« Au dire des foules, qui suis-je ? »

« Au dire des foules, qui suis-je ? »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce jour-là, Jésus était en prière à l'écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Au dire des foules, qui suis-je ? » Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; mais pour d'autres, Élie ; et pour d'autres, un prophète d'autrefois qui serait ressuscité. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Pierre prit la parole et dit : « Le Christ, le Messie de Dieu. » Mais Jésus, avec autorité, leur défendit vivement de le dire à personne, et déclara : « Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu'il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. » (Lc 9, 18-22)

Confesser le Messie 

Le malheur d'un homme est d'être enfermé dans la répétition, lorsque, imbu de cette fausse fidélité, il se complaît sans goût des autres. La messianité de Jésus assiège une citadelle lorsqu'il parle au cœur humain. Et ce n'est que par une souffrance extrême, qui va jusqu'au bout, que son amour parviendra à en briser les murs épais, ou du moins y faire une brèche suffisante pour y laisser couler l'eau de la vie. Jésus doit s'écouler complètement en lui pour qu'il triomphe à son tour de la mort.

Confesser le Messie, ce n'est pas seulement « dire », c'est « faire ». Nul n'est forcé de suivre Jésus. Mais « si » quelqu'un veut venir dans ce monde en son nom, il devra le porter lui-même, ce nom d'amour, de lui devra s'écouler ce qu'il a reçu par l'onction. Il ne devra pas seulement répéter les mots du Christ ou rappeler ses actes, il ne devra pas seulement se référer au maître ou à son autorité, il devra « perdre sa vie » ou « se renier », c'est-à-dire aimer follement, c'est-à-dire ce qui n'est pas humainement aimable, et ne lui préférer rien de ce qu'on aime sagement, c'est-à-dire ce qui est humainement aimable.


Grégory Woimbée

Le père Grégory Woimbée est vice-recteur de l'Institut catholique de Toulouse.


Pour prier chaque jour avec MAGNIFICAT cliquez ici pour vous abonner

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT