Facebook PixelJour 8 - Aimer - Hozana
Priscille

Priscille dans Accueillons la joie d'être femme !

Publication #8Initialement publiée le 15 juin 2020

Jour 8 - Aimer

Jour 8 - Aimer

Droits réservés Abbaye de Boulaur

Méditation

Claire aime. 

Depuis son plus jeune âge, sa capacité à déployer de l'affection, de la considération, de l'amitié, de l'attention envers ceux qu'elle croise, de prêt ou de loin, est immense et déborde. Elle aime. Élevée de façon bienveillante par des parents profondément aimants, Claire leur voue un amour filial spontané, sincère et plein de respect qu'elle exprime dans de nombreuses lettres : « Je ne suis pas « d'ambiance » à faire des phrases, mais vous savez combien je suis capable de reconnaissance à votre égard. Vous êtes au poil, géniaux, mais vraiment au poil ! Merci ! Merci beaucoup pour tout. » (lettre à ses parents du 9 octobre 1972, à 18 ans). 

Claire sait qu'elle est aimée pour ce qu'elle est. Même imparfaite. Elle ne remet jamais cette croyance en cause. Claire a suffisamment confiance en ses parents pour accueillir les remarques désagréables comme les marques d'affections sincères destinées à la faire mûrir. 

Mais à 18 ans, cet amour parental ne suffit plus, ce qui est tout à fait normal. Claire tombe amoureuse de Xavier, le frère de sa chère amie Anne : « Je dis à maman que j'aime Xavier. Très peu encourageante, mais compréhensive. » (Agenda de Claire du 18 janvier 1971). Claire est discrète, elle ne manifeste pas ses sentiments auprès de ce jeune homme de 4 ans son aîné, observe et se confie à nouveau dans ses lettres et notamment à sa sœur Pauline, de qui elle se sent proche : « J'aimerais bien que tu connaisses Xavier. J'ai de plus en plus l'intuition que nous sommes nés l‘un pour l'autre. Peut-être que je me trompe. Il faudrait qu'il ait cette même intuition, et pour l'instant, rien ne le fait voir. Mais mille détails me montrent seulement que je ne lui suis pas antipathique. » (lettre à sa soeur Pauline du 28 novembre 1971). Mais pour Xavier, Claire est une amie de sa sœur, il ne s'aperçoit même pas qu'elle est amoureuse de lui et, durant l'été 1972, il tombe amoureux d'une jeune femme qu'il épousera quelques temps plus tard.

Claire doit renoncer à cet amour et accepter que Xavier puisse en aimer une autre. C'est une profonde et douloureuse déception qu'elle n'hésite pas à confier à l'oreille attentive de son oncle religieux, Jean. Claire est cohérente : ce qu'elle vit, que ce soit dans la joie ou dans la peine est accueilli, travaillé et remis à Dieu. Ainsi, elle saura se réjouir pleinement de ce mariage tout en acceptant la pauvreté de sa blessure : « Il faudrait des lunes avant que mon cœur soit complètement vidé de lui » (lettre à sa sœur Pauline du 20 septembre 1972). 

Trois fois Claire tombera amoureuse, et trois fois elle devra renoncer pour différente raisons. La question de l'engagement dans le mariage la préoccupe, elle en parle avec ses amis. Elle réjouit à l'annonce des bonnes nouvelles : « Tu ne peux t'imaginer à quel point je suis heureuse de tes fiançailles » écrit-elle à une amie (lettre du 28 janvier 1974). 

Mais cela la renvoie aussi à sa solitude et là la question de sa propre vocation. De ces années, elle en sortira grandie, ajustée, plus mesurée dans sa relation à l'autre, dans sa relation à Dieu. Elle a confiance. 

Proposition de réflexion

  • Je peux confier mon désir d'aimer et prier pour que ma disponibilité de cœur reste à l'écoute du projet de Dieu. 

  • Si je suis amoureuse, je peux confier cette relation afin que le Seigneur puisse m'aider à discerner ce que j'ai envie de vivre tout en restant cohérente avec mes valeurs, comme Claire l'était.  « Est-ce que cette relation me fais grandir ? Est-ce que je suis joyeuse ou triste ? Est-ce que je me sens libre ? Suis-je en accord avec mes valeurs et ce que je veux vivre ? »

Défi du jour

  • Tu peux écrire le prénom d'un garçon que tu aimes sur un morceau de papier, avec lequel la relation est simple ou peut-être compliquée, et déposer ce papier dans une Église, sous une statue, pour le confier à  Dieu !

  • Ou encore, tu peux penser à un couple qui t'inspire et réfléchir pourquoi.

Pour continuer la journée dans la louange

avec ce chant d'amour de Marie-Madeleine



Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Jour 7 - L'Homme

Publication #7Initialement publiée le 14 juin 2020

Jour 6 - L'Amitié

Publication #6Initialement publiée le 13 juin 2020

Jour 5 - La Beauté

Publication #5Initialement publiée le 12 juin 2020

17 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader