Cet homme est l'instrument que j'ai choisi pour porter mon nom ....

Cet homme est l'instrument que j'ai choisi pour porter mon nom ....

La conversion de St Paul 

(Laurent de la Hyre (1609 1656)) Chapelle St Anne  cathédrale Notre Dame de Paris

.

            L'Eglise fête ce jour la conversion de St Paul, et nous ferons un parallèle entre la mission de St Paul et celle de la petite Lucie avec cette lumière qui le fit tomber au sol et la lumière qui illumina les enfants de Fatima.

            Saint Ambroise, dira de l'apôtre Paul que ‘'Toutes les nations devaient apprendre par lui que Jésus est le fils de Dieu et le Sauveur du monde''. Ainsi Dieu a choisi Saul de Tarse pour faire connaître Jésus, et il se manifesta à lui par ‘'une lumière venant du Ciel qui l'environna de sa clarté'' il tomba à terre et une voix lui dit : ‘'Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu'' nous précisent les actes des apôtres qui ajoutent encore les paroles de Dieu à Ananie : ‘' Cet homme est l'instrument que j'ai choisi pour porter mon nom devant les païens, les rois et les enfants d'Israël ; je lui apprendrai, moi, tout ce qu'il doit endurer pour mon nom''.

.

          Une vingtaine de siècle plus tard Dieu choisira la petite Lucie dos Santos, pour lui confier la mission de faire connaître et aimer sa Mère, afin d'établir dans le monde la dévotion à son Cœur Immaculé. ‘' Jésus veut se servir de toi afin de me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. (Notre Dame le 13 juin 1917)  C'est à 2 reprises que Notre Dame à Fatima communiqua aux enfants une lumière particulière qui venait de ses mains.

           Ainsi le 13 mai 1917, après que les enfants eurent accepté de s'offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu'il voudra leur envoyer, (en réparation des péchés et pour la conversion des pécheurs) et que Notre Dame leur eut précisé qu'ils auraient beaucoup à souffrir, mais que la grâce de Dieu serait leur réconfort, Lucie raconte : « C'est en prononçant ces dernières paroles (La grâce de Dieu, etc.) Que Notre-Dame ouvrit les mains pour la première fois, et nous communiqua, comme par un reflet qui émanait d'elles, une lumière si intense que, pénétrant notre cœur et jusqu'au plus profond de notre âme, elle nous faisait nous voir nous-mêmes en Dieu, qui était cette lumière, plus clairement que nous nous voyons dans le meilleur des miroirs.

         Alors par une impulsion intérieure qui nous était communiquée, nous tombâmes à genoux et nous répétions intérieurement : ‘'O très Sainte Trinité, je vous adore, mon Dieu, mon Dieu, je vous aime dans le Très Saint-Sacrement''» Nous remarquons que les enfants avaient en mémoire le sens des paroles de l'Ange lorsqu'il les communia lors de sa dernière apparition environ 6 mois plus tôt.  

          Une seconde fois, le 13 juin, après que Notre Dame eut encouragé Lucie par cette phrase : ‘'Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu'à Dieu.'' sœur Lucie continue dans ses mémoires:  

          « Ce fut au moment où elle prononça ces dernières paroles qu'elle ouvrit les mains et nous communiqua, pour la seconde fois, le reflet de cette lumière immense. En elle nous nous vîmes comme submergés en Dieu. Jacinthe et François paraissaient être dans la partie de cette lumière qui s'élevait vers le ciel, et moi dans celle qui se répandait sur la terre.

           Devant la paume de la main droite de Notre-Dame se trouvait un cœur, entouré d'épines qui semblaient s'y enfoncer. Nous avons compris que c'était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l'humanité, qui demandait réparation. »

            Une troisième fois Notre Dame fit jaillir une lumière émanant de ses mains, ce fut le 13 juillet pour montrer l'Enfer aux enfants.

             François resta marqué par les deux premières visions. ‘'Jésus est si triste à cause de tant de péchés et je veux le réconforter par la prière et la pénitence. Nous ne devons pas faire le moindre péché !'' disait-il.

.      

        Pour Jacinthe, la vision de l'enfer l'avait tant impressionnée qu'elle ne pouvait chasser de son esprit cette pensée. Parfois, pensive, elle répétait tout haut : ‘' Pauvres malheureux ! Dis, Lucie, ces flammes ne s'éteignent jamais ? Et ces gens ne se consument pas comme le bois qui devient de la cendre ? Et, après les explications de sa cousine, elle reprenait : L'enfer !... l'enfer !... Quelle peine me font les âmes qui y tombent !... nous prierons beaucoup et nous ferons des sacrifices pour que les pécheurs se convertissentet mi tremblante s'agenouillait, joignait les mains et récitait les prières que Notre-Dame lui avait enseignées: ‘'Oh mon Jésus ! Pardonnez-nous nos péchés... etc. ‘'. Jacinthe restait comme ça, très longtemps agenouillée, répétant la même prière pour convertir les pécheurs et ainsi sauver les âmes de l'enfer

            Un dernier parallèle entre l'apôtre Paul et sœur Lucie est donné par l'apparition du 13 juin 1929 à Tuy. Cette dernière dira dans le document qu'elle écrira en mai 1936, à la demande du père José Bernardo Gonçalves, supérieur de la communauté des Jésuites de Tuy : ‘'Je compris que m'était montré le mystère de la Très Sainte Trinité, et je reçu sur ce mystère des lumières qu'il ne m'est pas permis de révéler''. Elle reprendra ainsi à son compte les paroles de l'apôtre Paul dans sa seconde lettre aux Corinthiens ‘'J'en viendrai aux visions et révélations du Seigneur……. Je sais qu'il fut ravi jusqu'au paradis et qu'il entendit des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à l'homme de redire''..

         Jacinthe avait bien noté le rôle que Dieu avait confié à sa cousine. Nous avons vu qu'avant de quitter définitivement la maison familiale d'Aljustrel elle lui avait dit : ‘'Il ne s'en faut plus beaucoup pour que j'aille au Ciel, confiait-elle à Lucie. Toi, tu resteras ici pour dire que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie... Quand tu auras à le dire, ne te cache pas !... Dis à tout le monde que Dieu nous accorde ses grâces PAR LE MOYEN du Cœur Immaculé de Marie ; qu'il faut les lui demander à Elle ; que le Cœur de Jésus veut qu'on vénère, à coté de lui, le Cœur Immaculé de Marie. Que l'on demande la paix au Cœur Immaculé de Marie, parce que Dieu la lui a confiée à Elle !.

            Ah ! Si je pouvais mettre dans le cœur de tout le monde le feu que j'ai là dans la poitrine, qui me brûle, et me fait tant aimer le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie ! Parfois avec sa simplicité naturelle elle disait aussi : ‘' J'aime tant le Cœur Immaculé de Marie, c'est le Cœur de Notre petite Maman du ciel. N'aimes-tu pas répéter souvent ? "Doux Cœur de Marie, Cœur Immaculé de Marie". J'aime tellement cela''.

       Il y a eu 100 ans le 21 janvier dernier, la petite Jacinthe était accueillie à Lisbonne à l'orphelinat Notre Dame des Miracles. La malade et sa mère furent reçues avec beaucoup de bonté par la Directrice, sœur Marie de la Purification Godinho que les pensionnaires appelaient ‘'marraine''. Cette dernière s'entretint souvent avec Jacinthe qui lui confia des propos de Notre Dame et aussi le fruit de ses méditations enfantines que nous découvrirons bientôt.

            Dans cet orphelinat, il y avait une tribune avec vue sur la chapelle. Tous les moments qui lui restaient durant les jours qu'elle y a vécu en attendant son admission à l'hôpital le 2 février, Jacinthe les passait dans la tribune assise dans une petite chaise avec les yeux fixés sur le tabernacle. C'était sa mère qui la portait dans ses bras à la table de la communion.

.

            Samedi prochain, premier samedi du mois de février. La dévotion de ces premiers samedis figure dans la rubrique ''prière'' de cette communauté. Nous rappelons en quoi consiste cette dévotion voulue par Notre Seigneur et dont la diffusion a été confiée à la petite Lucie qui précisera que cette dévotion devra être approuvée et recommandée par le pape. (Lettres du 29 mai et 12 juin 1930 de sœur Lucie au père Gonçalves).

            Suivant les exigences de Notre Dame, la dévotion réparatrice des premiers samedis du mois consiste en la participation particulière à la prière par excellence de l'Eglise, le saint sacrifice de la Messe, le premier samedi de 5 mois consécutifs, en y ajoutant, avec une intention réparatrice :

         - La communion en état de grâce.

         - La récitation du chapelet.

        - La méditation pendant 15 minutes d'un mystère du rosaire. 

      - La confession, avec l'intention réparatrice dans les 8 jours qui précédent ou qui suivent cette communion.

.

            ‘'A qui embrassera cette dévotion, je promets le salut, ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône.'' (Notre Dame le 13 juin 1917)

.

‘'O très Sainte Trinité, je vous adore, mon Dieu, mon Dieu, je vous aime dans le Très Saint-Sacrement''


Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

25 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader