Jeudi 30 avril « Que notre activité missionnaire soit le fruit de notre prière » - Hozana
Missions Etrangères de Paris

Missions Etrangères de Paris dans Prière pour les vocations missionnaires

Publication #5Initialement publiée le 30 avril 2020

Jeudi 30 avril « Que notre activité missionnaire soit le fruit de notre prière »

Jeudi 30 avril « Que notre activité missionnaire soit le fruit de notre prière »

P. Raymond Rossignol, 1985. 


Raymond Rossignol, né en 1928, partit pour la mission de Salem (Inde) en 1954. Il exerça essentiellement à Bangalore où il fut professeur puis recteur du séminaire et directeur de la maison d'édition TPI. Elu supérieur régional des MEP pour l'Inde en  1975, il fut rappelé à Paris comme vicaire général de 1980 à 1992 puis devint supérieur général de 1992 à 1998. Il fut ensuite responsable de la maison d'accueil des prêtres asiatiques de Toulouse avant de se remettre au service de de son diocèse de Montauban.


C'est le Seigneur qui est le Maître de la Mission. La Mission est l'oeuvre de Dieu. Il ne peut y avoir d'efficacité missionnaire si Dieu n'intervient pas. Il faut donc faire appel à Lui.

Mais il y a plusieurs façons de concevoir l'intervention de Dieu et de faire appel à Lui. Je puis former des projets, prendre des initiatives, programmer mon action et demander à Dieu de bénir mon entreprise. Ce faisant, j'ai peut-être oublié que la Mission est l'oeuvre de Dieu et que mon projet n'est pas nécessairement conforme au sien. A mon insu, je suis peut-être en train de demander à Dieu d'entériner ma volonté. Je prie, certes, pour que la Volonté de Dieu arrive, pour que son Règne arrive ; mais j'ai moi-même déterminé les moyens et choisi les méthodes sans chercher d'abord à mieux connaître sa volonté et à vérifier mes intentions, dans la prière. C'est sans doute par là qu'il fallait commencer. En tant que missionnaire, je suis l'envoyé de Jésus. Je me devais donc de chercher d'abord à harmoniser mes projets avec les siens. «Hors de moi, vous ne pouvez rien faire » (Jn 15, 5), nous dit Jésus. Cette mise en garde se rattache à la parabole de la Vigne. Jésus ne parle donc pas seulement de la nécessité d'obtenir son aide pour être efficace. Il parle de la sève qui véhicule la vie, d'un lien organique.

Si donc je veux faire oeuvre utile, en tant qu'envoyé de Jésus, je dois m'assurer que je suis solidement relié à lui par un lien vital. La prière me permet de vérifier l'existence de ce lien, d'en mesurer la solidité, de le consolider. Dans la prière, je puis chercher la volonté de Dieu, lui soumettre mes projets, vérifier mes motivations.  (…)

Prier pour que Dieu bénisse notre activité missionnaire est une excellente chose. Mais prier de telle façon que notre activité missionnaire soit le fruit de notre prière est mieux encore.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

Lundi 27 avril - L'abandon, prière parfaite et liberté véritable

Publication #2Initialement publiée le 27 avril 2020

Mardi 28 avril - La prière, l'abandon à Dieu

Publication #3Initialement publiée le 28 avril 2020

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader