On ne trouve que ce que l'on attend

On ne trouve que ce que l'on attend

Piste de réflexion:

On ne trouve que ce que l'on attend (conte oriental)

ll était une fois un homme assis près d'une oasis, à l'entrée d'une ville du Moyen-Orient.
Un jeune homme s'approcha et lui demanda :
- Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
Le vieil homme lui répondit par une question :
- Comment étaient les gens de la ville d'où tu viens ?
- Egoïstes et méchants. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'étais bien content de partir.
- Tu trouveras les mêmes ici, lui répondit le vieil homme.

Un peu plus tard, un autre jeune homme s'approcha et posa la même question :
- Je viens d'arriver dans la région. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
Le vieil homme répondit de même.
- Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens de la ville d'où tu viens ?
- Ils étaient bons, bienveillants, accueillants, honnêtes. J'y avais de nombreux amis et j'ai beaucoup de mal à les quitter.
- Tu trouveras les mêmes ici, lui répondit le vieil homme.

Un marchand qui faisait boire ses chameaux, avait entendu les deux conversations. Dès que le second jeune homme s'éloigna, il s'adressa au vieillard sur un ton de reproche :
- Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la question donnée par deux personnes ?
- Mon fils, dit le vieil homme, chacun porte son univers dans son cœur. D'où qu'il vienne, celui qui n'a rien trouvé de bon par le passé ne trouve rien ici non plus. Par contre, celui qui avait des amis dans l'autre ville trouvera ici aussi des amis loyaux et fidèles. Car, vois-tu, les gens sont vis-à-vis de nous ce que nous trouvons en eux.

Prière d'un enfant hispano-américain de Juventud Misione:

Seigneur, toi qui es bon et qui protèges tous les enfants de la terre,
je désire te demander une grande faveur :
transforme-moi en téléviseur.
Pour que mes parents aient soin de moi comme il ont soin de lui,
pour qu'ils me regardent avec le même intérêt
que maman pour son feuilleton préféré, que papa pour le journal télévisé.
Je voudrais te parler comme tout présentateur.
Quand il parle, toute la famille fait silence
pour pouvoir l'écouter avec attention et sans l'interrompre.
Je voudrais sentir sur moi la même préoccupation
qu'ont mes parents quand le téléviseur ne marche pas
et qu'ils appellent aussitôt le réparateur.
Je voudrais être un téléviseur
pour être le meilleur ami de mes parents et leur héros préféré.
Seigneur, s'il te plaît, transforme-moi en téléviseur,
même seulement pour une journée.


(dans " Don Bosco Aujourd'hui " nov.-déc. 1999)

 

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

6 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Prions pour l'hospitalité entre les hommes