Jour 7 - Endurer la peine

Jour 7 - Endurer la peine

Prière du matin

Marie, notre Mère !

« Laisse-toi désigner comme la Reine du monde,

Fais-nous brûler d'un ardent amour pour toi,

Fais que le monde entier s'enflamme à ton service,

pour que tous les peuples trouvent un sûr chez-soi.

Ton saint cœur est pour le monde havre de paix,

signe d'élection et porte du ciel. »

Réflexion

Parfois il y a dans notre vie des moments où ce qui nous fait mal devient simplement insupportable. Quand les coups du sort se succèdent, quand il y a eu tellement de blessures dans les rapports avec les autres, que rien ne vas plus…Ce n'est pas qu'il nous manque alors la volonté de paix et de réconciliation, simplement nous n'en pouvons plus. Celui qui n'a pas connu cela encore, le connaîtra peut-être plus tard.

Même le Père Kentenich a fait l'expérience de ses limites ; par exemple, à Dachau, la faim l'avait conduit à une telle extrémité, qu'un codétenu lui dit : « Vous n'en avez plus pour longtemps » « Non, encore quelques semaines, répondit-il. »

Il y a beaucoup de photos du Père Kentenich, des centaines. Sur beaucoup de photos on le voit souriant. A la fin des années 50 on put voir de lui une photo sur laquelle il était très, très sérieux : on voyait que cet homme souffrait. 

La souffrance –c'est le Père Kentenich qui le dit- est une tendresse du Bon Dieu, parce que par-là Dieu veut nous appeler encore plus près de lui. Les gens qui s'aiment tiennent cachées leurs tendresses, ainsi en est-il de nous. Et quand cela ne va plus du tout, nous nous unissons à Jésus au Golgotha et avec lui, nous appelons : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » (Marc 15,34) « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » (Luc 23,46)

On ne comprend plus mais l'amour demeure. Il grandit en nous quand à la soumission fait place l'acceptation, quand la tension s'apaise et que notre cœur rencontre un « Toi » Nous disons alors quand cela ne va plus : Père, tu peux. Derrière les choses incompréhensibles, derrière les hommes qui nous font mal, nous voyons la main de notre Dieu. 

Nous gardons notre calme en pensant, dans la foi, qu'il nous est particulièrement proche dans la souffrance et que, en fin de compte, il tient tout dans ses mains.

Suggestion pour la journée  

Je vis aujourd'hui pour la paix !

Je cherche la souffrance qui est, a été, ou sera pour moi très grave, dans le passé, aujourd'hui ou à l'avenir, et je dis : Père, tu peux.

Prière du soir

Tu es tellement impénétrable, mon Dieu. Parfois je ne te comprends pas, mais je voudrais t'aimer. Il y a des moments où montent en moi le désespoir et la tentation de dire : Là il n'y a rien à faire. Donne-moi la force de ne pas abandonner et de continuer le combat. Aide-moi à te voir et à t'aimer derrière les événements incompréhensibles et derrière les hommes qui me font mal. Choisis l'art et la manière de me toucher avec douceur. Aide-moi à tenir bon dans la souffrance, fais grandir mon amour et accueille toute chose pénible comme ma contribution à la paix. Accorde au monde ta paix. Amen !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

78 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader