2020 03 26 - Onzième Heure - 03h à 04h - Hozana

2020 03 26 - Onzième Heure - 03h à 04h

2020 03 26 - Onzième Heure - 03h à 04h

Onzième Heure : de 03h à 04h

Prions

Ô mon Seigneur Jésus-Christ, prosterné devant toi, je supplie ton Cœur infiniment amoureux de bien vouloir m'admettre à la méditation des Heures douloureuses de ta Passion durant lesquelles, par Amour pour nous, tu voulus souffrir dans ton Corps adorable et dans ton Âme infiniment sainte, jusqu'à mourir sur la Croix. Daigne me donner ton aide, ta grâce, ton amour, ainsi qu'une profonde compassion à ton endroit et une profonde compréhension de tes Souffrances, pendant que je méditerai sur la onzième Heure. 

Et pour les Heures sur lesquelles je ne pourrai pas méditer, c'est-à-dire celles pendant lesquelles je serai contraint(e) soit de m'appliquer à mes devoirs journaliers, soit de m'adonner au sommeil, je veux t'offrir la volonté que j'ai de méditer aussi sur elles. Accepte, ô Seigneur miséricordieux, mon intention d'amour, et fais en sorte que ces heures me profitent et profitent à beaucoup d'autres comme si je les faisais effectivement et saintement. Entre temps, je te rends grâce, ô Jésus, toi qui m'appelles à m'unir à toi dans la prière, et je me plonge dans tes pensées, tes paroles, ta Volonté et ton amour, en implorant l'aide de ta très sainte Mère et de mon ange gardien. Amen, Fiat.

 

Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas et qui ne Vous aiment pas. 

 

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, je Vous adore profondément et Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Lui-même est offensé. Et par les mérites infinis de son très Saint Cœur, et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.


Abba Éternel, je T'offre le très Précieux Sang de ton Divin Fils en union avec toutes les messes célébrées aujourd'hui dans le monde entier pour les âmes du Purgatoire, les pêcheurs en tout lieu, les pêcheurs de l'Église Universelle, ceux de ma propre famille et de mes proches. Amen.


Chez Caïphe, Jésus accusé par de faux témoins

Ô MON BIEN AFFLIGÉ ET ABANDONNÉ, ma faible nature dort, cependant mon sommeil est très souvent interrompu par les serrements d'Amour et les Souffrance de ton divin Cœur. Et pendant que je suis entre l'état de veille et celui de sommeil, j'entends les coups que te portent tes ennemis. Mon pauvre Jésus, abandonné de tous, il n'y a personne qui prenne ta défense? Je t'offre ma vie pour te servir d'appui quand ils te feront heurter quelque chose. Entre temps, je m'assoupis de nouveau. Mais un autre serrement d'Amour de ton Cœur divin me réveille, et je sens mes oreilles devenir sourdes à cause des gens qui arrivent, des chuchotements, des cris et des insultes.

MON AMOUR, pourquoi sont-ils tous contre toi? Qu'as-tu fait pour que, comme autant de loups affamés, ils veuillent te mettre en pièces? Je sens mon sang se geler dans mes veines à voir les préparatifs de tes ennemis. Je tremble et me sens triste pendant que je pense à la manière que j'utiliserai pour te défendre.

Et Jésus semble me dire: « Mon enfant, je n'ai pas encore tout fait ! L'Amour comporte tous les sacrifices; l'Amour est d'un coût incommensurable; nous en sommes encore au début. Toi, reste dans mon Cœur: observe tout, aime-moi, tais-toi et apprends. Et que ton sang, gelé de compassion, circule dans mes Veines pour restaurer mon Sang qui est en feu. Ton tremblement, fais en sorte qu'il parcoure mes Membres, afin qu'identifiée à moi tu puisses te fortifier et te réchauffer, pour ressentir une partie de mes Peines. Tu acquerras la force en me voyant souffrir à ce point. Ce sera la plus belle défense que tu puisses m'accorder. Sois fidèle et attentive! »

MON DOUX AMOUR, le vacarme de tes ennemis est si considérable qu'il m'empêche de prendre un peu de sommeil. Les coups deviennent plus violents. J'entends le bruit des chaînes avec lesquelles ils t'ont attaché si serré que de tes Poignets jaillit du Sang, lequel marque ces rues. Rappelle-toi que mon sang est dans le tien et, pendant que tu verses le tien, le mien t'y donne un baiser, t'adore et répare, pour que ton Sang soit Lumière pour tous ceux qui t'offensent dans la nuit. Qu'il soit un aimant pour attirer tous les cœurs à toi.

MON AMOUR ET MON TOUT, pendant qu'ils te traînent, l'air est alourdi de cris et de sifflements. Et tu arrives chez Caïphe. Tu es paisible, modeste et humble; ta Douceur et ta Patience sont telles qu'elles terrorisent tes ennemis mêmes. Et Caïphe devient furieux; il semble vouloir te dévorer. Ah! comme l'innocence et le péché se départagent facilement!

MON AMOUR, tu es devant Caïphe comme un coupable en train d'être condamné. Caïphe demande aux témoins quels sont tes délits. Ah! il aurait mieux fait d'implorer ton pardon! L'un t'accuse d'une chose, un autre d'une autre; on dit des bêtises et on se contredit. Et tandis qu'on t'accuse, des soldats te tirent les Cheveux, te giflent de manière si horrible qu'ils font résonner toute la salle. Ils te maltraitent, te battent, te piquent. Mais quand tu les regardes, la Lumière de tes Yeux leur descend dans le cœur, et comme ils ne peuvent pas le supporter, ils s'éloignent de toi.

D'autres soldats prennent la relève. Et toi, au milieu de tant d'accusations et d'outrages, tu gardes le silence; ton Cœur bat si fort qu'il semble sur le point d'éclater. Tu reçois avec beaucoup d'Amour les brutalités de tes ennemis; tu les offres pour notre salut. Ainsi, dans le plus grand calme, ton Cœur répare les calomnies, les haines, les faux témoignages, le mal fait avec préméditation aux innocents; il répare les offenses faites à l'instigation des chefs, et les fautes commises par les âmes consacrées.

Je sens qu'une Souffrance nouvelle afflige ton Cœur. Dis-moi ce que c'est, ô Jésus; fais-moi participer à tout! Et Jésus semble me dire: « Mon enfant, tu veux le savoir? J'entends la voix de Pierre qui prétend ne pas me connaître, qui le jure, et le jure encore. Ah ! Pierre, tu ne me connais pas? Tu ne te souviens pas de tous les Bienfaits dont je t'ai comblé? Si les autres me font mourir de peines, toi, tu me fais mourir de douleur ! Comme tu as mal fait de t'exposer aux occasions en me suivant de loin ! »

MON BIEN RENIÉ, comme elles se reconnaissent vite les offenses de ceux qui te sont les plus chers ! Ô Jésus, je veux faire passer les battements de mon cœur dans les tiens pour adoucir tes tortures. Et mes battements de cœur te jurent fidélité, amour, et jurent mille fois que je te connais. Mais ton Cœur ne se calme pas: tu cherches à voir Pierre. À tes Regards d'Amour, aux Larmes que tu verses à cause de son reniement, Pierre s'émeut, pleure et s'éloigne. Et toi, l'ayant placé à l'abri, tu te calmes et tu répares les offenses des âmes consacrées; tu répares pour les âmes qui se mettent volontairement dans les occasions de péché.

Mais tes ennemis continuent de t'accuser. Voyant que tu ne réponds rien à leurs accusations, Caïphe te dit: « Je te conjure par le Dieu vivant, dis-moi: es-tu vraiment le Fils de Dieu? » Alors toi, mon Amour, ayant toujours à cœur la Vérité et la Gloire de ton Père, tu réponds avec une Voix sonore et majestueuse telle que tous en restent frappés et que les démons mêmes s'enfoncent dans l'abîme: « C'est toi qui le dis; je suis le Fils de Dieu, et un jour je descendrai sur les nuées du Ciel pour juger toutes les nations. »

À ces Paroles solennelles, tous font silence et frissonnent d'épouvante. Après quelques instants de sa propre épouvante, Caïphe, furieux comme une bête féroce, dit à tous: « À quoi bon les témoins maintenant? Il vient de proférer un grand blasphème. Qu'attendons-nous de plus pour le condamner? Il est coupable de mort! »

Et pour donner plus d'emphase à ses paroles sacrilèges, il déchire ses vêtements avec tant de courroux que tous, comme s'ils ne formaient qu'une seule personne, hurlent: « Il est coupable de mort ! Il est coupable de mort ! » Et ils foncent sur toi et, à qui mieux mieux, te distribuent coups de poing, coups de pied, gifles et crachats au Visage. Les Tourments qu'ils te donnent, ô mon Bien, sont tels que la terre et le Ciel en sont bouleversés !

MON AMOUR ET MA VIE, pendant ces terribles moments, mon cœur est lacéré par la douleur! De grâce, permets-moi de rentrer dans ton Cœur affligé et d'affronter ces outrages à ta place! Ah! si cela m'était possible, je voudrais te faire t'échapper des mains de tes ennemis. Mais toi, tu ne veux pas, car cela est exigé pour le salut de tous. Et je suis obligée de me résigner !

MAIS, MON DOUX AMOUR, laisse-moi te remettre en état, arranger tes Cheveux, enlever les crachats et le Sang qui couvrent ton Visage, et m'enfermer dans ton Cœur, car je vois que Caïphe veut quitter la pièce et te remettre entre les mains des soldats.

JE T'ADORE Ô MON JÉSUS. BÉNIS-MOI, donne-moi le Baiser mystique de l'Amour. Je m'enferme dans la fournaise de ton Cœur divin pour prendre un peu de sommeil. J'appuie ma tête sur ton Cœur, afin que, par mes respirations, je te donne des baisers et que, d'après la diversité des Battements de ton Cœur, je puisse me rendre compte si tu souffres ou si tu te reposes.

Ô Jésus, je t'embrasse, je me serre fort contre ton Cœur, et je m'endors.

Chez Caïphe, Jésus accusé par de faux témoins – Réflexions et pratiques

Devant Caïphe, Jésus est accusé injustement et soumis à des tortures inouïes. Interrogé, il dit toujours la vérité. Et nous, quand le Seigneur permet qu'on nous calomnie ou qu'on nous accuse injustement, nous réfugions-nous uniquement en Dieu, lui qui connaît notre innocence? Ou bien mendions-nous l'estime et les honneurs des créatures? Nos lèvres disent-elles toujours la vérité? Sommes-nous ennemis de toute ruse ou de tout mensonge? Supportons-nous avec patience les dérisions et les confusions provenant des créatures? Sommes-nous prêts à donner notre vie pour le salut de ces créatures?

Ô MON DOUX JÉSUS, comme je suis différente de toi! De grâce, fais en sorte que mes lèvres disent toujours la vérité de manière à atteindre le cœur de ceux qui m'écoutent pour les conduire à toi !

Remerciements et offrandes

Mon aimable Jésus, tu m'as appelé durant cette Heure de la Passion à te tenir compagnie, et je suis venu. Il m'a semblé te voir prier, réparer et souffrir et, avec les Paroles les plus tendres, plaider pour le salut des âmes. J'ai cherché à te suivre en tout. Avant de te laisser, je veux te dire un « MERCI » et un « SOIS BÉNI ». Oui, ô Jésus, merci mille fois. Je te loue et te bénis pour tout ce que tu as fait et souffert pour moi et pour tous. Je te dis merci et je te bénis pour chaque goutte de ton Sang et chacune de tes Larmes versées, pour chacune de tes Respirations, chaque Battement de ton Cœur, chacun de tes Pas, de tes Paroles et de tes Regards, et pour chaque offense que tu as supportée pour nous. De grâce, fais en sorte, ô mon Jésus, que tout mon être t'envoie un flot continue de remerciements et de bénédictions, de sorte que cela attire sur moi et sur toutes les créatures les flots de tes Grâces et de tes Bénédictions.

Ô JÉSUS, SERRE-MOI SUR TON CŒUR AVEC TES MAINS INFINIMENT SAINTES : marque toutes les parcelles de mon être de ton « je te bénis », de sorte que rien ne sorte de moi sauf un hymne d'amour ininterrompu pour toi! Je m'abandonne à toi et je veux te suivre en tout. Je laisse mes pensées en toi pour qu'elles te défendent de tes ennemis; mes respirations pour qu'elles te servent de cortège et te tiennent compagnie; les battements de mon cœur pour te dire sans cesse « je t'aime » et pour te dédommager de l'amour que ne te donnent pas les autres créatures; les gouttes de mon sang en offrande de réparation et pour te restituer les hommes et l'estime dont te privent tes ennemis; finalement tout mon être pour te garder.

MON DOUX AMOUR, bien que je doive vaquer à mes affaires, je reste dans ton Cœur et je crains d'en sortir. Tu me garderas en toi, n'est-ce pas? Nos battements de cœur s'entendront l'un l'autre et se confondront, de sorte qu'ils me donneront vie, amour, et union étroite et inséparable avec toi. Mon Jésus, si tu vois que je suis sur le point de te fuir, que tes Battements de Cœur s'accélèrent dans mon cœur, que tes Mains me pressent plus fortement sur ton Cœur, que tes Yeux me regardent et me jettent des flèches de feu, afin que, te ressentant, je me laisse tout de suite gagner à rester avec toi.

Je t'en prie, ô mon Jésus, donne-moi le Baiser de l'Amour divin et bénis-moi. Et moi, je baise ton Cœur infiniment doux et je reste en toi.

Que la bénédiction de Dieu, le Tout-Puissant, Père et Fils et Esprit-Saint, descende sur moi et y demeure à jamais. AMEN.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6