Facebook PixelDimanche 9 Août 2020 Dix-neuvième Dimanche du Temps Ordinaire (A) - Hozana

Dimanche 9 Août 2020 Dix-neuvième Dimanche du Temps Ordinaire (A)

Evangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu 14,22-33


Aussitôt Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, pendant qu'il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l'écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C'est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c'est moi ; n'ayez plus peur ! »

 Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c'est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »

 Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »  Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. 

Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »

Homélie de l'Abbé H. Savournin

“ Confiance ! N'ayez pas peur ”

Le récit de la multiplication des pains et des poissons, qui précède cet Évangile et que nous écoutions dimanche dernier, a été un grand succès et les disciples se disent qu'enfin Jésus va être reconnu comme le Messie attendu. 

Les foules d'ailleurs, cherchaient à l'enlever pour le faire Roi. Ce n'est pas comme cela que Jésus sera roi. Il contraint donc les disciples à embarquer et à le précéder sur l'autre rive. Ayant congédié les foules, il se rendit dans la montagne, à l'écart, pour prier. 

Vers la fin de la nuit, les disciples, loin de la terre, rament comme des malheureux, tourmentés par les vagues, car le vent est contraire. Jésus vient vers eux marchant sur la mer. Marcher sur l'eau, c'est évidemment impossible : il y a donc prodige.

Devant ce qu'ils voient, les disciples n'en croient pas leurs yeux, et ils paniquent devant ce qu'ils pensent être un fantôme, et ils poussent des cris ! Alors, Jésus leur parle : « Confiance ! Moi, Je suis ! N'ayez pas peur ! » Moi, Je suis !

Sur cette Parole, la foi de Pierre s'éveille et il lance un défi à Jésus : « Si toi tu es, (autrement dit, si tu es Dieu) ordonne-moi de venir à toi » - « Viens ! » lui dit Jésus. Et Pierre fait confiance et marche sur les eaux. Mais, voyant le vent fort... Son regard n'est plus fixé sur Jésus : il perd confiance, il a peur, il coule ! Un cri d'appel : « Seigneur, sauve-moi ! »

Jésus étend la main, le saisit et lui dit : « Oligopistè, homme de petite foi pourquoi as-tu douté ? »

Cet épisode de la vie des Apôtres les prépare au grand passage de Jésus sur  l'autre rive : sa Passion, sa mort et sa Résurrection.

Leur foi sera malmenée :

  • Pierre osera défendre Jésus à Gethsémani ;
  • il s'engagera à le suivre jusqu'au bout au lavement des pieds ;
  • mais devant la tournure dramatique des événements, il Le reniera avant le chant du coq ;
  • enfin, il retrouvera son Seigneur ressuscité sur le même rivage de cette mer.

Il est bon pour nous d'évoquer ces scènes car nous sommes bien proches de ce que Pierre et les Apôtres ont vécu. Notre foi n'est jamais acquise : elle vit, se fortifie ou faiblit, traverse des turbulences, comme celle de Pierre, au gré des contrariétés, des épreuves, des obstacles, des rencontres, des événements et des questions qui surgissent sur le chemin de notre vie. Comme Pierre, tantôt nous nous lançons audacieusement vers Dieu, en pleine confiance, marchant sur les puissances de mort qui sont en nous ou autour de nous ; tantôt, nous prenons peur, parce que c'est plus fort que nous, et nous perdons de vue Jésus : nous oublions qu'Il est là, qu'Il est Dieu, qu'Il sauve (c'est son Nom !) ; nous ne prions plus ; nous ne nous raccrochons plus à ses paroles...nous coulons ! Et Il vient nous chercher, nous ressaisit pour que nous nous en sortions et que nous vivions après cette épreuve. Notre foi devra traverser de nombreuses pâques pour que nous arrivions enfin avec Lui sur l'autre rive.

En cette Eucharistie dominicale, nous pouvons prier pour ceux qui sont particulièrement éprouvés et, redire au Christ notre foi tout en continuant à Le suivre.

Prière universelle

Le Célébrant :

Comme Élie sur la montagne, tenons-nous debout devant Dieu et prions.


1) Rendons grâce pour l'Église, 

et prions pour qu'elle transmette l'amour dont elle est aimée.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


2) Rendons grâce pour les prêtres,

et prions pour qu'ils soient source de pardon.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


3) Rendons grâce pour la force qui vient de Dieu,

et prions pour ceux qui sont épuisés par la vie.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


4) Rendons grâce pour notre communauté,

et prions pour qu'elle grandisse dans la générosité et la charité.

Forts de notre foi, béni sois-tu Seigneur.


5) Pour le Liban,

Secoué par la violence des bombes,

Que des mains de douceur et de paix chargées de notre prière, se tendent vers ce pays.

Forts de notre foi, nous Te prions Seigneur.


Le Célébrant :

Dieu de puissance et de grâce, viens fortifier notre foi en exauçant notre prière.

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader