Le 28 mai 2020 treizième dimanche du temps ordinaire - Hozana

Le 28 mai 2020 treizième dimanche du temps ordinaire

123241-le-28-mai-2020-treizieme-dimanche-du-temps-ordinaireEvangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10, 37-42

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. Qui vous accueille m'accueille ; et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d'eau fraîche, à l'un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

Homélie de l'Abbé H. Savournin

Les propos de Jésus que nous venons d'entendre, sont surprenants et même brutaux. Il utilise des formules lapidaires qui dictent des exigences excessives et inhumaines.

  • « Qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi. »
  • « Qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n'est pas digne de moi. »
  • « Qui veut garder sa vie la perdra. »

1) L'amour vrai est exigeant

Jésus ne cherche évidemment pas à négliger l'amour que nous devons à nos parents. Au contraire, dans un autre passage de l'évangile, il dénonce l'hypocrisie de certains pharisiens qui, sous prétexte de servir Dieu, privent leurs familles de leur héritage légitime.

Dans ce passage, il nous invite à aimer nos proches, non point selon les critères de la terre, mais à la manière de Dieu.

Cette façon d'aimer nous la découvrons dans la lettre aux Romains : « Pensez que vous êtes morts au péché, et vivants pour Dieu en Jésus Christ ». Par le baptême, nous mourons au mal, pour ressusciter à une vie nouvelle. Et dans le domaine des affections familiales, adopter un comportement nouveau c'est aimer dans l'ordre. Il y a des hiérarchies dans l'amour. Il n'y a pas d'amour vrai sans des choix exigeants.

Nous admettons tous qu'il est anormal

  • d'aimer plus sa voiture que sa femme,
  • de préférer son chien à son enfant ou
  • la télévision à un dialogue familial !

Quand Jeanne d'Arc commente l'exigence de Jésus par cette phrase célèbre « Messire Dieu premier servi ! », elle nous donne une des lois les plus importantes de l'amour. En aimant Dieu par-dessus tout, on donne à tous ses autres amours leur socle solide.


2) L'amour vrai est accueillant

Nous avons toujours tendance à nous évader dans de belles idées. Jésus, lui, ramène toujours au concret et à la simplicité. Il parle d' « accueillir », de « donner un simple verre d'eau fraîche ». La femme de Sunam invitait le prophète Elisée « pour qu'il vienne manger chez elle ».

Dans notre monde d'anonymat, ces simples gestes d'hospitalité ne sont pas si faciles. Accueillir l'autre et se laisser accueillir par lui, ouvrir sa porte et ne pas fermer son coeur : ce ne sont pas là des actions d'éclat, mais des gestes modestes qui sauvent le monde.

Ste Thérèse de Jésus, qui un jour dans le couloir de son carmel de Lisieux, s'incline jusqu'au sol pour recueillir une aiguille écrira plus tard dans son livre « histoire d'une âme » : « Ramasser une aiguille par amour peut sauver le monde », est la sainte de la vie quotidienne. Elle parle de la sainteté du quotidien, de la fidélité aux petites choses, sans éclat, toute remplie d'amour. Elle évoque la voie divine sous les apparences les plus humaines.

Le moindre comportement, lorsqu'il est rempli d'amour de Dieu, a une valeur d'éternité.  Voilà une « bonne nouvelle » pour notre temps.


Prière universelle

Le Célébrant :   

Nourris de la même parole, rassemblés dans la même foi, présentons au Père nos intentions de prière.


1) Seigneur

C'est par l'Eglise que Tu veux nous enseigner et nous faire progresser dans la Vérité. Souviens-toi de l'Église que tu as voulue fidèle aux motions de l'Esprit Saint. 

Dieu de Miséricorde, nous Te prions.


2) Seigneur, 

Pour les familles qui s'ouvrent à l'accueil des prêtres pour les soutenir. Souviens-toi de ceux qui peinent. 

Dieu de Miséricorde , nous Te prions.



3) Seigneur,

Viens, à notre secours, par les sacrements qui nous donnent la force de lutter et de vaincre le mal. Souviens-toi de ceux qui se mettent au service des plus démunis ou des personnes malades. 

Dieu de Miséricorde, nous Te prions.



4) Seigneur,

Nous sommes réunis autour de ton autel sacré. Souviens-toi de nous-mêmes qui sommes appelés à nous ouvrir à l'accueil des plus faibles pour servir comme le Christ. 

Dieu de Miséricorde, nous Te prions.


Le Célébrant : 

Dieu de toute bonté, viens au secours de ceux qui espèrent en ta miséricorde : soutiens-les en cette vie et conduis les aux joies de l'éternité.

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader