Facebook PixelPlaintes d’amour - Bienheureuse Dina Bélanger - Hozana

Plaintes d’amour - Bienheureuse Dina Bélanger

Plaintes d’amour

Jésus, Jésus, quel martyre indicible
De t’aimer tant et de t’aimer si peux !
De ton amour la flamme inextinguible
Brûle en mon âme avec l’ardeur du feu.

Ah ! Que je souffre ! Oui c’est une torture…
Et plus je souffre, oh ! plus j’ai de bonheur !
Toi seul, Jésus, tu sais ce que j’endure…
Garde–moi bien consumée en ton Cœur.

Le jour, la nuit, je languis, je soupire,
Et c’est vers Toi que montent mes élans ;
Ah ! Je t’appelle… Oh ! que je te désire !...
Je pleure… hélas ! encor, toujours, j’attends…

Comme un oiseau prisonnier en sa cage
Je vis sur terre, ô mon divin Époux ;
Oui je voudrais déchirer le nuage
Pour rencontrer ton regard pur et doux.

Jésus, Jésus, je t’aime ! Ah ! que je t’aime !
Ton nom béni seul me fait tressaillir ;
Quand donc enfin, Jésus, mon Bien suprême,
Vais-je t’aimer assez pour en mourir !

J’ai soif de Toi ! d’une soif dévorante,
J’ai faim, j’ai faim de ton amour, de Toi ;
Prends donc pitié de ma fièvre brûlante,
Pour l’apaiser, mon Jésus, viens à moi.

Ah ! que je souffre et que je suis heureuse !
Mon dur martyre est un fleuve de paix ;
Et si ma joie est bien mystérieuse
Le pur amour en a tous les secrets.

Puisqu’il me faut ici-bas encor vivre,
Oui, je le veux, selon ta volonté ;
Anéantie en ton Cœur, je me livre
Aux saints excès, Jésus, de ta bonté.

Et laisse-moi, loin de Toi, sur la terre,
Si tu le veux, durant l’éternité :
Mon seul vouloir, Jésus, c’est de te plaire,
Et tes désirs font ma félicité.

Non, d’un moment, n’abrège pas ma vie,
Ferme l’oreille à mes plaintes d’amour ;
Mais soutiens-moi par ta grâce infinie
En attendant de m’admettre à ta Cour !

Bienheureuse Dina Bélanger (1897-1929)
(Le 1er novembre 1924, à la Toussaint)

 

Partagez en commentaire vos prières préférées !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

17 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader