"C'en est fini de Satan" (Mc 3, 22-30) - Hozana

"C'en est fini de Satan" (Mc 3, 22-30)

"C'en est fini de Satan" (Mc 3, 22-30)

Chant final: "Libres et vainqueurs" du groupe BE WITNESS

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient :
« Ce Jésus est possédé par Béelzéboul ;
c’est par le chef des démons
qu’il expulse les démons. »
Les appelant près de lui,
Jésus leur dit en parabole :
« Comment Satan peut-il expulser Satan ?
Si un royaume est divisé contre lui-même,
ce royaume ne peut pas tenir.
Si les gens d’une même maison se divisent entre eux,
ces gens ne pourront pas tenir.
Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé,
il ne peut pas tenir ;
c’en est fini de lui.
Mais personne ne peut entrer
dans la maison d’un homme fort et piller ses biens,
s’il ne l’a d’abord ligoté.
Alors seulement il pillera sa maison.
Amen, je vous le dis :
Tout sera pardonné aux enfants des hommes :
leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés.
Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint,
il n’aura jamais de pardon.
Il est coupable d’un péché pour toujours. »
Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit :
« Il est possédé par un esprit impur. »

Source : AELF

Méditation Pasteur Nicole Fabre

Les forces obscures. Quelle fascination dans les œuvres ancienne ou récentes en peinture, en littérature ou au cinéma ! Dans ce domaine, les théologiens de l’époque montrent un discernement supérieur : ils disent être capables de reconnaître cette force-là qui se dissimule dans les actes forts de délivrance posés par Jésus. Mais voilà que Jésus ne répond pas du tout sur ce ton-là. Ce n’est pas à la fascination qu’il nous invite. Il en appelle au discernement de ses interlocuteurs, comme au nôtre par deux petites paraboles et une affirmation forte où il introduit un grand absent dans le discours des théologiens : l’Esprit Saint. Ils se font forts de discerner les esprits mauvais, avec des distinctions entre les uns et les autres. Mais l’Esprit Saint, sont-ils capables de le discerner, et se faisant de parler de façon juste, vraie ? Car ce n’est pas Jésus qui chasse les esprits impurs. C’est la présence du Dieu dont il est le fils, profondément, c’est donc l’Esprit Saint qui libère les hommes des esprits impurs. Sommes-nous capables de discerner le travail de l’Esprit Saint ? Aujourd’hui, ce texte m’interroge particulièrement sur la façon dont nous pouvons, dont je peux « diaboliser » - c’est bien l’expression que nous utilisons- telle ou telle personne. Et l’œuvre éventuelle de l’Esprit Saint dans ces mêmes personnes, saurons-nous la voir ?

Père délivre-nous du mal. En particulier, délivre-nous de ce mal qui est de ne plus laisser la place au travail de l’Esprit Saint dans les autres, en nous-mêmes, dans les événements que nous vivons.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

13 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader