Facebook Pixel"Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d'Hérode !" (Mc 8, 14-21) - Hozana

"Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d'Hérode !" (Mc 8, 14-21)

"Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d'Hérode !" (Mc 8, 14-21)

Chant final : "Assez de pain pour notre coeur" par Jean Humenry

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
les disciples avaient oublié d’emporter des pains ;
ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.
Or Jésus leur faisait cette recommandation :
« Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens
et au levain d’Hérode ! »
Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains.
Jésus s’en rend compte et leur dit :
« Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ?
Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ?
Vous avez le cœur endurci ?
Vous avez des yeux et vous ne voyez pas,
vous avez des oreilles et vous n’entendez pas !
Vous ne vous rappelez pas ?
Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes,
combien avez-vous ramassé
de paniers pleins de morceaux ? »
Ils lui répondirent :
« Douze.
– Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille,
combien avez-vous rempli de corbeilles
en ramassant les morceaux ? »
Ils lui répondirent :
« Sept. »
Il leur disait :
« Vous ne comprenez pas encore ? »

Source : AELF

Méditation du Pasteur J.P. Sternberger

Décidément, ces disciples ne comprennent rien, ils ne saisissent pas le sens des paroles de Jésus, ils sont sans intelligence, ils ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n'entendent rien… et je me sens comme eux.

Car je l'ai lu : avec cinq pains, Jésus a nourri cinq mille personnes, on a emporté douze paniers pleins des morceaux. Un autre jour, sept pains ont pu rassasier quatre mille convives et on a emporté sept paniers pleins des restes du partage.

Jésus veut-il rassurer les disciples en leur rappelant qu'avec un tel maître, ils ne risquent pas de mourir de faim ? Veut-il souligner que les cinq pains sont comme les cinq livres de la Thora avec lesquels on peut remplir douze panier pour nourrir les douze tribus d'Israël, et encore que les sept autres pains sont comme les sept jours de la création avec lesquels il est possible de nourrir les quatre mille personnes venant des quatre horizons du monde ? Veut-il dire encore autre chose ?

L'évangile me laisse non sur ma faim mais sur l'insatisfaction d'ignorer quelle lecture adopter. Alors, je suis aussi stupide que les disciples devant un évangile ici resté ouvert. Ouvert à toutes les interprétations.

Que veux-tu dire Seigneur que je ne sais entendre mais que j'ai encore à apprendre, à interroger, à méditer, à partager avec mes savoirs et mes incertitudes. Demain à nouveau, j'interrogerai les Écritures. Et toi, alors, tu me diras.

amen

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

7 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader