Facebook PixelDon de gamètes : peut-on refuser à un enfant l'accès à ses origines biologiques - Hozana
Conférence des évêques de France

Conférence des évêques de France dans Défense de la vie : prier et comprendre

Publication #3Initialement publiée le 22 octobre 2020

Don de gamètes : peut-on refuser à un enfant l'accès à ses origines biologiques

Don de gamètes : peut-on refuser à un enfant l'accès à ses origines biologiques

COMPRENDRE

Comme pour le don de sang ou d'organes, le principe de l'anonymat est appliqué au don de gamètes, les cellules reproductrices des humains. Pourtant, ce don a une vocation spécifique et unique : la procréation d'un nouvel être humain.   

 

Or, autre chose est en jeu : on ne peut plus faire comme si le don de gamètes n'avait aucune conséquence pour l'enfant et l'adulte qu'il deviendra. 

 

Que dit-on en faveur du don de gamètes ?  

La parentalité d'intention serait privilégiée, au détriment du lien biologique. Certains pensent compenser l'effacement du lien biologique par la levée de l'anonymat du donneur. En protégeant l'anonymat des donneurs, on soutient la dynamique de “recrutement” du nombre de donneurs. Il serait important de continuer à satisfaire la demande actuelle de gamètes… et d'anticiper aussi l'augmentation de la demande. 

 

 

Mais cette vision sociologique et égalitariste se heurte à deux enjeux éthiques majeurs.  

  • Le don de gamètes est d'abord une source d'injustice pour certains enfants car il écarte délibérément un des géniteurs au profit d'un parent d'intention, ce qui prive les enfants d'un fondement biologique de leur filiation. Connaitre l'identité biologique du donneur n'effacera pas le préjudice subi. 
  • Ce qui mène au second enjeu, l'importance de la référence biologique : Il n'est pas indifférent d'être issu d'un tel ou d'un autre. Le don de gamètes en fait pose une question simple : est-il important, ou non, d'être issu biologiquement de quelqu'un ?



PRIER

« qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ? » (Psaume 8 :05) 

Par ces mots le psalmiste s'émerveille devant l'infinie grandeur de Dieu qui se penche sur sa créature et ne cesse de la façonner.  

La famille nucléaire est le lieu privilégié où s'épanouie l'enfant, et où l'éducation offre à un être de grandir et d'acquérir son autonomie avec la grâce de Dieu. Elle est ce lieu primordial où se déploie des relations essentielles. L'Église catholique encourage la reconnaissance de la pertinence et de la justesse de ces liens quand bien même ils seraient abîmés. 


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Assistance médicale à la procréation : faut-il priver les enfants de père ?

Publication #1Initialement publiée le 8 octobre 2020

Gestation pour autrui : quand le corps devient un produit marchand

Publication #2Initialement publiée le 8 octobre 2020

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader