Notre-Dame de Fatima - Hozana

Notre-Dame de Fatima

Avant les apparitions de la Sainte Vierge, Lucie, François et Jacinthe ont eu trois visions de l'Ange du Portugal. La première apparition se déroule. L'ange apprend alors aux enfants une prière : « Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je vous aime. Je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas et qui ne vous aiment pas.»  Il apparaît de nouveau pendant l'été 1916, au-dessus du puits de la maison de Lucie, qui nous a rapporté ces paroles : « Priez ! Priez beaucoup ! Les très saints Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde. Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices ». Enfin, la troisième apparition se produit à la fin de l'été, ou au début de l'automne 1916. Lucie raconte : « L'Ange tenait de la main gauche un calice surmonté d'une hostie, de laquelle tombait quelques gouttes de sang dans le calice. » : « Prenez et buvez le Corps et le Sang de Jésus-Christ horriblement outragé par l'ingratitude des hommes. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu. »


L'année suivante, la Vierge apparaît six fois aux enfants, aux alentours de midi à la Cova da Iria, à deux kilomètres et demi de Fatima, sur un petit chêne vert. Les enfants ne sont pas témoins de la même manière : en effet, François voyait mais n'entendait pas, la petite Jacinthe voyait et entendait et Lucie parlait à la Vierge. C'était « une Dame toute vêtue de blanc, plus brillante que le soleil. » Son visage n'était « ni triste ni joyeux, mais sérieux », avec un air de doux reproche ; elle avait les mains jointes, comme en prière, et un rosaire pendait de la main droite. Lucie n'a jamais pu décrire les traits du visage, tant il éblouissait par sa beauté. Le 13 mai 1917, la Vierge demande de prier le chapelet tous les jours « afin d'obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre. ». Un mois plus tard, le 13 juin, elle s'adresse plus directement à Lucie, à qui elle dit : « Jésus veut se servir de toi pour me faire connaître. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. A ceux qui l'embrasseront, je promets le salut ; et ces âmes seront aimées de Dieu. » Le mois suivant, le 13 juillet, son message est clair : « Sacrifiez-vous pour les pécheurs ». Puis ce fut le secret, en trois parties :


- La première partie du secret présente la vision de l'enfer

- La deuxième partie du secret porte sur le châtiment et les moyens de l'éviter. Notre-Dame s'adresse ainsi aux enfants : « Vous avez vu l'enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes seront sauvées et on aura la paix ; je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si l'on satisfait à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, propageant les guerres et les persécutions contre l'Eglise ; les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix. Au Portugal, on conservera toujours le dogme de la foi. » Sœur Lucie a confirmé personnellement, dans sa lettre du 8 novembre 1989, que la Consécration faite par Jean-Paul II le 25 mars 1984 correspondait à ce que Notre-Dame avait demandé.

- La troisième partie du secret (révélée seulement en juin 2000) serait, d'après sœur Lucie, une vision symbolique qui se réfère aux guerres et persécutions contre l'Eglise, du fait de l'impénitence des hommes. Les souffrances particulières du pape y sont soulignées et la puissance d'intercession du martyre de tant de chrétiens : « Il y avait deux anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui approchaient de Dieu. » Suivent de nombreuses invitations à prier le chapelet, le 15 août, puis le 13 septembre devant 20 000 personnes et enfin le 13 octobre : « Je suis Notre-Dame du Rosaire, vous devez continuer toujours à dire un chapelet quotidien. Il faut qu'ils [les pécheurs] se corrigent et demandent pardon pour leurs péchés. »  Ensuite, ouvrant les mains, la Sainte Vierge les fit se réfléchir vers le soleil. Pendant que les voyants assistaient à trois scènes représentant les mystères joyeux, douloureux et glorieux du chapelet, la foule (cinquante à soixante-dix mille personnes) voyait le miracle du soleil : la pluie cessa, les nuages s'entrouvrirent, découvrant le soleil qui brillait d'une intensité jamais vue, mais sans éblouir ; il tournoyait à une vitesse vertigineuse, puis parut se précipiter en zig-zag sur la foule terrorisée. Le tout dura dix minutes.


Lors de ces visites, la Sainte Vierge promeut le culte de son Cœur Immaculé, en l'honneur duquel elle demande la consécration de la Russie (acte « politique ») et la communion des premier samedis du mois (acte privé). Elle insiste très fortement et très souvent sur l'importance de la prière quotidienne, en particulier le chapelet, et des sacrifices, notamment corporels. Elle cherche à inculquer aux enfants un sens aigu du péché comme offense à Dieu, avec son châtiment éternel qu'est l'enfer, et ses conséquences en cette vie (les guerres et les horreurs de la politique athée que sont les « erreurs » de la « Russie »). Elle montre qu'il est possible d'intercéder pour le monde pécheur par la prière et la pénitence.


118964-notre-dame-de-fatima

Notre-Dame de Fatima, priez pour nous !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader