité et son équilibre. Il aime le travail commun, silencieux, à l'échoppe de Nazareth ; et on les voit souvent passer ensemble dans le village, lui le charpentier, expert en tout dans une maison, et Lui que l'on connaît comme "le fils de Joseph". Ils ont si souvent échangé au repas, sur le travail, sur le village, sur la Galilée.

Il admire Marie, qui lui a été donnée pour épouse, et avec qui il a élevé son grand fils. Elle l'a émerveillé dès le premier jour, et le mystère de leur union, de leur bonheur, est un secret qu'il ne partage qu'avec elle et avec Dieu : personne ne pourrait comprendre. En la voyant vaquer en silence aux travaux de la maison et de la cuisine, en entendant ce qu'on dit d'elle dans le village, il se prend à évoquer le poème de la "femme de valeur" qui clôt le livre des ­Proverbes (chap. 31). Mais surtout, ce qui fait sa joie de tous les jours, c'est de se rappeler comment elle l'a accueilli, pour être aimée comme elle voulait être aimée, c'est-à-dire devant Dieu et en Dieu.

Il admire les œuvres de Dieu : de l'épreuve, Dieu fait un chemin de salut ; de son serviteur, Il attend, comme langage de l'amour, l'écoute et l'obéissance ; comme réponse au mystère de son dessein, Il aime avant tout le silence ; pour tout bonheur, Il donne à Joseph d'aimer sa volonté ; pour toute richesse, Il lui offre "l'Enfant et sa Mère", son Fils et sa "favorisée". Car l'essentiel n'est pas d'aimer Dieu comme nous le voulons, mais de l'aimer comme Il le veut, ainsi que dit le Psalmiste : « Je sais, mon Dieu, que tes jugements sont justice : c'est par fidélité que tu m'as voulu humble » (Ps 119,73-77).

Merveilleux Joseph, cher au cœur de tous : comme pour Marie, dont « toute la beauté est à l'intérieur d'elle-même » (Ps 44,14 traduit selon la Vulgate), toute la richesse de ­Joseph est dans son regard intérieur, toute sa force lui vient de la loyauté de sa foi : « Je sais en qui j'ai cru » (2 Ti 1,12). C'est pour cela qu'il peut être notre modèle, le type même du disciple qui agit et qui prie. Nous ­pouvons nous fier à lui pour cette retraite. Cherchons à retrouver notre capacité d’émerveillement et d’admiration pour nous laisser surprendre par le Seigneur.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

46 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader