Facebook PixelNeuvaine à Ste Thérèse d'Avila, 4ème jour. - Hozana
Jean Marie

Jean Marie dans Soli Deo

14 février 2020

Neuvaine à Ste Thérèse d'Avila, 4ème jour.

Neuvaine à Ste Thérèse d'Avila,  4ème jour.

Chers amis, perséverons dans notre prière. 

Si le Coronavirus est l'occasion de souffrances nombreuses, ne manquons pas de voir les Grâces que sa Majesté accorde également. 

Demeurons donc fermes dans notre prière et notre foi.


Ô ma bonne Mère, que faut-il donc de plus ? Mes jours se dissipent, mes années s'écoulent ; hélas ! que me restera-t-il à donner à Dieu ? Vos filles elles-mêmes ne me trouveront-elles pas trop âgée ? Ouvrez-moi donc enfin, ô ma Mère, ouvrez-moi la porte de votre maison, tracez-moi la route, frayez-moi le chemin, aplanissez-moi tout obstacle ; dès le premier pas, j'ai besoin de tous vos secours pour me déclarer à celui dont le consentement m'est nécessaire ; faites-moi naître une occasion favorable, préparez-moi son cœur, disposez-le à m'écouter, défendez-moi de sa tendresse, défendez-moi de la mienne, donnez-moi avec le courage de lui parler, des paroles persuasives qui vainquent toutes ses répugnances ; mettez-moi sur les lèvres ce que je dois lui dire, ce que je dois lui répondre ; parlez-lui vous-même pour moi, et répondez-moi pour lui. Vous obtîntes autrefois tant de grâces pour rompre les liens qui vous retenaient dans le monde ; vous en obtenez tant de pareilles pour vos filles ; intercédez donc aussi pour moi, ô ma Mère, et dites à mon cœur, avant que je sorte d'ici, que je puis parler quand je voudrai et que le cœur du Roi est incliné à mes vœux ; mais, ma sainte Mère, comment apprendra-t-il ma résolution ? Y consentira-t-il ? La verra-t-il s'exécuter sans être touché de Dieu, et sans retourner entièrement vers lui. Moi Carmélite et le Roi tout à Dieu. Quel bonheur ! Dieu le peut, Dieu le fera, ô ma sainte Mère, si vous le lui demandez. Hélas ! il le ferait même pour moi, si j'avais autant de foi que de désir ; ah ! je crois, ô mon Dieu, je crois, ô ma bonne Mère, présentez ma foi aux pieds de votre divin Époux ; qu'elle croisse, qu'elle s'augmente entre vos mains, et qu'elle égale la vôtre ; et comme elle a mérité des miracles, après cela qu'aurais-je à désirer ? Mourir, et mourir Carmélite ; et laisser ici-bas toute ma famille dans le chemin du Ciel.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader