Evangelium Vitæ (1995), Jean-Paul II, §58 : tu ne tueras pas (3)

Evangelium Vitæ (1995), Jean-Paul II, §58 : tu ne tueras pas (3)

L'extrait de l'encyclique

58. Parmi tous les crimes que l'homme peut accomplir contre la vie, l'avortement provoqué présente des caractéristiques qui le rendent particulièrement grave et condamnable. Le deuxième Concile du Vatican le définit comme « un crime abominable », en même temps que l'infanticide.

Mais aujourd'hui, dans la conscience de nombreuses personnes, la perception de sa gravité s'est progressivement obscurcie. L'acceptation de l'avortement dans les mentalités, dans les mœurs et dans la loi elle-même est un signe éloquent d'une crise très dangereuse du sens moral, qui devient toujours plus incapable de distinguer entre le bien et le mal, même lorsque le droit fondamental à la vie est en jeu. Devant une situation aussi grave, le courage de regarder la vérité en face et d'appeler les choses par leur nom est plus que jamais nécessaire, sans céder à des compromis par facilité ou à la tentation de s'abuser soi-même. A ce propos, le reproche du Prophète retentit de manière catégorique: « Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres » (Is 5, 20). Précisément dans le cas de l'avortement, on observe le développement d'une terminologie ambiguë, comme celle d'« interruption de grossesse », qui tend à en cacher la véritable nature et à en atténuer la gravité dans l'opinion publique. Ce phénomène linguistique est sans doute lui-même le symptôme d'un malaise éprouvé par les consciences. Mais aucune parole ne réussit à changer la réalité des choses: l'avortement provoqué est le meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d'un être humain dans la phase initiale de son existence, située entre la conception et la naissance.

La gravité morale de l'avortement provoqué apparaît dans toute sa vérité si l'on reconnaît qu'il s'agit d'un homicide et, en particulier, si l'on considère les circonstances spécifiques qui le qualifient. Celui qui est supprimé est un être humain qui commence à vivre, c'est-à-dire l'être qui est, dans l'absolu, le plus innocent qu'on puisse imaginer: jamais il ne pourrait être considéré comme un agresseur, encore moins un agresseur injuste! Il est faible, sans défense, au point d'être privé même du plus infime moyen de défense, celui de la force implorante des gémissements et des pleurs du nouveau-né. Il est entièrement confié à la protection et aux soins de celle qui le porte dans son sein. Et pourtant, parfois, c'est précisément elle, la mère, qui en décide et en demande la suppression et qui va jusqu'à la provoquer.

Il est vrai que de nombreuses fois le choix de l'avortement revêt pour la mère un caractère dramatique et douloureux, lorsque la décision de se défaire du fruit de la conception n'est pas prise pour des raisons purement égoïstes et de facilité, mais parce que l'on voudrait sauvegarder des biens importants, comme la santé ou un niveau de vie décent pour les autres membres de la famille. Parfois, on craint pour l'enfant à naître des conditions de vie qui font penser qu'il serait mieux pour lui de ne pas naître. Cependant, ces raisons et d'autres semblables, pour graves et dramatiques qu'elles soient, ne peuvent jamais justifier la suppression délibérée d'un être humain innocent.

(La mise en gras n'est pas dans le texte original)

Actualité

Pour les 25 ans de l'Encyclique, nous pouvons décider de nous poser la question d'un engagement direct au service de la vie. Il existe par exemple des maisons d'accueil pour femmes en difficulté attendant un bébé.

Voici une liste : https://www.sosbebe.org/aides-et-droits-grossesse/lieux-daccueil-et-dhebergement-pendant-la-grossesse-et-apres-la-naissance/logement-femmes-enceintes-maisons-daccueil-maternel-gerees-par-des-associations/

Souvent ces structures ont besoin non seulement de dons mais aussi de toutes sortes d'autres choses. Pourquoi ne pas les contacter si vous réfléchissez à leur consacrer du temps et de l'énergie ?

S'il n'y en a pas près de chez vous, pourquoi ne pas en créer une !!!

Que le Seigneur nous inspire tout au long de l'année les actions à mener en faveur de nos plus petits frères et sœurs, les enfants non nés. En tout cas, rien ne nous empêche de prier avec toujours plus de ferveur.

L'engagement spirituel

Nous vous invitons à intensifier votre engagement spirituel en rejoignant le doodle spécialement créé à cet effet.

Vous pouvez sur ce doodle choisir les jours où vous allez faire ce que vous avez décidé : temps de prière, adoration, jeûne, messe, pèlerinage… Chacun peut trouver ce qui lui convient le mieux, ponctuellement ou sur la durée. Ce doodle court jusqu'au 15/01.

Le Seigneur compte sur nous tous !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

4 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader

Loi bioéthique : prions pour la vie humaine avec les papes