Lundi 30 août

Lundi 30 août

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,16-30.

En ce temps-là, Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu'ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés,
annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.'
Jésus referma le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire : « Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Écriture que vous venez d'entendre. »
Tous lui rendaient témoignage et s'étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph ? »
Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : “Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire : “Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm ; fais donc de même ici dans ton lieu d'origine !” »
Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu'une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d'eux n'a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »
À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.

Méditation en vue de l'oraison

« Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Écriture que vous venez d'entendre. »

  • Seigneur Jésus je viens à Vous, et je le reconnais, vos paroles sont divines, qui montrent comment l'écriture s'accomplit... Vous êtes le Fils de Dieu, Vous êtes Dieu, et je Vous adore

Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays

  • Dans Votre miséricorde, pardonnez mes péchés, accordez moi de Vous faire bon accueil durant cette oraison... suis-je prêt à me laisser surprendre par Vous, ou bien suis-je habitué ? 

"Que Dieu vous soit neuf chaque matin !" Maurice Zundel

  • Je viens à Vous Seigneur Jésus durant cette oraison pour accueillir et accomplir Votre Volonté que je ne connais pas. Oui je veux ce que Vous voulez, sans pour autant le connaître, car j'ai totalement confiance en Vous.

L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction 

  • Oui Seigneur Jésus envoyez Votre Esprit Saint, qu'il soit le maître de ce moment de prière... que de votre onction naisse mon onction

Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres

  • Suis prêt à regarder toutes mes pauvretés dans la belle lumière du Ciel ?

annoncer aux captifs leur libération 

  • Est-ce que la certitude de la présence de Dieu durant tout cette journée, et aussi cette année, qui vient, est-ce qu'en espérance cela remplit mon cœur de joie ?
  • Est-ce que la perspective du Ciel, après la mort, vu dans l'espérance, est-ce que cela remplit mon cœur de joie ?

aux aveugles qu'ils retrouveront la vue

  • Est-ce que la certitude d'être guidé jour après jour dans la prière, même au milieu des plus noires difficultés, déjà connues ou encore inconnues, est-ce que cela apaise mon cœur ?

remettre en liberté les opprimés 

  • Et voilà, voilà votre souhait le plus cher Seigneur Jésus, que nous vivions de la liberté des enfants de Dieu ... comme Vous, avec Vous et en Vous, en communion avec le Père et le Saint-Esprit
  • ce qui veut aussi dire, renoncer à soi-même, prendre sa croix chaque jour, et vous suivre en demeurant dans votre Amour, accueillir la conversion de chaque jour ...

À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.

  • Cœur de Jésus que votre règne vienne, et que toute haine soit à jamais bannie de mon cœur... 
  • Que toute colère, même apparemment légitime, soit un appel à Vous accueillir encore plus profondément, pour témoigner de Votre Paix, même dans les contrariétés...
  • Si l'Esprit-Saint me l'inspire, j'irai recevoir le sacrement de Réconciliation 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

École d'oraison par la Lectio Divina