Massacre des Innocents

Massacre des Innocents

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Après le départ des mages, voici que l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l'enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu'à ce que je t'avertisse, car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu'à la mort d'Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D'Égypte, j'ai appelé mon fils.
Alors Hérode, voyant que les mages s'étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu'à l'âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d'après la date qu'il s'était fait préciser par les mages. Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie : Un cri s'élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c'est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus. (Mt 2, 13-18)

Le non-violent

Seul est non-violent en vérité celui qui n'a fait violence ni au ciel ni à la terre. Nous voici invités à célébrer, devant ce cadavre d'une humanité violentée par des hommes violents, un autre témoignage dont nous avons tous besoin pour échapper à la complicité sournoise que la violence trouve en chacun de nous, le témoignage, le martyre de l'innocence. Bien sûr, je repense à ce que constatait Gilles lorsque nous nous sommes retrouvés ici même pour unir le sacrifice des Croates à celui de Jésus (le 16 décembre) : « Cette année, le massacre des Innocents a précédé Noël ! » De fait, nous confessons l'innocence de ces petits enfants massacrés parce que l'un des leurs représentait une menace anonyme pour le pouvoir en place. Nous confessons du même coup l'innocence de cet Enfant-là, né dans la nuit de Bethléem, et que nous retrouvons maintenant dans les ténèbres du Golgotha. N'allons pas dire pour autant que nos frères croates étaient des enfants de chœur. Pas plus que nous ! Cette innocence que nous leur reconnaissons tout de même, nous la relions directement au supplice qu'ils ont subi ; non, ils n'avaient pas mérité cela ! Il aura fallu un châtiment disproportionné, violemment inhumain, pour nous aider à retrouver en eux la trace de l'innocence, et à la proclamer comme fondant le droit de tout homme au respect de la vie.


Christian de Chergé, o.c.s.o.

Christian de Chergé, prieur du monastère trappiste de Tibhirine (Algérie), avait une connaissance approfondie de la culture arabe et une grande estime pour les musulmans. Assassiné avec six de ses frères en 1996, il a été béatifié le 8 décembre 2018. / L'Invincible Espérance, Paris, Bayard, 2010, p. 232-233.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader