"Ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur" (Mc 7, 14-23) - Hozana

"Ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur" (Mc 7, 14-23)

"Ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur" (Mc 7, 14-23)

Chant final :"'Laissons la présence" de Benoît Collet

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait :
« Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme
et qui entre en lui
ne peut le rendre impur.
Mais ce qui sort de l’homme,
voilà ce qui rend l’homme impur. »
Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison,
ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole.
Alors il leur dit :
« Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ?
Ne comprenez-vous pas
que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors,
ne peut pas le rendre impur,
parce que cela n’entre pas dans son cœur,
mais dans son ventre, pour être éliminé ? »
C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments.
Il leur dit encore :
« Ce qui sort de l’homme,
c’est cela qui le rend impur.
Car c’est du dedans, du cœur de l’homme,
que sortent les pensées perverses :
inconduites, vols, meurtres,
adultères, cupidités, méchancetés,
fraude, débauche, envie,
diffamation, orgueil et démesure.
Tout ce mal vient du dedans,
et rend l’homme impur. »

Source : AELF

Méditation du Père Bernard Devert

« Ecoutez-moi tous, dit Jésus, comprenez bien, rien de ce qui est extérieur à l’homme, qui pénètre en lui, ne peut le rendre impur. Seul, ce qui sort du cœur de l’homme peut être impur ».

Derrière nous, il y a nos origines animales et devant nous, nos origines humaines.

L’impureté c’est refuser de naître à notre humanité, de passer de son moi-chose, préfabriqué, à cette ouverture d’esprit qui met à distance notre animalité.

Enfermés, emmurés, nous le sommes quand nous refusons de prendre notre part dans l’acte de création.

Impurs, quand nous encombrons ce monde de nos aliénations et culpabilisations pour ne pas croire au pardon que Dieu nous offre, sans condition aucune.

Impurs, quand nous refusons de pardonner, pour refuser de vivre de la résurrection du Christ.

Impurs, quand nous refusons à l’autre un avenir pour ne pas accepter qu’il ait pu changer.

Impurs, quand nous refusons à celui qui est différent de trouver une place.

La pureté, c’est aimer encore, parfois malgré tout, pour s’en remettre en Christ qui a tout remis entre les mains du Père.

La pureté est le déjà-là de nos vies dès lors que l’on accepte d’apprendre à aimer : un long et rude apprentissage ; il n’est pas sans lumière.

La vraie pureté n’est pas une simple exigence morale pour être le fruit de ce travail intérieur qui, libérant les regards, faisait dire à Saint-Exupéry dans la lettre à un otage : ‘ les miracles véritables, qu’ils font peu de bruit !

La pureté fait du bien.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader