Quatrième jour : demandons la grâce du discernement - Hozana
L'équipe d'Hozana

L'équipe d'Hozana dans Prions pour les couples en espérance d'enfant

Publication #4Initialement publiée le 3 juin 2020

Quatrième jour : demandons la grâce du discernement

La vie est un défi, relève-le - Sainte Mère Térésa

Méditation audio

[ TEXTE DE LA MÉDITATION CI-DESSOUS : ]

« Et maintenant que faire ? »… « Quelles démarches entreprendre ? »… « Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour avoir des enfants ? »…

De multiples questions auxquelles le couple en espérance d'enfant est confronté un jour ou l'autre. Les propositions de la société ou du corps médical sont multiples et dépendent de chaque situation particulière : infertilités, maladies génétiques ou chroniques, fausses-couches à répétition, deuils périnataux ou toutes autres situations empêchant ou compliquant la procréation.

Que de tiraillements peuvent naitre face aux différents chemins qui se présentent ! Dans le domaine de la transmission de la vie, notre conscience est d'autant plus sollicitée. Comment concilier désir d'enfant et respect de la vie, respect de soi ? Chaque question en appelle une nouvelle et cette spirale de questions peut être très éprouvante pour soi et pour le couple. Comme devoir trouver une clé dans un épais brouillard !

Le don du discernement est précieux dans cette période, il est une grâce qui vient de la présence du Saint Esprit en nous. Cette grâce du discernement est proche de l'esprit de Sagesse dont nous parle la Bible. Ainsi dans le livre de la Sagesse justement, dans l'Ancien Testament, il nous est rapporté « Aussi j'ai prié, et le discernement m'a été donné. J'ai supplié, et l'esprit de la Sagesse est venu en moi. » (Sagesse, 7, 7)

La grâce du discernement se demande pour permettre de découvrir ce que Dieu désire pour nous et pour notre bonheur. Le Seigneur n'est pas venu ni expliquer ni justifier la souffrance, mais la porter avec nous. Il veut nous faire participer à son œuvre d'amour et nous voir heureux malgré la souffrance. Il est notre compagnon de route.

Pour certains couples, la question de l'aide médical à la procréation va se poser. Les dernières décennies ont vu d'énormes progrès scientifiques en matière de traitement de la fertilité. Parfois l'engrenage médical est rapide pour les couples, sans qu'ils aient bien pris le temps de savoir où ils mettent les pieds, quelles seront les conséquences des traitements et de leurs démarches. Les questions éthiques peuvent être vertigineuses.

Pour d'autres couples, la perspective de l'adoption va être interrogée. De même que tous les célibataires ne sont pas appelés à la vie religieuse consacrée, tous les couples en espérance d'enfant ne sont pas appelés à l'adoption. C'est un chemin particulier pour les parents qui se sentent appelés à cette fécondité.

Pour les couples qui décideront de ne pas se tourner ni vers la médecine ni vers l'adoption, un autre discernement sur leur chemin de fécondité sera à explorer.

Face à toutes ces expériences de vie et aux possibles voies proposées, Dieu laisse aux couples leur pleine liberté. Mais il envoie son esprit de Sagesse à ceux qui le prient pour discerner leur propre chemin, celui qui les mènera vers une consolation durable.

Pour cela, il est nécessaire de ralentir et de se poser. L'écoute et le respect de son for interne nécessite le silence et le retrait de la vie quotidienne, souvent vécue à cent à l'heure. Dans sa posture, le discernement est à contre-courant de ce qui est le plus souvent proposé par notre société de l'immédiateté et de l'instantané.

« Celui qui veut construire une tour commence par s'asseoir pour calculer » nous dit en substance l'Évangile de Luc (14, 28) !

Un critère de discernement qui peut guider la réflexion des couples pourrait être : telle perspective provoque-t-elle en nous de la consolation ou de la désolation, de la paix ou de l'angoisse ? quel chemin d'espérance ouvre ce choix ?

Confions au Seigneur le discernement de ces couples. Qu'Il envoie son esprit de sagesse et que par la prière chacun puisse reconnaître son chemin de fécondité pour relever le défi de la vie !

(par Clémence Delorme, conseillère conjugale et familiale)


Témoignage

Mon épouse et moi avons une famille entre Ciel et Terre.

Nous avons perdu notre première fille à la naissance après une grossesse durant laquelle une pathologie inexpliquée, affectant le cœur et le développement de l'enfant, s'est déclarée. Nous avons ensuite eu une deuxième fille qui se porte très bien. Puis, une troisième fille s'est annoncée dont la grossesse a présenté les mêmes pathologies qui avaient affecté notre premier enfant. Nous l'avons également perdue à sa naissance.

Après plusieurs mois de recherches, le corps médical a pu apporter une explication et nous a appris que nous sommes tous deux porteurs d'une même anomalie génétique rare qui se transmet avec une probabilité de 1 pour 4. Pourquoi nous ? Pourquoi nous deux ensemble ?

Portés par notre désir de voir notre famille s'agrandir sur Terre, la question du ‘'Comment ?'' s'est posée. Elle se posait d'autant plus largement que plusieurs options existent: aide médicale, adoption, autre forme de fécondité, conception naturelle d'un nouvel enfant avec la probabilité de complications que nous connaissions …

Se demander comment faire, quelle suite donner à la construction de notre famille, se renseigner, imaginer, débattre, se projeter, partager nos points de vue avec mon épouse… ont été pour moi autant de moments vécus à deux et d'actes de Vie posés ensemble pour poursuivre notre chemin après l'épreuve du deuil.

Comment poursuivre le chemin malgré les embûches de la génétique ? Comment espérer encore quand on a souffert ? Comment se projeter avec les incertitudes qui se présentent ?

Au cours d'une retraite, alors que je demandais au Seigneur ‘'Comment faire ? Indique-nous le chemin !'', c'est avec la question : ‘'Rémy, pourquoi as-tu peur ?'' que Dieu m'a répondu. Avec cette question, et par la grâce du discernement, le Seigneur m'a entraîné dans un voyage intérieur. Par la prière, sa Parole et l'Esprit Saint, j'ai réalisé comment des blessures personnelles m'empêchaient de vivre dans l'Espérance et la Confiance. Ce discernement m'a amené à soigner ces blessures et à m'en libérer. Notre couple s'en est trouvé fortifié et apaisé.

Après ce discernement, nous avons pris la décision de faire confiance à la vie et de concevoir un nouvel enfant naturellement. Certains ont dit « folie », d'autres « pari », d'autres encore « négligence ». Nous, nous nous sentions appelés à nous abandonner. « N'ayez pas peur » résonnait en nous ! C'est avec une grande joie que nous avons accueilli une quatrième fille en bonne santé.

Après ce temps de discernement, il me reste ce voyage intérieur dans lequel Dieu m'a entraîné, source d'une Paix toujours plus grande et qui se poursuit aujourd'hui pour mon plus grand bonheur.

Rémy


Chant pour se recueillir

Pour conclure, prenons ensemble la belle prière pour les couples en espérance d'enfant en cliquant sur le bouton "je prie".

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Premier jour : demandons la grâce de l'espérance

Publication #1Initialement publiée le 31 mai 2020

Deuxième jour : demandons la grâce de l'acceptation

Publication #2Initialement publiée le 1 juin 2020

Troisième jour : demandons la grâce de la bienveillance envers soi-même

Publication #3Initialement publiée le 2 juin 2020

24 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader