Facebook PixelJanvier 2020 - Hozana

Janvier 2020

Mère possessive


                J'ai le devoir de publier ce témoignage, à la demande de celle qui me l'a apporté :

Elle désapprouvait totalement le mariage de son fils avec l'élue de son cœur… Elle a tout fait, y compris des calomnies, pour empêcher cette union.

Bien sûr, le mariage s'est fait sans elle, mais pendant 25 ans elle a continué à leur pourrir la vie.Le couple était solide et il a tenu.

A l'occasion de leurs noces d'argent, elle leur propose de l'accompagner à Maurice. Elle, fidèle pèlerine du Père Laval, leur fait ce cadeau qu'ils acceptent. Dans le caveau, le couple reste en retrait, mais elle, selon son habitude, pose ses mains sur le sarcophage pour prier. « Et là, me dit-elle, j'ai ressenti un frisson dans tout le corps, comme un courant électrique : le Père Laval m'a obligée à me tourner vers ma belle-fille pour lui demander pardon. A ma grande surprise, elle l'a accepté et cette embellie dure depuis plusieurs années.

L'an passé j'ai fait une hémiplégie et ma belle-fille, que j'ai tant persécutée, s'occupe de moi avec dévouement et tendresse. »

Sa bru était là, la soutenant dans sa démarche hésitante ; cette dernière ajoute, simplement : « Vraiment, les voies du Seigneur sont impénétrables ! » 


Prière

 

Seigneur, ouvre mon cœur à la paix


Seigneur, Dieu de paix,

Toi qui as créé les personnes humaines,

objets de ta bienveillance,

pour être familières de ta gloire,

nous Te bénissons et nous Te rendons grâce :

car Tu nous as envoyé Jésus, ton Fils bien-aimé.

Tu as fait de Lui, dans le mystère de sa Pâque,

l'artisan de tout salut, la source de toute paix,

le lien de toute fraternité.

Nous Te rendons grâce pour les désirs et les efforts,

les réalisations que ton Esprit de paix

a suscités en notre temps,

pour remplacer la haine par l'amour,

la méfiance par la compréhension,

l'indifférence par la solidarité.

Ouvre davantage encore nos esprits et nos cœurs

aux exigences concrète de l'amour,

pour que nous soyons des artisans de paix.

Souviens-Toi, Père de miséricorde,

de tous ceux et celles qui peinent, souffrent et meurent

dans l'enfantement d'un monde plus fraternel.

Que pour les femmes et les hommes,

de toute race et de toute langue,

vienne ton Règne de justice, de paix et d'amour.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Publié dans

Publications précédentes

MAI 2018

2 mai 2018

JUIN 2018

31 mai 2018

Juillet 2018

2 juillet 2018

5 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader