« Voyez mes mains et mes pieds »

« Voyez mes mains et mes pieds »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d'Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s'était passé sur la route, et comment le Seigneur s'était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d'eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os comme vous constatez que j'en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu'il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : “Il faut que s'accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu'il ressusciterait d'entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d'en être les témoins. » (Lc 24, 35-48)

Sa foi devient acte

Ce qui apparaît là, ce n'est pas seulement la liberté qu'a le Ressuscité de s'offrir quand et comme il veut, mais aussi la liberté laissée à l'homme (comme aspect de la grâce de Pâques) de réagir comme il veut… On ne dira pas que les manifestations par lesquelles le Ressuscité s'est manifesté lui-même ne sont pas assez puissantes pour s'imposer avec évidence. Il peut aussi se manifester avec une souveraineté toute naturelle, comme le montre l'épisode de Thomas. D'autres fois, l'évidence paraît si extraordinairement puissante qu'elle dépasse la mesure humaine (cf. Lc 24, 41). Là où le doute surgit, on doit plutôt dire : le Ressuscité a une liberté si puissante qu'il communique une part de cette liberté, en vue de la rencontre, à l'homme qu'il rencontre. Dans le même sens, il peut être le souverain absolu à qui tout pouvoir a été donné (Mt 28, 18), et en même temps celui qui, pour la première fois et précisément maintenant, appelle les siens mes frères (Mt 28, 10 ; Jn 20, 17) ; celui qui contraint à l'adoration (cf. Mt 28, 9 et 17 ; Lc 24, 52 ; Jn 20, 28) et, comme dans les anciens temps, est assis à la table avec ses disciples (cf. Ac 1, 4 ; Lc 24, 41s ; Jn 21, 12s). Cette tension se maintient chez Paul : pour autant que nous sommes dans le Christ, un seul corps avec lui, il est aussi bien séparé de nous et lointain ; en haut ; au ciel (2 Co 5, 6 ; cf. Ph 1, 23 ; Col 3, 1) que présent au milieu de nous et agissant en nous (Col 1, 27).

Card. Hans Urs von Balthasar

Hans Urs von Balthasar († 1988), jésuite et fondateur d'un institut séculier, a laissé une œuvre théologique monumentale. Il est l'un des plus importants écrivains et théologiens catholiques du xxe siècle. / Pâques, le mystère, Paris, Cerf, coll. « Foi vivante », 1996, p. 291-292.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

14 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT