« Voici ta mère »

« Voici ta mère »

« Voici ta mère »

Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. (Jn 19, 25-27) 

« Ton âme sera traversée d'un glaive »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, lorsqu'ils présentèrent Jésus au Temple, le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d'un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d'un grand nombre. » (Lc 2, 33-35)

Modelée par son fils

Comme Dieu agit en permanence, ainsi Jésus agit toujours. Quand il souffre, il agit par sa souffrance. Quand il est en gloire, il agit en rapport avec son état de gloire et de majesté. Et l'on doit particulièrement remarquer que Jésus, en ces derniers états, tantôt de gloire, tantôt de souffrance, agit conformément en ces états en sa très sainte Mère. Or dans le mystère de la résurrection, Jésus change de vie, lui qui est toute la vie de la Vierge et le principe de sa vie, beaucoup plus que l'âme même de Marie. Nous pouvons [donc] considérer en la Sainte Vierge deux sortes de vie : la vie naturelle, dont l'âme est le principe, la vie surnaturelle qu'elle possédait en Jésus et qui était conforme à celle de Jésus, car il n'était pas seulement principe de vie en sa Mère, mais encore modèle de sa vie. En ses souffrances et en sa mort (dans laquelle il demeure vie), il avait communiqué une vie de souffrance et de mort à la bienheureuse Vierge. De même, maintenant qu'il a une vie nouvelle et glorieuse, il lui communique une vie nouvelle, vie intérieure et spirituelle, émanée de sa vie glorieuse. Elle avait assez souffert des souffrances de son Fils ; maintenant toute sa vie participait à sa vie glorieuse, tout son désir et tout son amour étaient tendus vers la gloire de Jésus.


Card. Pierre de Bérulle

Le cardinal Pierre de Bérulle († 1629) est un représentant majeur de l'« école française de spiritualité » et le fondateur de la Société de l'Oratoire.


Téléchargez gratuitement l'Application Magnificat sur votre smartphone ou tablette et priez chaque jour avec Magnificat (le premier mois est gratuit) en cliquant ici.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Priez chaque jour l'Evangile avec MAGNIFICAT