"C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera,.." (Mt 18, 21-35) - Hozana

"C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera,.." (Mt 18, 21-35)

"C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera,.." (Mt 18, 21-35)

Chant final : "Pour vous donner la vie" de la Communauté de l'Emmanuel

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander :
« Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi,
combien de fois dois-je lui pardonner ?
Jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui répondit :
« Je ne te dis pas jusqu’à sept fois,
mais jusqu’à 70 fois sept fois.
Ainsi, le royaume des Cieux est comparable
à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
Il commençait,
quand on lui amena quelqu’un
qui lui devait dix mille talents
(c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser,
le maître ordonna de le vendre,
avec sa femme, ses enfants et tous ses biens,
en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds,
le serviteur demeurait prosterné et disait :
“Prends patience envers moi,
et je te rembourserai tout.”
Saisi de compassion, le maître de ce serviteur
le laissa partir et lui remit sa dette.
Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons
qui lui devait cent pièces d’argent.
Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant :
“Rembourse ta dette !”
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait :
“Prends patience envers moi,
et je te rembourserai.”
Mais l’autre refusa
et le fit jeter en prison
jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
Ses compagnons, voyant cela,
furent profondément attristés
et allèrent raconter à leur maître
tout ce qui s’était passé.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit :
“Serviteur mauvais !
je t’avais remis toute cette dette
parce que tu m’avais supplié.
Ne devais-tu pas, à ton tour,
avoir pitié de ton compagnon,
comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux
jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera,
si chacun de vous ne pardonne pas à son frère
du fond du cœur. »

Source : AELF

Méditation Père Michel Quesnel

En bon oriental, Jésus ne craint pas les exagérations. Un talent représente plus de trente-quatre kilos d’or. Par l’historien juif Flavius Josèphe, on sait que la totalité de l’impôt annuel prélevé par les Romains sur la province de Judée s’élevait à six cents talents. Dix-mille talents est donc une somme qui dépasse, et de loin, toute somme réelle.

Dans cette parabole, le roi représente Dieu, et les serviteurs représentent les humains. Jésus nous fait alors comprendre que nos dettes envers Dieu, une métaphore des torts que nous avons envers lui, sont absolument énormes. En revanche, les dettes existant entre les humains, c’est-à-dire les torts dont nous avons à nous faire pardonner, son minimes : cent pièces d’argent – littéralement cent deniers – cela représente quatre mois de salaire d’un journalier agricole.

Alors, pouvons-nous attendre d’être pardonnés par Dieu si nous ne sommes pas capables de vivre des pardons entre nous ? La réponse est claire : c’est Non. Nous ne pouvons pas attendre de Dieu qu’il nous remette des dettes énormes si nous n’accordons pas le pardon à nos frères. Pour blessés que nous soyons, nous le sommes infiniment moins que Dieu n’est blessé par nos péchés.

Cela peut paraître très radical, tout comme est radicale la punition infligée au serviteur qui ne sait pas pardonner et qui se retrouve livré aux tortionnaires. Jamais, au cours de sa vie, il ne sera en mesure de rembourser ce qu’il doit à son maître.

Pardonner à nos frères humains est une urgence. La rancœur nuit à nos ennemis, et elle nous nuit à nous-mêmes. Elle entretient une négativité qui empêche de bien vivre. Nous devons lutter contre elle de toutes nos forces.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader