LE PÉCHÉ (Part II)

LE PÉCHÉ (Part II)

L'être humain commet des péchés généralement par faiblesse ou par ignorance. Certaines personnes ont des mauvaises habitudes, des défauts ou des vices qu'elles n'arrivent pas à abandonner. Elles retombent souvent bien qu'elles essaient de les surmonter. Mais la Parole nous enseigne que tant que nous nous repentons sincèrement, demandons à Dieu de nous pardonner, et fournissons des efforts diligents pour obéir à notre Père céleste, nous sommes assurés que nos péchés sont pardonnés. Comme l'Apôtre Jean nous le confirme : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1 :9).

Cependant existe-t-il un ou des péchés si graves que Dieu ne les pardonne pas ? Lesquels ? Que dit la Bible à propos du péché impardonnable ?

Des passages dans la Bible nous avertissent d'un péché qui ne peut être pardonné. Ils font allusion au péché qui consiste à rejeter sciemment et intentionnellement Dieu, soit en niant l'œuvre de l'Esprit Saint, soit en niant le sacrifice de Jésus-Christ par lequel le péché est pardonné.

I/ Qu'est-ce que le péché contre l'Esprit Saint ou le blasphème contre le Saint-Esprit

Dans (Matthieu 12 :31-37) Jésus avertit les pharisiens que « le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné… ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir ». Blasphémer, c'est vilipender, railler ou parler mal contre quelqu'un ou quelque chose. Les versets 22-30 donnent le contexte de cette déclaration. Jésus avait guéri un homme possédé par un démon. Les témoins de ce miracle se rendaient compte que c'était là une preuve que Jésus était le Messie (verset 23). Mais dans une tentative de discréditer Jésus et de tromper intentionnellement le peuple, les pharisiens L'accusèrent d'avoir guéri cet homme par la puissance de Satan (Belzébul).

Jésus avertit les pharisiens que le fait de savoir qu'Il avait accompli ce miracle par la puissance de l'Esprit de Dieu et ensuite de le nier volontairement en attribuant le miracle à la puissance de Satan était une forme de blasphème qui ne pouvait être pardonnée.

« Quiconque dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné ; mais qui aura blasphémé contre le Saint-Esprit, cela ne lui sera pas pardonné » (cf. Luc 12, 10 ; Mc 3,29 ; Mt 12,32). Ce mystérieux péché impardonnable fait l'objet de nombreuses confusions et « plonge » beaucoup de fidèles dans l'angoisse, se demandant s'ils ne l'ont pas déjà commis.

Que doit-on réellement comprendre de ces impressionnantes paroles ? Et pourquoi le péché contre l'Esprit Saint est-il impardonnable ?

Le péché contre l'Esprit, quelquefois appelé aussi blasphème contre l'Esprit saint, est un concept doctrinal chrétien issu d'une citation de Jésus commune aux trois évangiles : « Mais quiconque aura parlé contre l'Esprit saint, cela ne lui sera remis ni en ce monde, ni dans l'autre. » (Mt 12, 31–32).

La patience de Dieu à l'égard de l'homme pécheur est l'un des aspects les plus encourageants du message chrétien. Tous peuvent recevoir le pardon divin. La Bible nous révèle de façon surprenante que Dieu a même choisi de retarder la seconde venue du Christ afin de laisser le plus de temps possible aux hommes l'occasion de se repentir (2Pierre 3.9). Mais la miséricorde de Dieu a des limites. Il y a en effet un péché qui ne peut pas être pardonné. Jésus l'appelle ‘le blasphème contre l'Esprit.' Il s'agit d'une offense qui est sans remède.

Ce péché consiste pour l'essentiel à refuser la miséricorde de Dieu.

II/ Deux sortes de blasphème

« C'est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint–Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. ». (Matthieu 12.31-32)

Ce passage fait une distinction très nette entre deux catégories de blasphème. Il y a le blasphème contre le Fils de l'homme et le blasphème contre l'Esprit de Dieu. Dans le premier cas, le péché est commis contre le Fils de l'homme. Qui est le Fils de l'homme ? Il s'agit bien sûr du Seigneur Jésus. Tout blasphème et tout péché contre Jésus pourra être pardonné aux hommes. Mais le blasphème contre le Saint-Esprit ne peut pas être pardonné.

Le blasphème est un crime qui consiste à tenir des propos diffamatoires et outrageants contre quelqu'un. On attaque la réputation d'une personne par des paroles injurieuses. Lorsque nous plaçons les versets 31 et 32 l'un à côté de l'autre, nous notons que ‘le blasphème contre l'Esprit' est défini par l'action de ‘parler contre l'Esprit Saint.' Nous insultons ainsi la personne du Saint-Esprit.

Donc, tous les péchés sont pardonnables, sauf un. Il n'y a pas de pardon pour quiconque parlera contre l'Esprit. Avant d'explorer la signification de ce terrible péché, je crois qu'il serait utile d'expliquer pourquoi le blasphème contre Jésus peut être pardonné alors que ce n'est pas le cas pour le blasphème contre l'Esprit.

En effet, comment se fait-il que vous puissiez parler en mal contre le Fils de l'homme, de pécher contre Jésus, et avoir encore la possibilité de bénéficier du pardon tandis que le blasphème contre l'Esprit, lui, n'est pas pardonnable ?

Ne trouvez-vous pas étrange que Jésus établisse une différence entre ces deux sortes de péché ? Considérez la question de cette façon. Lorsque vous parlez contre Jésus, ne parlez-vous pas aussi contre Dieu ? Et en insultant Dieu, vos paroles ne sont-elles pas aussi dirigées contre l'Esprit Saint ? Suite au mensonge d'Ananias et Saphira, l'apôtre Pierre affirma que mentir au Saint-Esprit, c'est mentir à Dieu (Actes 5.3-4). Alors comment expliquer la si grande différence entre le blasphème contre Jésus et le blasphème contre l'Esprit ? Le degré de culpabilité n'est-il pas le même dans les deux cas ?

III/ Pécher par ignorance

Jean le Baptiste dit à la foule en (Jean 1.26) « Il y a quelqu'un au milieu de vous que vous ne connaissez pas ». Jésus se trouvait au milieu d'eux, en chair et en os, mais ils ne le connaissaient pas. Ils ne le reconnaissaient pas comme le Messie. Certaines personnes, par leur ignorance de la véritable identité du Christ, ont peut-être injurié le Seigneur. Or un péché commis par ignorance est pardonnable.

Tout péché contre Jésus, même celui de le crucifier sur la croix, peut être pardonné. Souvenez-vous de ses paroles au moment de sa crucifixion. « Père, pardonne–leur, car ils ne savent ce qu'ils font » (Luc 23.34). Ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Ils ne savaient pas qu'ils mettaient à mort le Messie. Ce péché, qu'elle qu'en fût la culpabilité, Dieu pouvait le pardonner parce qu'ils avaient agi par ignorance.

Cela signifie, par conséquent, que le péché contre le Saint Esprit ne peut pas être commis par ignorance. Lorsque vous commettez une telle faute, vous n'êtes plus dans l'ignorance. Il y a donc ici une distinction entre la méconnaissance de la personne du Christ et le rejet délibéré et persistent de sa divinité après l'avoir connue.

Je peux ainsi pécher contre Jésus par ignorance, sans savoir qui il est vraiment. Le nom de Jésus ne signifie rien pour moi. Je peux mépriser les chrétiens. Je peux attaquer l'église. Je peux ridiculiser le christianisme. Malgré tout cela, je peux encore bénéficier du pardon de Dieu. Paul a bien connu cette expérience-là. L'apôtre Paul avoue en (1Timothée 1.13) qu'il a été un blasphémateur envers Dieu avant qu'il ne se convertisse. « Il dit, Moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent. Mais j'ai obtenu miséricorde, parce que j'agissais par ignorance, dans l'incrédulité ». Par ces paroles, Paul reconnaît trois fautes : il a blasphémé, persécuté et attaqué Jésus. Malgré tous ses torts, Dieu lui a quand même manifesté sa miséricorde. Pourquoi le Seigneur lui a-t-il pardonné ses péchés ? Parce que Paul a persécuté l'église ‘par ignorance' et ‘dans l'incrédulité.' L'ignorance et l'incrédulité ne peuvent excuser les actes outrageux de Paul envers les croyants mais elles expliquent pourquoi Dieu l'a traité avec miséricorde.

En nommant ses propres péchés, Paul montre qu'il n'était pas un pécheur opiniâtre. Il n'a pas péché contre l'Esprit Saint même si on pourrait qualifier sa conduite de barbare. Voyez-vous, son cœur n'a jamais cessé d'être ouvert à Dieu. Il ne savait pas que Jésus était le Christ. En persécutant les chrétiens, il pensait sincèrement rendre service à Dieu.

Avec tout le zèle et l'énergie qu'il possédait, il a alors cherché à défendre l'honneur de Dieu en faisant mourir les chrétiens (Philippiens 3.6). Mais il s'agissait d'un zèle qui reposait sur un mauvais fondement. C'est donc dans ce sens qu'il a agi par ignorance, sans savoir que son zèle causerait tant de tort à Dieu.

L'apôtre Paul s'est toujours efforcé d'avoir une conscience sans reproche. C'est une règle de conduite qu'il s'est exercé à appliquer tout au long de sa vie, même avant qu'il ne devienne chrétien. Il déclara devant le sanhédrin en (Actes 23.1) « Hommes frères, c'est en toute bonne conscience que je me suis conduit jusqu'à ce jour devant Dieu ». Il répéta la même chose en (Actes 24.16) « C'est pourquoi, moi aussi, je m'exerce à avoir constamment une conscience irréprochable devant Dieu et devant les hommes ».

IV/ L'acte volontaire

Retournons au péché qui consiste à blasphémer contre le Saint Esprit. Certains disent que ce péché n'est commis que par des chrétiens. Le non-chrétien, ne connaissant pas le Saint Esprit, ne peut pas se rendre coupable d'un tel crime. Je suis loin de partager cette opinion. Je ne crois pas que le péché contre l'Esprit doit nécessairement être limité aux croyants. Il est possible pour un individu, même s'il n'a jamais entendu parler du Saint Esprit, de commettre ce péché.

Cet avertissement, Jésus l'a adressé aux pharisiens. « Lorsque les pharisiens entendirent cela, ils dirent : « Cet homme ne chasse les démons que par Belzébul, le prince des démons. » (Mat 12-24)

Les pharisiens ont attribué à Satan les œuvres du Seigneur. Et c'est en réaction à cette fausse accusation que Jésus soulève la question du péché impardonnable. S'il y a un groupe de personnes qui ont pu commettre ce péché, ce sont bien les pharisiens. Or les pharisiens n'étaient pas pour la plupart des croyants dans le sens d'être des disciples de Christ. Ils pratiquaient la religion avec beaucoup de minutie, certes. Ils connaissaient l'existence de l'Esprit de Dieu mais ils n'étaient pas sauvés pour autant. Jésus les accuse d'avoir un cœur malsain, les qualifiant au v. 34 de « vipères » à cause de leurs paroles malveillantes. Il va jusqu'à les prévenir du crime impardonnable qu'ils étaient sur le point de commettre.

Comment les pharisiens ont-ils pu aller jusque-là ? Le Seigneur Jésus dit en (Marc 3.29) « Quiconque blasphémera contre le Saint–Esprit n'obtiendra jamais de pardon : il est coupable d'un péché éternel ». Vous vous souviendrez que dans l'évangile de Matthieu, nous avions la phrase, Il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir (Matthieu 12.32). Ce verset a exactement la même signification que celui en Marc. Il est coupable d'un péché éternel. Le péché éternel est donc un péché pour lequel il n'y a pas de pardon. Il ne pourra jamais être effacé, ni dans cette vie ni dans le monde à venir.

Marc nous explique pourquoi les pharisiens et les scribes sont en danger de subir ce redoutable jugement. V. 30 : Jésus parla ainsi (à propos du péché éternel) parce qu'ils disaient : Il est possédé d'un esprit impur. En attribuant au diable les miracles accomplis par Jésus, ceux-ci avaient péché contre le Saint Esprit. Prenez note que les pharisiens n'ont même pas mentionné le nom du Saint Esprit. Alors comment ont-ils pu blasphémer contre lui ? Ils ont attaqué le Saint Esprit par insinuation. Les pharisiens avaient accusé Jésus de faire des prodiges par la puissance du diable. En vérité, c'est par la puissance de l'Esprit que Jésus opérait les miracles (Matthieu 12.28). Les pharisiens qualifiaient donc le Saint Esprit de Satan ! C'est pourquoi Jésus lança un sévère avertissement à tous ceux qui, comme eux, blasphémeraient contre l'Esprit de Dieu.

Mais pourquoi, en agissant de la sorte, se rend-on coupable d'un péché éternel ? Examinons la situation. Pensez-vous que les pharisiens et les scribes ont accusé Jésus dans l'ignorance de ses pouvoirs divins ? Pas du tout. Ils ont refusé d'admettre la vérité, sachant que la puissance de Jésus ne provenait pas de Satan. Ils ont délibérément discrédité le travail de l'Esprit même s'il n'y avait pas d'autres façons d'expliquer l'exorcisme dont ils venaient d'être témoins. Ils savaient pertinemment que la puissance de Dieu était en Christ dans ce miracle mais ils ont quand même nié cette vérité en déclarant publiquement que Jésus détenait son pouvoir du diable.

On peut noter l'explication du rejet volontaire, de l'abandon des lois divines, la désobéissance dans (Hébreux 10 :26-27) nous pouvons lire : « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. »

Prière :

Nous confessons nos péchés au pied de ta croix Seigneur Jésus. Nous t'ouvrons notre cœur et t'exposons tout ce qu'il y a de mauvais à l'intérieur car nous croyons que Tu ne nous jugeras pas.

Nous venons en toute humilité te demander pardon pour tout le mal que nous avons fait qui t'a certainement déplu et qui nous a éloigné de Toi. Nous te demandons pardon car nous t'avons offensé. Nous t'exprimons nos sincères regrets et ne voulons plus recommencer. Confesser à Dieu le/les péché(s) commis. Etre précis. Ne pas dire juste « pardon Seigneur pour toutes les mauvaises choses que j'ai faite! » dire exactement ce qu'on a fait. 

Nous te demandons la force de résister aux tentations du Malin. Accorde-nous ton aide, car les pièges de l'ennemi sont nombreux et subtiles.

Nous reconnaissons que nous nous sommes laissés dominer par des pensées négatives, nous reconnaissons que nous fréquentons des personnes qui ne nous aident pas toujours à vivre selon les principes de ta Parole. Mais Toi, notre Père, Tu es plus important que notre famille, que nos amis, aide-nous à nous relever. Aide-nous à nous éloigner des personnes qui ont une mauvaise influence ou qui nous induisent en erreur.

Nous refusons de continuer à vivre ainsi. Nous rejetons les paroles, les actes ou les désirs contraires à ta loi éternelle… Nous ne voulons plus t'offenser Seigneur.

Aujourd'hui, nous prenons un nouveau départ avec un cœur sincère. Nous décidons de suivre tes principes et tes recommandations. Nous acceptons ton Fils Jésus Christ dans notre vie.

Nous ne voulons pas perdre les bénédictions qui nous sont réservées en continuant à vivre dans l'impureté et l'impudicité.

Nous nous repentons et nous nous engageons Seigneur Jésus « avec ton aide », à abandonner le péché.

Amen.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

LES AMIS DU SAINT SACREMENT