"Jésus, comme Élie et Élisée, n'est pas envoyé qu'aux seuls Juifs" (Lc4, 24-30) - Hozana

"Jésus, comme Élie et Élisée, n'est pas envoyé qu'aux seuls Juifs" (Lc4, 24-30)

"Jésus, comme Élie et Élisée, n'est pas envoyé qu'aux seuls Juifs" (Lc4, 24-30)

Chant final : "Jésus, mon sauveur" par EXO et Thierry Ostrini

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Dans la synagogue de Nazareth,
Jésus déclara :
« Amen, je vous le dis :
aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis :
Au temps du prophète Élie,
lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie,
et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre,
il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles,
mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon,
chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée,
il y avait beaucoup de lépreux en Israël ;
et aucun d’eux n’a été purifié,
mais bien Naaman le Syrien. »
À ces mots, dans la synagogue,
tous devinrent furieux.
Ils se levèrent,
poussèrent Jésus hors de la ville,
et le menèrent jusqu’à un escarpement
de la colline où leur ville est construite,
pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux,
allait son chemin.

Source : AELF

Méditation Père Michel Quesnel

La scène se passe dans la synagogue de Nazareth. Jésus a été invité à prononcer l’homélie de l’office du shabbat, et il l’a fait. Dans un premier temps, les auditeurs ont eu une réaction favorable, tout en s’étonnant de la qualité avec laquelle le fils du charpentier local interprétait les Ecritures. Mais ils ne se contentent pas de cela, ils demandent des miracles, et Jésus constate avec regret : « Aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. »

Et il le démontre, toujours en faisant appel aux Ecritures : ce fut le cas pour Elie et pour Elisée, deux prophètes rejetés par les Juifs et bien accueillis par des païens. Ce sera le cas pour lui. Les auditeurs deviennent alors furieux et s’apprêtent à le tuer. La traduction liturgique n’est pas heureuse : elle parle d’une colline sur laquelle la ville est construite, mais le texte grec parle d’une montagne. Or, la ville juive par excellence bâtie sur une montagne, c’est Jérusalem. Par-là, l’évangéliste annonce à l’avance la mort tragique de Jésus, rejeté par les siens.

Nous n’aimons pas que nos hommes de Dieu nous préfèrent des étrangers. Nous voudrions conserver pour nous le réconfort de leur parole et les bienfaits de leur générosité. Mais il n’est pas normal de confisquer l’Evangile à notre profit. Il est destiné à tous les humains. Si nous avons la chance de le connaître, nous avons la responsabilité de le faire rayonner.

Ouvre nos yeux, Seigneur, aux merveilles de l’amour que tu déploies chez les autres. Ouvre nos mains qui se ferment pour tout garder. Persuade-nous, comme le rappelle une parole de Jésus citée dans les Actes des Apôtres, qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

9 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader