Facebook PixelLa difficulté de croire... (24e mercredi temps ordinaire) - Hozana

La difficulté de croire... (24e mercredi temps ordinaire)

La difficulté de croire... (24e mercredi temps ordinaire)

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Les saints du jour : 

Saint Corneille, pape, et Saint Cyprien, évêque, martyrs au IIIe siècle, priez pour nous.

De l'Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc :

En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « À qui donc vais-je comparer les gens de cette génération ? À qui ressemblent-ils ? Ils ressemblent à des gamins assis sur la place, qui s'interpellent en disant : “Nous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous n'avez pas pleuré.” Jean le Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin, et vous dites : “C'est un possédé !” Le Fils de l'homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais, par tous ses enfants, la sagesse de Dieu a été reconnue juste. » (Lc 7, 31-35)

Méditation : 

Oui, Seigneur Jésus, nous sommes comparables à des gamins, des gamins gâtés qui ont perdu toute notion de bon sens. Ce que tu dis aux pharisiens, qui ne comprennent ni l'austérité de Jean, ni ta vie dans la Gloire, nous pouvons aussi l'entendre pour nous. Qu'il est difficile de croire sans voir, qu'il est difficile de faire confiance aveuglement ! Combien de fois, trahis par notre humanité, ne sommes-nous pas comme Pierre des gens qui te renient, ou comme les pharisiens des personnes qui passent leur temps à juger et à incriminer ? La foi est soumise à la discussion philosophique, voire scientifique, et pourtant, la foi n'est-elle pas justement ce qui est de l'ordre du sentiment, du subjectif et donc du sensible ? Il y a, certes, une intelligence de la foi, mais on peut être érudit de tout ce qui te concerne sans être chrétien ! C'est vrai qu'il y a un certain nombre de vérités qui font partie de notre profession commune, qu'il faut connaître des prières, des rites et des codes. Mais si nous rabâchons des mots sans les incarner, sans y croire profondément, quelle est leur portée ? Il est une part qui échappe à tout contrôle, à tout code, c'est la rencontre mystique d'amour que nous avons avec toi. Elle est première, primordiale, essentielle, et se traduit par la prière, qui n'est ni une lamentation ni une liste de demandes, mais une véritable conversation, un dialogue avec toi. Aussi, cette dame âgée et pauvre, qui a passé sa vie au labeur, illettrée, ignorante, silencieuse, mais qui t'a toujours donné la première place dans sa vie, avec son chapelet usé, cette dernière est la première dans ton royaume, et loin devant nous qui étudions ou commentons ta Parole. Alors, si je dois demander un conseil quant à la prière, je pourrais me contenter d'une simple recommandation : RESTER SIMPLE. Lorsque je me présente devant toi, dans une église, chez moi, dans ma voiture, dans mon travail, devant un crucifix, une belle icône, la parole ou la beauté du monde, je n'ai plus qu'à laisser parler mon âme : mes bonheurs, mes défaites, mes colères, mes incompréhensions, mes remerciements... essayons cet exercice simple : sans compter le temps, fermons les yeux, faisons silence, et prenons soin de te laisser nous parler, dans la douceur d'une brise. A l'image du pape François, cultivons cette simplicité de l'évangile, présentons nous à toi tels que nous sommes.

Prière : 

Accueille nous, Seigneur, dans nos difficultés, dans nos péchés, pour que nous nous sentions familiers dans ton Royaume, comme des enfants avec leur père. Écoute nous, ô Christ, et réponds nous, avec la grande simplicité de ta Sagesse. Rejoins nous, Esprit-Saint, viens élire demeure dans notre cœur que nous te présentons.

Par toi, Dieu le Père, créateur de toute chose ; avec toi, Dieu le Fils, Verbe Vivant ; en toi, Dieu le Saint-Esprit, qui ne cesse de souffler ses dons ; toi Dieu Un, unique et unitaire, Père, Fils et Esprit-Saint, Trinité insondable depuis le commencement, maintenant, et pour toujours, Amen !

(Si vous souhaitez que j'ajoute des intentions de prières personnelles, n'hésitez pas à m'en faire la demande par message ou dans les commentaires)

Versets à mémoriser : toute la semaine, tentons de mémoriser un même verset représentatif du texte du dimanche à venir. C'est une belle façon de s'approprier la Parole de Dieu.

« ‘Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N'as-tu pas été d'accord avec moi pour un denier ? Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner au dernier venu autant qu'à toi : n'ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?' C'est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. » (Mt 20,13-16)

Nous pouvons prolonger la prière en se laissant porter par un chant :

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader