Le Royaume éternel - 3 juin 2021

Le Royaume éternel - 3 juin 2021


Saint Charles Lwanga et ses compagnons, martyrs

Couleur liturgique : rouge

Évangile selon saint Marc 12, 28b-34

En ce temps-là, un scribe s'avança pour demander à Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l'Unique et il n'y en a pas d'autre que lui. L'aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même vaut mieux que toute offrande d'holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu'il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n'osait plus l'interroger.



Prière

Seigneur, le monde dans lequel nous vivons a perdu le sens de la vie éternelle à laquelle nous sommes appelés. Avec ta grâce, permets-nous de retrouver la véritable finalité de notre existence et reconnaître les maux qui nous en éloignent.

Demande

Seigneur, accorde-moi la grâce de répondre à la question de la place que tu occupes aujourd'hui dans le monde et dans ma vie. Que la réponse à ces questions me permette d'inviter ceux que je connais à méditer sur la gloire que tu promets à notre humanité et sur les mystères de notre foi chrétienne.

Réflexion

Dans son Évangile, Marc rappelle différentes questions traitées par Jésus lors de son ministère à Jérusalem. Ici, il est question des conditions de l'alliance avec Dieu permettant aux hommes de vivre dans l'amour de Dieu et du prochain : relation profonde avec le Créateur tout en sauvegardant la liberté de leurs actes. Ces préceptes ont été promulgués pendant l'Exode et sont un appel à l'amour de Dieu et à la charité entre les hommes. Ils préservent la liberté des actes humains et structurent la relation entre les hommes.

  1. « Un scribe s'avança pour demander à Jésus : quel est le premier de tous les commandements ? »
    Au temps des rabbins, les fidèles juifs avaient souvent l'habitude de mettre tous les commandements sur le même plan mais pour d'autres, en revanche, le point central de leurs actions et de leurs méditations se situait au niveau de la conscience et de la mémoire, de l'intuition et de la force morale. Pour eux, toute la personne était mobilisée pour tendre vers Dieu avec le meilleur d'elle-même : cependant tout semblait encore relativement imprécis.
    Jésus répond en annonçant le premier commandement qui doit orienter et diriger toutes les pensées, les réflexions et les actions du croyant fidèle : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. »
    Et aussitôt après, citant le passage du Livre du Lévitique (Lv 19, 18), Jésus ajoute :
  2. « Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »
    C'est le second commandement qui, bien que distinct, est inséparable du premier : on ne peut pas aimer Dieu notre Père sans aimer notre prochain que Dieu a créé comme nous et qui est à côté de nous. Inséparables et complémentaires ces deux commandements ne se remplacent cependant pas mutuellement. Plus on est près de Dieu, plus on doit être proche de nos semblables. « La charité, c'est tout sur la terre, et l'on est sainte dans la mesure où on la pratique. »(Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Méditation sur les mystères du rosaire)
    Aimer Dieu, c'est vivre selon sa Parole, c'est reconnaître le sens de ses commandements et vivre en respectant le prochain comme nous souhaiterions, nous aussi, être respectés. D'où la conclusion du scribe : « (…) aimer son prochain comme soi-même vaut mieux que toute offrande d'holocaustes et de sacrifices. »
  3. « Jésus (…) lui dit : tu n'es pas loin du royaume de Dieu. »
    Cette remarque est la conclusion absolue de la condition pour vivre notre foi dans la véritable charité et le respect des autres. Aujourd'hui, comme toujours, les conditions de vie obligent à vouloir vivre ce don de soi dans tous les domaines. Le plan est simple mais difficile. Le pape émérite Benoît XVI écrit : « C'est dans la croix qu'on peut contempler cette vérité » tandis que sainte Catherine de Sienne (1347-1380) écrivait : « L'âme ne peut vivre sans amour, elle veut toujours aimer quelque chose, parce qu'elle est faite d'amour. »
    Donc, la remarque finale de Jésus est, aujourd'hui encore, bel et bien d'actualité même si le côté consommateur de notre comportement actuel ne le respecte pas au milieu des mouvements de population dans le monde actuel vivant toujours plus vite.

Dialogue avec le Christ

Serions-nous « loin du Royaume de Dieu » ? Nous sommes des citoyens du monde de Dieu mais ce monde – depuis des temps lointains – n'est plus tellement celui de notre Père créateur. Il est grand le chemin, elle est étroite la porte et ils sont peu nombreux ceux qui s'y engagent et qui y demeurent. Il est facile de se laisser entraîner dans le tourbillon. Seigneur, chaque âme a de la valeur pour toi. Garde-moi près de toi et préserve-moi du faux pas !

Résolution

Je prierai Marie, la très sainte Vierge, de me garder près du Cœur de son Fils.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Contacter l'auteur

Méditations : Regnum Christi
Texte de l'Évangile et informations liturgiques : © AELF – Paris – Tous droits réservés

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Méditation sur l'Évangile du jour