Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n'a pas été capable d'achever 

Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n'a pas été capable d'achever 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, de grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : « Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple.
Quel est celui d'entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s'asseoir pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi aller jusqu'au bout ? Car, si jamais il pose les fondations et n'est pas capable d'achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui : “Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n'a pas été capable d'achever !” Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s'asseoir pour voir s'il peut, avec dix mille hommes, affronter l'autre qui marche contre lui avec vingt mille ? S'il ne le peut pas, il envoie, pendant que l'autre est encore loin, une délégation pour ­demander les conditions de paix.
Ainsi donc, celui d'entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. » (Lc 14, 25-33) 

Partager la joie infinie

Nous savons ce que produit cet acte d'amour du Père et du Fils : c'est un acte d'amour infini, un amour substantiel, qui est la troisième personne de la Sainte Trinité. Les deux personnes sont unies désormais dans cet amour commun, dans cette spiration commune d'amour qui jaillit d'eux et les remplit de joie.

Cette puissance expansive qu'est Dieu trouve sa joie ainsi à engendrer, toute sa joie à produire… Il n'y a qu'un acte infini, qu'un fruit infini qui peut le satisfaire, puisqu'il est infini.

La génération du Verbe donne au Père une joie ­infinie, la procession de l'Esprit Saint donne aux deux ­personnes, le Père et le Fils, une joie infinie.

Et cela ne se produit pas dans le temps, à un moment donné ; cela a toujours été, Dieu a toujours été ainsi, il n'a pas commencé. La génération du Verbe n'a pas commencé, la procession de l'Esprit Saint n'a pas commencé, le bonheur de Dieu n'a pas commencé : il a toujours été ainsi.

Voilà le bonheur de Dieu, bonheur infini, que nous devons considérer et essayer d'opposer parfois à tous nos changements, à tous les bouleversements du monde, à toutes les vagues de pessimisme que nous sentons devant les malheurs qui nous menacent ou qui sont déjà arrivés sur nous. Dire : « Dieu est heureux ! » Cet océan, ce brasier infini qu'est Dieu, nous pouvons le contempler, nous sommes destinés à le rejoindre, c'est notre patrie.

Bx Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus

Henri Grialou († 1967), qui deviendra le père Marie-Eugène, ­fondateur de l'institut Notre-Dame-de-Vie, a été béatifié en 2016.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

11 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT